La fonction publique québécoise forme et perd ses employés

Etienne Plamondon Emond Collaboration spéciale
La fonction publique québécoise est surnommée «centre de formation pour le fédéral» dans certaines régions de la province.
Photo: iStock La fonction publique québécoise est surnommée «centre de formation pour le fédéral» dans certaines régions de la province.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

« Les centres de formation pour le fédéral » : c’est ainsi que la fonction publique québécoise est surnommée dans certaines régions de la province, affirme Christian Daigle, président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ). « Les gens viennent travailler au gouvernement du Québec, y prennent de l’expertise pendant quelques années en sortant des bancs d’école, puis vont ensuite travailler au fédéral pour gagner beaucoup plus. »

La plupart des salaires des employés de l’administration publique québécoise accusent en effet un retard. Ils sont en moyenne 14 % moins élevés que ceux accordés pour des postes similaires à l’extérieur de la fonction publique provinciale, selon les chiffres du plus récent rapport sur la rémunération des salariés publié par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). Cet écart se réduit à 9 % lorsque l’on tient compte de la rémunération globale, qui comprend notamment les avantages sociaux et les régimes de retraite. Néanmoins, avec un taux de chômage qui se maintenant sous la barre des 6 % au Québec, du jamais vu depuis les années 1970, la fonction publique québécoise peine à retenir sa main-d’oeuvre avec sa rémunération. « C’est certain qu’on voit une répercussion avec le plein emploi, remarque Christian Daigle. Les gens magasinent beaucoup plus leur travail maintenant. »

Exode vers les autres administrations publiques

« Nos vrais compétiteurs, ce sont les autres administrations publiques, considère Richard Perron, président du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ). Les contextes et les tâches professionnelles à effectuer se ressemblent beaucoup. On perd nos meilleurs professionnels à leur profit. »

L’écart se creuse à plus de 20 % lorsqu’on compare les salaires ou la rémunération globale des effectifs de l’administration du gouvernement du Québec avec ceux des salariés occupant des postes similaires dans des administrations municipales, dans la fonction publique fédérale ou dans des entreprises publiques, comme les sociétés d’État et les sociétés de transport. Le fossé en matière de rémunération globale frise même un retard de 40 % avec les postes comparables dans les administrations municipales, même si celui-ci tend à se rétrécir depuis l’adoption de la loi 15 sur les régimes de retraite des employés municipaux.

Perte de l’expertise

Du côté des professionnels, composés de travailleurs occupant des postes nécessitant une formation universitaire comme les avocats, les biologistes ou les ingénieurs, le SPGQ remarque le même mouvement de personnel observé par le SFPQ vers la fonction publique fédérale et se montre aussi préoccupé de voir la fonction publique québécoise servir de tremplin vers d’autres administrations publiques ou entreprises. « Il y a des départs massifs à la retraite, puis lorsqu’on embauche un nouveau professionnel, on le forme pendant environ deux ans au gouvernement du Québec. Après, il va gagner plus cher au privé, au fédéral ou au municipal dès qu’il en a l’occasion », illustre Richard Perron. « Il faut repartir à zéro, embaucher d’autres effectifs, les reformer en attendant qu’ils partent aussi ailleurs. Dans un contexte de rareté de la main-d’oeuvre, le gouvernement du Québec doit s’ouvrir les yeux, regarder le marché de l’emploi chez les professionnels, puis payer ce qu’il faut. »

Le président du SPGQ s’inquiète de la perte d’expertise que peut générer une telle situation. Il rappelle que la commission Charbonneau avait insisté sur le rôle qu’avait joué cette réduction de l’expertise à l’intérieur du ministère des Transports du Québec, dans les scandales de collusion et de corruption dans le secteur de la construction. Le rapport issu de ces travaux, déposé en 2015, avait d’ailleurs recommandé d’accroître l’expertise interne dans ce ministère.

La sous-traitance répandue

Du côté du SFPQ, Christian Daigle constate notamment que des ministères sont incapables de combler leur besoin en personnel pour le maintien à l’interne des services informatiques. « On parle juste de maintenance des systèmes, soulève-t-il. Ils doivent embaucher des techniciens de l’externe et payer quasiment deux fois le salaire pour pouvoir faire de la maintenance interne. C’est très préoccupant. »

Selon un sondage mené récemment par le SPGQ auprès de ses membres, la sous-traitance semble un phénomène répandu dans l’ensemble de la fonction publique québécoise. Près de 42 % des quelque 3600 personnes qui ont répondu au questionnaire ont signalé que leur unité de travail confiait des travaux en sous-traitance. Quelque 33 % des personnes interrogées ont même affirmé que l’étape de la définition du projet ainsi que des travaux à réaliser étaient parfois confiés à l’externe, tandis que 11 % ont signalé que la production de l’appel d’offres était parfois attribuée en sous-traitance. Cette donne aurait un coût : la plupart des répondants jugent qu’il serait plus efficace de s’occuper à l’interne de tâches confiées en sous-traitance, notamment parce que les frais sont plus élevés à l’externe et que les consultants ne comprennent pas toujours bien la mission de l’organisation.

Réparer des pots cassés

Richard Perron note qu’après avoir réalisé des compressions durant les 15 dernières années, le gouvernement du Québec semble essayer de réparer des pots cassés. « Ce n’est pas si évident », ajoute-t-il.

Québec a notamment annoncé en décembre dernier la réouverture de bureaux régionaux du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI). Pourtant, ce ministère, dans lequel près de 125 personnes travaillaient, déployait des directions régionales qui sont passées en 2014 sous le couperet et dont les services ont été centralisés à Montréal.

Quant au poste de commissaire à la santé, son abolition annoncée dans le projet de loi 150 a été annulée il y a quelques semaines. Il n’en demeure pas moins que toute une équipe de travail a été démantelée. « Tous les effectifs professionnels et l’expertise sont partis ailleurs, souligne Richard Perron au sujet de ce dernier cas. La personne qui va reprendre le poste va se trouver avec un bureau vide et va devoir aller chercher l’expertise nécessaire. On ne convaincra pas les gens de revenir à la même place : il y a des limites à jouer avec la carrière professionnelle des gens. »