Miser sur les réseaux sociaux pour intéresser les millénariaux à la politique

Les jeunes femmes votent plus que les jeunes hommes, selon le rapport de l'INM.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Les jeunes femmes votent plus que les jeunes hommes, selon le rapport de l'INM.

Une étude recommande d’impliquer davantage des « influenceurs » dans les campagnes faites pour stimuler le vote des jeunes au Québec. L’enquête poursuit dans les évidences en misant sur l’utilisation des médias sociaux et les nouvelles plateformes (Instagram ou Snapchat…) pour les rejoindre avec « du contenu vulgarisé, dans des mots de jeunes, par des jeunes ».

L’enquête met aussi au jour une spirale vicieuse qui entraînerait le vote de la jeunesse vers le bas : les jeunes ont « une forte perception » que les partis politiques ne s’intéressent pas à leurs enjeux, alors que les leaders politiques ont, eux, le sentiment que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique.

Le court rapport d’une trentaine de pages s’intitule Participation électorale des millénariaux. Problématique, constat, leviers. Daté de mars 2018, il a été produit par l’Institut du Nouveau Monde (INM) et sera dévoilé officiellement ce mardi matin à Montréal. Un des trois axes d’intervention de l’INM vise précisément le développement des « compétences citoyennes, particulièrement celles des jeunes ».

Dans ce cas, les jeunes étudiés sont des millénariaux nés entre 1980 et 1995. Aux prochaines élections, les citoyens de 18 à 39 ans composeront le tiers de l’électorat tandis que le taux de participation de cette portion de la population demeure en dessous de la moyenne nationale, avec une nette tendance à la baisse : de 70 % dans les années 1960 à 40 % ou 50 % dans les années 1990-2000.

Il y a toutefois eu un regain à l’élection fédérale de 2015. Et puis, les jeunes femmes votent plus que les jeunes hommes.

Cette situation n’est pas propre au Québec. La désaffection électorale semble assez généralisée dans les démocraties occidentales.

L’étude ne fait pas appel à un sondage. Elle s’appuie sur des enquêtes et des statistiques existantes et une entrevue avec un groupe de jeunes n’ayant jamais voté.

Fait à noter, 8 jeunes de 18 à 22 ans ont été invités au panel et 4 seulement se sont présentés, ce qui rajoute à l’impression de désintérêt. En plus, les quatre cobayes étaient tous diplômés, tandis que le faible niveau de scolarité influe à la baisse sur la participation électorale.

Cela souligné, l’abstention des millénariaux est un phénomène complexe et multifactoriel, selon la très grande majorité des chercheurs qui ont étudié le phénomène. Un sur deux (52 %) dit s’intéresser à la politique.

Les non-votants ont expliqué en 2015 qu’aucun candidat ne leur inspirait confiance ou qu’ils ne s’intéressaient tout simplement pas à la politique. Parmi les raisons invoquées pour ne pas voter, il y a le manque d’intérêt perçu pour les enjeux jeunes, un sentiment d’incompétence citoyenne, du cynisme ou tout simplement le manque de temps.

Par ailleurs, plus on vieillit, plus on s’éduque, plus on vote. Au Québec en 2008, les diplômés universitaires votaient en proportion 10 % de plus que les adultes sans diplômes.

« Il y a un rapport mitigé aux médias et à l’information, dit finalement l’étude. L’information ne se rend pas jusqu’aux millénariaux. Le format est souvent considéré comme inadéquat. »