Bilinguisme: le Barreau de Montréal demande à son tour la suspension du recours

En début de semaine, le Bâtonnier du Québec a proposé la suspension du recours, et suggéré à la Ministre de la Justice et à l’Assemblée nationale un règlement hors cour.
Photo: Michael Monnier Archives Le Devoir En début de semaine, le Bâtonnier du Québec a proposé la suspension du recours, et suggéré à la Ministre de la Justice et à l’Assemblée nationale un règlement hors cour.

Après le Barreau du Québec lundi, au tour du Barreau de Montréal de demander la suspension du recours qu’ils avaient conjointement déposé pour faire déclarer inconstitutionnel le processus d’adoption des lois à l’Assemblée nationale.

Dans un courriel envoyé à ses membres mercredi soir et obtenu par Le Devoir, le Barreau de Montréal dit avoir « entendu et pris acte des commentaires émis lors de l’Assemblée générale extraordinaire du Barreau du Québec », lors de laquelle une majorité d’avocats a demandé que le Barreau se désiste du recours.

En début de semaine, le Bâtonnier du Québec a proposé la suspension du recours, et suggéré à la Ministre de la Justice et à l’Assemblée nationale un règlement hors cour. Mercredi, le Barreau de Montréal a emboîté le pas en disant espérer « que la décision qui vient d’être prise par les Barreaux marquera le début d’une véritable discussion » pour régler le problème de la piètre qualité alléguée des versions anglaises des lois.

Mardi, la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, s’était montrée surprise de la volte-face du Barreau du Québec. Selon elle, le gouvernement a déjà répondu à la principale demande du Barreau pour obtenir un règlement — l’embauche de jurilinguistes et de traducteurs supplémentaires.