Ferme Quinn - Une école de l'agriculture ouverte aux citadins

Pour une sixième année consécutive, la ferme Quinn de l'Île-Perrot organise, les 24 et 25 avril prochain, une gamme d'activités afin de souligner le Jour de la Terre. Portrait d'une entreprise agricole qui s'est donné pour mission de faire découvrir l'agriculture.

«Nous, ici, on est pas loin de Montréal. On trouve donc important de conscientiser les gens de la ville à ce qui se passe, pour de vrai, sur une ferme», affirme Paul Cincennes de la ferme Quinn de Notre-Dame-de-l'Île-Perrault. Sans pour autant avancer que les citadins entretiennent une fausse conception des campagnes et des fermes, le responsable de l'événement croit, par contre, que ces derniers sont «peu informés des travaux qui ont cours sur une ferme».

Pour y arriver, l'entreprise met en branle, à l'occasion du Jour de la Terre, une panoplies d'activités extérieures, et invite la population locale et celle de la région métropolitaine à participer à l'événement. «Il s'agit maintenant pour nous d'une tradition», souligne-t-il.

La ferme Quinn se transformera donc, le temps d'une fin de semaine, en une «école de l'agriculture» et offrira un cours d'initiation accéléré aux travaux de la ferme. Au nombre des activités: plantation de sapins et d'épinettes, visites du verger et des ruchers, randonnées en chariot.

Les enfants d'abord

«Les enfants pourront aussi ensemencer l'étang en y déposant eux-mêmes des poissons. L'activité est fortement appréciée. Cela permet aux jeunes de mettre la main à la pâte et de laisser de côté leurs écrans cathodiques pour goûter aux plaisirs de la nature», souligne le responsable de l'événement. Pour s'assurer de la participation des jeunes, la ferme Quinn organise cette année un concours de dessins de plants de citrouille grâce auquel il est possible de remporter un arbre ou des semences. Par ailleurs, la ferme Quinn dépasse les frontières de l'agriculture en organisant une activité de cerfs-volants — si la température et le vent le permettent — ainsi qu'une initiation au tir à l'arc en collaboration avec le club Les Archers perrotdamois.

Ceux qui participeront à l'événement pourront renouer avec de vieilles traditions agricoles. «De nombreux secteurs de notre travail se font de façon manuelle, sans grosse machinerie lourde. La journée offrira l'occasion aux visiteurs de connaître cet aspect de l'agriculture.»

Cette année, en particulier, la ferme familiale plongera les visiteurs dans une vieille tradition du terroir québécois en les invitant à participer à l'assemblage et à l'érection d'une grange traditionnelle. «C'est la deuxième du genre que l'on fait. On va la construire avec des chevilles de bois, des mortaises, etc. En aucun moment on n'utilise des clous. On va faire une journée de corvée pour la levée de la grange», certifie M. Cincennes.

Organisation communautaire

Le responsable explique qu'«il s'agit aussi d'une fin de semaine qui permet à la communauté de se réunir». Un simple coup d'oeil à la liste des partenaires et des exposants des deux journées permet de remarquer que de nombreuses organisations de la municipalité s'impliquent: les scouts de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot ensacheront du compost et des entreprises agricoles exposeront tout au long de la fin de semaine. De plus, pour la durée de l'événement, des élèves de trois écoles primaires exposeront des plans d'aménagement qu'ils ont imaginés et des travaux de recherche.

L'an dernier, près de 1800 personnes ont visité les infrastructures de la ferme. «C'était vraiment fantastique! Les familles avaient réellement apprécié. Il faut savoir que la totalité des activités qu'on organise s'adressent à tout le monde, à des gens entre 3 et 103 ans», affirme Paul Cincennes.

Jusqu'en décembre

La ferme Quinn est officiellement ouverte d'avril à décembre. Au fil des années, elle a su développer une série d'activités et d'événements afin de rapprocher les gens de l'agriculture et, du même coup, de tisser des liens avec sa clientèle. «On souhaite toujours qu'il y ait un suivi. Que les parents, par exemple, reviennent avec leurs enfants pour revoir les animaux», confie M. Cincennes. Autant d'occasions qui permettent à la ferme de subsister.

Depuis sa création en 1982, la ferme souhaite se dissocier de l'«agrobusiness». En ce sens, cette ferme familiale s'est spécialisée dans l'horticulture: asperges, fraises, petits fruits, pommes, courges et citrouilles. «On a tellement diversifié nos cultures et nos activités qu'on peut difficilement être uniquement considéré comme une ferme telle qu'on les perçoit normalement.» L'ensemble de leur production est transformé et vendu sur place. Par le fait même, il est impossible de retrouver leurs produits sur les étagères des grandes surfaces commerciales.

Au cours de l'année, la ferme Quinn organise de nombreuse activités. L'été, elle propose des visites de ruchers et des activités de taille d'arbres et d'arbustes fruitiers. Tout juste avant le temps des Fêtes, elle organise une foire artisanale de Noël et une journée de coupe de sapins.