Les trois adolescents accusés d’un viol collectif sont assignés à résidence

Trois adolescents, deux garçons et une fille âgés de 13 à 15 ans, font face à de graves accusations en lien avec un viol collectif survenu à Montréal-Nord le mois dernier.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Trois adolescents, deux garçons et une fille âgés de 13 à 15 ans, font face à de graves accusations en lien avec un viol collectif survenu à Montréal-Nord le mois dernier.

Trois adolescents, deux garçons et une fille âgés de 13 à 15 ans qui font face à de graves accusations en lien avec un viol collectif survenu à Montréal-Nord le mois dernier ont été assignés à résidence sous de strictes conditions par la Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec, mercredi.

Les conditions imposées se résument pratiquement à une détention à domicile sous supervision parentale.

Il leur est interdit de quitter le domicile 24 heures sur 24, à moins d’être accompagnés d’un parent.

Ils peuvent également continuer à fréquenter leur école, mais doivent s’y rendre et en revenir en compagnie d’un parent.

Leurs conditions imposent aussi une interdiction absolue de contact avec la présumée victime, une jeune adolescente de 13 ans, de sorte qu’il leur est interdit de se trouver dans le même transport scolaire et dans la même classe, dans le cas des suspects qui fréquentent la même école.

La Cour leur interdit également tout accès aux réseaux sociaux et de posséder un téléphone cellulaire donnant accès à Internet.

Les conditions engagent du même coup les parents ; leur non-respect par les jeunes ou le fait de ne pas dénoncer un bris de ces conditions expose les parents à être eux-mêmes poursuivis.

Les trois jeunes sont accusés d’agression sexuelle avec la participation d’une autre personne, d’agression sexuelle armée, de séquestration et de production, de possession et de distribution de matériel de pornographie juvénile.

Ils étaient détenus depuis leur arrestation, le 19 avril ; ils reviendront devant le tribunal pour la suite des procédures le 25 mai.

Un quatrième adolescent arrêté au même moment et remis en liberté par la suite doit comparaître jeudi sous les mêmes accusations, alors qu’un cinquième adolescent qui avait aussi été interpellé n’a pas été détenu et aucune accusation n’a été déposée contre lui pour le moment, bien que l’enquête se poursuive.

Les événements qu’on leur reproche seraient survenus le 24 mars dernier lors d’une fête dans un appartement de Montréal-Nord.

Le viol collectif de la jeune adolescente aurait été filmé et diffusé sur les réseaux sociaux.

Ce n’est que plusieurs jours plus tard, soit le 30 mars, que la police a été informée de l’incident.

Selon Cogeco Nouvelles, c’est le frère aîné de la victime qui aurait aperçu les images sur les réseaux sociaux et reconnu sa soeur ; il aurait alors alerté leur père.