Élan de solidarité après l’incendie au «Devoir»

L’équipe du «Devoir» s’est retrouvée à la rue après qu’un feu se fut déclaré vers 17h45 sur le toit du bâtiment de 10 étages situé à l’intersection des rues Sainte-Catherine et Berri.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir L’équipe du «Devoir» s’est retrouvée à la rue après qu’un feu se fut déclaré vers 17h45 sur le toit du bâtiment de 10 étages situé à l’intersection des rues Sainte-Catherine et Berri.

Une cigarette mal éteinte dans un bac à fleurs serait à l’origine de l’important incendie qui a ravagé l’immeuble qui abrite les bureaux du Devoir, rue Berri, à Montréal. Dès l’annonce du sinistre, une vague de solidarité a déferlé, tandis qu’une dizaine de médias concurrents ont offert d’héberger temporairement l’équipe du quotidien fondé par Henri Bourassa. 
 

« Tout le personnel est sain et sauf », a confirmé Brian Myles, directeur du quotidien. « Je demande à nos lecteurs une certaine indulgence, car en plus d’être déplacés, nous avons dû couvrir notre propre catastrophe», a-t-il ajouté. 
 

L’équipe du Devoir s’est retrouvée à la rue après qu’un feu se fut déclaré vers 17 h 45 sur le toit du bâtiment de 10 étages situé à l’intersection des rues Sainte-Catherine et Berri.
 

«La bonne nouvelle, c’est que les gicleurs ne sont pas partis au 8e et 9e, qui sont les deux étages occupés par Le Devoir. Il se pourrait qu’on ne subisse que des inconvénients d’odeur de fumée», a indiqué M. Myles. 

Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir «La bonne nouvelle, c’est que les gicleurs ne sont pas partis au 8e et 9e, qui sont les deux étages occupés par «Le Devoir». Il se pourrait qu’on ne subisse que des inconvénients d’odeur de fumée», a indiqué M. Myles.

Des bouts de terrasse en feu ont été aperçus sur le trottoir après être tombés du toit. La tâche a été de taille pour les pompiers, l’incendie étant de niveau 4 sur une échelle de 5.
 

« [Le feu] s’est propagé jusqu’au toit du bâtiment adjacent, entre autres à cause du vent. Avec la chaleur, l’épuisement et la fatigue on a eu besoin de près de 100 pompiers », a indiqué David Shelton, chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM). 
 

Situé à quelques pas du Devoir, le pavillon Berri de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) a également été évacué par mesure de sécurité. 

 

La production se poursuit 

L’équipe du Devoir a rapidement appliqué son plan d’urgence pour poursuivre son travail et offrir aux lecteurs une publication mardi. 
 

Les pupitreurs, responsables de la publication papier et numérique, ont été déplacés dans une salle de rédaction de fortune, où ils ont pu compléter ces éditions. 

« Nous allons assurer la production du journal et des éditions numériques du Devoir à partir d’un local de crise », a expliqué M. Myles. 
 

D’ailleurs, des médias concurrents ont rapidement offert leur hospitalité aux employés du quotidien. 
 

« Si je devais accepter les offres de tout le monde, on aurait une dizaine de places différentes où aller. Tous les grands médias nous ont offert de nous accueillir. Les options seront analysées mardi », a confié M. Myles.  
 

Le directeur ignore cependant quand l’équipe sera en mesure de réintégrer les lieux, occupés depuis décembre 2016 seulement. Auparavant, Le Devoir était situé rue De Bleury, au centre-ville.  
 

« La force du Devoir, c’est son équipe. Chaque fois qu’on a mis le genou à terre dans notre histoire, c’était pour mieux nous relever », rappelle M. Myles.



À voir en vidéo