Pornographie juvénile: arrestation de six élèves du secondaire

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a déclaré qu’il n’interdira pas l’utilisation des téléphones cellulaires en classe, comme c'est le cas en France. 
Photo: iStock Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a déclaré qu’il n’interdira pas l’utilisation des téléphones cellulaires en classe, comme c'est le cas en France. 

Six adolescents pourraient faire face à des accusations de possession et de distribution de pornographie juvénile pour avoir fait circuler des photos intimes de mineures.

Les suspects, âgés de 12 à 14 ans, tous des élèves du Séminaire des Pères Maristes, ont été arrêtés par le Service de police de la Ville de Québec en fin de journée mercredi.

Ils ont été libérés sous promesse de comparaître, mais les prochains jours n’auront rien d’un retour à la normale pour ces garçons, qui se sont vu interdire tout contact avec leurs présumées victimes.

Une porte-parole du SPVQ, Mélissa Cliche, explique que, si des accusations sont effectivement portées contre eux, ils pourraient écoper de travaux communautaires ou même de peines d’emprisonnement dans un centre jeunesse. Les autorités ont été alertées à la mi-avril par la direction du Séminaire des Pères Maristes. L’unité policière spécialisée en exploitation sexuelle de mineurs a ensuite été mobilisée.

Jeudi matin, le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a reconnu le caractère « inquiétant » de cette affaire, mais a maintenu qu’il n’interdira pas l’utilisation des téléphones cellulaires en classe, comme c’est le cas en France.

« Ça fait partie de leur vie et de notre vie. Il faut apprendre à travailler avec ces appareils », a-t-il soutenu.

Les forces policières réalisent par ailleurs d’importants efforts de sensibilisation auprès des jeunes quant aux risques du sextage, a souligné Mélissa Cliche.