Alek Minassian aurait été motivé par une haine des femmes

La maison d'Alek Minassian, à Richmond Hill en Ontario
Photo: Lars Hagberg Agence France-Presse La maison d'Alek Minassian, à Richmond Hill en Ontario

Une publication de l’auteur allégué de l’attaque au camion-bélier, dans les minutes précédant le carnage, suggère qu’il voulait s’en prendre aux femmes. La police de Toronto a refusé de s’avancer sur les motivations d’Alek Minassian, même si elle a laissé entendre une « prédominance féminine » parmi les victimes, dont l’identification des corps pourrait prendre plusieurs jours.

« C’est juste de dire [que les victimes] sont majoritairement des femmes », a reconnu en conférence de presse l’enquêteur Graham Gibson. Le sergent-détective n’a toutefois pas précisé le nombre de femmes par rapport au nombre d’hommes impliqués dans la tragédie. M. Gibson n’a également pas voulu s’avancer pour l’instant sur la possibilité qu’Alek Minassian ait délibérément choisi de s’attaquer aux femmes.

« Toutes ces choses devront être examinées, et ça se fera d’ici les prochaines semaines. Je ne peux d’aucune façon faire une déclaration générale et catégorique en me basant sur ce genre d’information », a-t-il soutenu.

Quelques minutes avant de grimper sur le trottoir de la rue Yonge pour faucher des piétons, Alek Minassian a tenu des propos masculinistes sur les réseaux sociaux. (voir encadré)

« La rébellion incel a déjà débuté ! Nous allons renverser les Chads et les Stacys ! Tous saluent le Suprême Gentleman Elliot Rodger ! », a écrit sur Facebook Alek Minassian. Le message et le compte du meurtrier allégué ont depuis été effacés par le réseau social.

Dans son dernier message, Alek Minassian fait référence à Elliot Rodger, l’auteur de la tuerie d’Isla Vista, en Californie. En 2014, Elliot Rodger a tué six personnes et en a blessé sept autres. L’attaque était motivée par sa haine des femmes, disait-il dans une vidéo publiée avant le drame. Elliot Rodger s’est suicidé après l’attaque.

Le terme « incel » est une contraction de « involuntary celibates », désignant des « célibataires involontaires ». Les « incels » s’étaient regroupés dans un sous-forum du site Reddit qui a été banni au cours de l’année 2017.

Le sergent-détective Gibson a confirmé la mise en ligne d’un message « énigmatique » par l’homme de 25 ans, qui a été accusé mardi matin sous dix chefs de meurtre et treize autres de tentative de meurtre.

« [La publication] fait partie de la preuve et de l’enquête », a soutenu l’enquêteur Gibson. Il a par ailleurs insisté sur le fait qu’à l’heure actuelle, aucune hypothèse n’est écartée. Le téléphone cellulaire de l’accusé a été saisi, a-t-il souligné. Quant au véhicule utilisé par Alek Minassian, il a été loué le matin même de l’attaque.

Victimes non identifiées

L’identification des piétons heurtés à mort par Alek Minassian dans sa course folle pourrait prendre plusieurs jours, selon le coroner en chef de l’Ontario.

« Il faut que nous soyons certains de l’identité de chaque victime et cela peut prendre beaucoup de temps, et ce temps peut être très frustrant. Lorsque nous avons plusieurs cas, cela devient très compliqué », a déclaré le Dr Dirk Huyer.

L’âge des victimes va de la mi-vingtaine à 80 ans, a-t-il ajouté.

Des familles ont été informées par le coroner que leur proche pourrait être parmi les victimes, mais rien n’est encore confirmé.« Les gens sont différents lorsqu’ils meurent, il y a des blessures, alors nous voulons faire très attention à ce qu’il n’y ait pas de confusion », a-t-il expliqué.

Des informations ont toutefois commencé à circuler sur l’identité et l’origine des défunts.

Tôt dans la journée, le conseiller municipal Cesar Palacio a dévoilé l’identité d’une victime, lors d’une réunion du conseil à l’hôtel de ville de Toronto. Il s’agit d’Anne Marie D’Amico. Deux ressortissants sud-coréens sont parmi les dix personnes tuées dans l’attaque, selon l’agence de presse Yonhap, qui évoque la possibilité d’une autre victime d’origine sud-coréenne.

L’ambassade de la Jordanie à Ottawa affirme que l’un de ses citoyens fait partie des dix personnes tuées dans l’attaque de lundi, sans fournir davantage de détails.

Quant aux blessés, certains n’ont eu que des éraflures et des ecchymoses, mais d’autres ont été touchés beaucoup plus gravement, a indiqué M. Gibson. Quelques-uns ont déjà reçu leur congé de l’hôpital, mais le sergent-détective n’avait pas de chiffre précis, mardi après-midi.

La police a revu à la baisse le nombre de blessés, qui est passé de quinze à quatorze. Une simple erreur de décompte, a précisé M. Gibson.

Ancien membre des Forces armées

Dans sa publication, Alek Minassian écrivait également « Soldat (Recrue) Minassian fantassin 00010, souhaitant parler au Sergent 4chan s’il vous plaît. C23249161 ». Un peu plus tôt, le ministre de la Défense Harjit Sajjan a confirmé, à Ottawa, que M. Minassian avait été membre des Forces armées canadiennes pendant environ deux mois l’an dernier, du 23 août au 25 octobre 2017.

Au cours de cette période, il a suivi une formation de seize jours au camp des recrues, avant de quitter volontairement l’armée.

M. Sajjan a assuré que, comme toute recrue, Alek Minassian avait fait l’objet d’un processus de sélection « très rigoureux en matière de sécurité ».

« Dans ce cas-ci, ça a été fait », a certifié le ministre. Il n’a cependant pas précisé — pour des raisons de « protection de la vie privée » — si la vérification du dossier de M. Minassian avait soulevé de quelconques préoccupations.

D’après le site des Forces armées canadiennes, le code 00010 désignerait un fantassin dans les Forces armées canadiennes et le code C23249161 désignerait son numéro de soldat, une information que le ministère de la Défense a refusé de confirmer.


Avec l’Agence France-Presse, La Presse canadienne et la collaboration de Marie Vastel et de Guillaume Levasseur​

Ce qu’on sait de l’enquête

Alek Minassian n’était pas connu des services de police.

L’attaque ne serait pas liée à la sécurité nationale.

La fourgonnette blanche qui lui a servi d’arme a été louée le matin même de l’attaque.

Le suspect a publié un message sur Facebook dans les minutes précédant sa course meurtrière.

Son téléphone cellulaire a été saisi.

Le conducteur allégué a été arrêté seulement sept minutes après la réception du premier appel au 911.

Alek Minassian a comparu mardi au palais de Justice de Toronto, sous dix chefs de meurtre et treize de tentative de meurtre.

Un 14e chef d’accusation devrait être porté contre lui.


À voir en vidéo