La manifestation du 1er mai de la CLAC tourne à l’affrontement avec les policiers

Un affrontement entre des protestataires cagoulés et des policiers a divisé le groupe de manifestants à peine cinq minutes après le début du rassemblement.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Un affrontement entre des protestataires cagoulés et des policiers a divisé le groupe de manifestants à peine cinq minutes après le début du rassemblement.

Des manifestations organisées mardi à Montréal à l’occasion de la Journée internationale des travailleurs ont donné un aperçu des affrontements qui pourraient avoir lieu entre manifestants et policiers lors du sommet du G7 dans Charlevoix en juin prochain. La soirée s’est soldée par au moins six arrestations.

Pièces pyrotechniques, morceaux de brique, roches et gaz lacrymogènes, plusieurs projectiles ont été lancés à peine cinq minutes après le début du rassemblement de la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC), près du parc La Fontaine.

Le court affrontement entre plusieurs individus vêtus complètement en noir et les policiers a eu pour effet de diviser les manifestants sur la rue Sherbrooke, à l’angle de la rue Saint-André.

Certains protestataires ont rebroussé chemin vers le parc, repoussés par les policiers. D’autres ont réussi à poursuivre leur chemin vers le centre-ville, où le Parti communiste révolutionnaire organisait également une marche en partance du square Philipps.

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Pendant plusieurs dizaines de minutes, la confusion régnait sur le visage des manifestants dispersés qui tentaient de rejoindre les protestataires. Les yeux rivés vers le ciel, plusieurs se fiaient à l’hélicoptère de la police pour tenter de repérer le groupe du Parti communiste révolutionnaire.

D’autres accrochages ont alors eu lieu vers entre les protestataires et les policiers dans le secteur du square Dorchester, au cœur du centre-ville.

Au même moment, sur les réseaux sociaux, le groupe de manifestants resté au parc La Fontaine annonçait la reprise d’une manifestation dans les rues du Plateau-Mont-Royal.

« C’est le résultat de certaines personnes s’étant dispersées au parc », a indiqué Laurent Gingras, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal.

Au moment d’écrire ces lignes, au moins cinq personnes avaient été arrêtées relativement à des infractions criminelles et une personne a été interpellée en vertu d’un règlement municipal.

« On parle d’accusations de voies de fait sur des policiers, d’entrave, d’agression armée sur un policier et de méfaits », a précisé M. Gingras. Parmi les suspects arrêtés, deux hommes de 38 et 26 ans, une femme de21 ans et un adolescent de 17 ans. L’identité des autres suspects n’avait pas été confirmée.

Parmi les dommages recensés, deux voitures de citoyens ont été endommagées, a indiqué le SPVM.

Rendez-vous au G7

Au cours des deux manifestations de fin de journée, plusieurs tracts sur l’importance de poursuivre la manifestation lors du G7 ont été distribués.

« La tenue annuelle du G7 est une démonstration de force de la part des grandes puissances. Nous ne pouvons pas assister à leur parade sans rien dire », peut-on lire dans un des dépliants distribués.

Le Réseau de résistance anti-G7 (RRAG7) a aussi distribué un journal où il donne entre autres des « trucs » pour bien se préparer au G7. On y retrouve notamment un article intitulé « Que faire face au gaz ? » ainsi qu’une « carte de la résistance ».

Récemment, plusieurs sympathisants se sont réunis à Montréal lors d’un atelier pour apprendre les premiers soins lors d’une manifestation, l’autodéfense juridique ainsi que la sécurité en manifestation.

Un peu plus tôt dans la journée, le Syndicat industriel des travailleurs et travailleuses a aussi tenu une marche débutant à la station de métro Parc, dans Parc-Extension.

Les manifestants ont revendiqué davantage d’investissement dans les services publics et les programmes sociaux. Ils ont réclamé notamment l’augmentation du salaire minimum à 15 $.