Le policier Patrick Ouellet roulait à 134 km/h

La scène de la collision qui a coûté la vie à un enfant de 5 ans le 13 février 2014. La voiture noire à gauche est celle du policier Patrick Ouellet. La grise est celle où l'enfant prenait place.
Photo: Photo fournie par la Cour La scène de la collision qui a coûté la vie à un enfant de 5 ans le 13 février 2014. La voiture noire à gauche est celle du policier Patrick Ouellet. La grise est celle où l'enfant prenait place.

Alors qu’il conduisait son fils de 5 ans à la garderie en février 2014, Mike Jude Belance a cru qu’il aurait le temps d’effectuer un virage à gauche sur le boulevard Gaétan-Boucher, à Longueuil, même s’il voyait une voiture approcher rapidement en sens inverse. Mais quelques secondes avant l’impact qui a tué le petit Nicholas, la voiture de Patrick Ouellet roulait à 134 km/h dans une zone de 50 km/h, a soutenu la Couronne au premier jour du procès du policier de la Sûreté du Québec accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort d’un enfant.

Le 13 février 2014, le policier Patrick Ouellet participait à une opération de filature visant un ancien directeur du Parti libéral du Québec (PLQ), Robert Parent. Vers 8 h le matin, à bord de son véhicule banalisé, une Toyota Camry noire, il roulait à grande vitesse sur le boulevard Gaétan-Boucher quand son véhicule a percuté la voiture dans laquelle prenait place Nicholas Thorne-Belance, âgé de 5 ans.

Pour des raisons de santé, le père de Nicholas, Mike Jude Belance, ne sera pas appelé à la barre des témoins, mais la Couronne a fait entendre au tribunal l’enregistrement de la déclaration qu’il a faite à deux policiers dans les heures suivant la collision.

Encore très secoué, le père de famille a raconté le déroulement des événements. Son fils qu’il allait reconduire à la garderie était installé sur le siège arrière de la voiture. Arrivé à l’intersection du boulevard Davis, M. Belance a entrepris de tourner à gauche. « J’ai calculé que j’avais assez de temps pour passer », a-t-il expliqué aux policiers venus le rencontrer à l’hôpital Sainte-Justine.

Mais une voiture s’approchait à grande vitesse. Constatant que l’autre automobiliste ne ralentissait pas, le père de famille a tenté d’accélérer, mais cette manoeuvre n’a pas suffi. Après l’impact, il a constaté que son fils, blessé à la tête, était inconscient. Il a imploré les ambulanciers acheminés sur les lieux de sauver son enfant.

Lors de la conversation avec les policiers, Mike Jude Belance s’est aussi inquiété de l’état de santé de l’autre conducteur, qu’il ne voulait pas blâmer, mais dont il ignorait l’identité.

Moyenne de 48 km/h

Le policier Patrick Ouellet prenait part à une filature ce matin-là. L’opération, qui visait Robert Parent, était réalisée dans le cadre de l’enquête Lierre (devenue Mâchurer par la suite) sur le financement du PLQ, a indiqué un sergent détective de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) appelé à la barre. Le témoin a indiqué avoir agi comme agent de soutien dans cette opération. Il était chargé d’assurer la surveillance du sujet tôt en matinée près du domicile de celui-ci. Plus tard, une équipe de filature a pris le relais.

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Patrick Ouellet au palais de justice de Longueuil, lundi

À la suite de la collision mortelle, la Ville de Longueuil a procédé à des opérations de comptage pour déterminer le nombre moyen de véhicules qui empruntaient le boulevard Gaétan-Boucher, de même que leur vitesse. Des appareils munis de radars ont été installés avant et après l’intersection du boulevard Davis où la collision s’était produite. Les données relevées pendant deux semaines, en février et en mars 2014, ont montré que la vitesse moyenne des véhicules circulant sur le boulevard Gaétan-Boucher était de 48 km/h.

En matinée, Chantal Cusson, technicienne en identité judiciaire au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), a expliqué s’être rendue sur les lieux du drame quelques heures après la collision, soit un peu avant 13 h, afin de prendre des photos de la scène.

Sur les images présentées au tribunal, on peut voir le véhicule de Patrick Ouellet immobilisé à plusieurs mètres de l’intersection où la collision s’est produite. L’avant de la voiture du policier est endommagé du côté du passager. La voiture de Mike Jude Belance, une Kia Spectra, présente des dommages importants sur le côté passager, vers l’arrière du véhicule.

Des images vidéo des feux de circulation démontrent que les automobilistes roulant vers l’ouest sur le boulevard Gaétan-Boucher bénéficient de feux clignotants pendant 6 à 7 secondes afin de tourner à gauche. C’est dans cette direction que circulait la voiture dans laquelle prenait place la victime.

À l’origine, dans cette affaire, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) avait décidé de ne pas porter d’accusations contre Patrick Ouellet. Il s’était par la suite ravisé après que la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, eut demandé à un comité indépendant d’analyser la preuve. Le policier a finalement été mis en accusation.

Le procès se poursuivra mardi.