Attentat de Québec: les parents de Bissonnette sont «des victimes collatérales», estime le juge

Le palais de justice de Québec
Photo: Francis Vachon Le Devoir Le palais de justice de Québec

Après cinq jours d’observations sur la peine, Alexandre Bissonnette a fondu en larmes au tribunal mercredi matin quand le juge François Huot a souligné à quel point ses gestes avaient fait souffrir ses parents.

« À mon sens, Raymond Bissonnette et son épouse sont des victimes collatérales dans cette affaire et je suis convaincu que ce sont des gens qui souffrent énormément », a déclaré le juge Huot durant l’un des témoignages. « J’en appelle à votre charité et, peut-être, à votre foi de ne pas les affliger davantage. »

J'en appelle à votre charité et, peut-être, à votre foi de ne pas les affliger davantage

 

Dans le box des accusés, l’auteur de la tuerie à la mosquée sanglotait sans arrêt. À tel point que le juge a demandé qu’on fasse une pause pour lui permettre de se calmer. Le père d’Alexandre Bissonnette est présent dans la salle à chaque étape des observations sur la peine.

Le juge Huot réagissait au témoignage de l’un des rescapés de la tragédie, Ibrahim Bekkari Sbai. Ce dernier avait laissé entendre que le père d’Alexandre Bissonnette avait « contribué à l’éducation » d’un « monstre ».

« C’est très humain de chercher des explications pour des actes sordides et quelque part, c’est peut-être un peu réconfortant de pointer du doigt rapidement l’environnement familial », lui a rétorqué le juge, avant d’ajouter qu’Alexandre Bissonnette avait 27 ans au moment des événements.

« Ce n’était plus un petit enfant. Il a eu son propre parcours indépendamment des valeurs qu’ont pu lui transmettre ses propres parents. »

Une perte pour tout le Québec

La Couronne a convoqué à la barre plus de 15 témoins dans le cadre des observations sur la peine qui se poursuivent jeudi.

Mercredi matin, on a pu entendre la veuve de Khaled Belkacemi et deux de ses enfants. Âgée de 52 ans, Mme Hamoudi travaillait dans la même équipe de recherche que son mari à l’Université Laval, en génie agroalimentaire.

« La perte de mon mari en est une pour toute la société québécoise, a-t-elle déclaré. Ses recherches étaient une quête perpétuelle de meilleurs moyens d’améliorer la santé humaine et celle de l’environnement. »

Il avait notamment travaillé à la « production d’huiles hydrogénées sans gras trans pour ne pas nuire à la santé cardiovasculaire », a-t-elle donné entre autres exemples.

Le couple, qui a eu trois enfants, a quitté l’Algérie en 1994 pour fuir le terrorisme après l’assassinat du recteur de l’Université des sciences et de la technologie à Alger. « L’ironie du sort a fait que notre vie calme et sereine soit bouleversée le 29 janvier 2017 », a lancé leur fille Megda dans son témoignage. « La violence que mes parents ont fuie nous a rattrapés. »

Aînée des 17 orphelins de la tragédie, la jeune avocate de 29 ans a souligné que, sur papier, Alexandre Bissonnette et elle avaient pourtant plusieurs points communs : « Comment un homme qui a le même âge que moi, qui a grandi dans la même ville que moi, qui a un parcours si semblable au mien, quelqu’un que j’aurais pu connaître, qui fréquentait probablement les mêmes endroits que moi, comment cette personne a pu enlever la vie de mon père et de cinq autres pères de famille […] ? »

Son frère Amir, 26 ans, qui travaille dans le milieu de la restauration, est également venu parler de leur père.

« C’était une personne pacifique, dévouée. […] S’expatrier comme il l’a fait pour nous donner une chance de vivre une vie plus simple, sereine… ça comporte énormément de sacrifices. »

En terminant son témoignage, il a qualifié le meurtrier de « monstre » ayant « perdu toute son humanité ». Puis il l’a regardé fixement dans les yeux avant de retourner dans la salle.

À la défense de leur religion

On a ensuite pu entendre les témoignages de trois autres hommes qui se trouvaient sur le lieu de la tuerie. Rappelons qu’au total, pas moins de 35 personnes se trouvaient au Centre culturel islamique ce soir-là, dont quatre enfants.

L’un après l’autre, ils ont évoqué les symptômes du choc post-traumatique, la peur persistante que cela se reproduise, le difficile retour au travail. Certains ont parlé pendant plus d’une heure en relatant au juge leur parcours d’immigration, leur vision du Québec.

Plus d’un a souligné que l’islam n’était pas une religion violente, en citant des extraits du Coran. « Le mot “islam” aussi, pour nous, en arabe, c’est la paix. […] Le même message de paix véhiculé par Jésus », a affirmé Ibrahim Bekkari Sbai, un employé de l’Agence de revenu Québec de 44 ans.

L’un après l’autre, ils sont venus dire qu’ils étaient de bonnes personnes, des immigrants qui ne devraient inspirer aucune méfiance.

« Moi, j’aime toujours aider les gens », a raconté Ahmed Ech-Chahedy, un professeur d’éducation?physique?de 44 ans qui forme de jeunes athlètes de taekwondo.

« Quand je suis venu ici, à Québec, je n’étais pas venu pour dire aux gens comment vivre, même si je suis musulman. Ma religion m’a enseigné à respecter l’autre. »