L’appel au 911 de Bissonnette diffusé en cour

Alexandre Bissonnette avait contacté les autorités peu après 20h, alors qu’il se trouvait non loin du pont de l’île d’Orléans.
Photo: Mathieu Bélanger Archives La Presse canadienne Alexandre Bissonnette avait contacté les autorités peu après 20h, alors qu’il se trouvait non loin du pont de l’île d’Orléans.

« J’espère que j’ai pas fait de mal à personne », répète Alexandre Bissonnette au répartiteur qui a répondu à son appel fait au 911 dans les minutes suivant son passage meurtrier à la grande mosquée de Québec.

« J’ai pas blessé personne au moins tantôt ? Je veux savoir », lance-t-il au téléphoniste entre deux sanglots et des moments d’impatience.

L’homme de 28 ans, qui fait face à au moins 25 ans de prison pour plusieurs meurtres, a composé le 911 peu après 20 h, alors qu’il se trouvait non loin du pont de l’île d’Orléans.

« C’est moi qui étais à la mosquée tantôt », dira-t-il d’abord. Pendant 50 longues minutes, le téléphoniste discute avec lui et lui enjoint à garder son calme avant que les policiers ne l’arrêtent.

Il lui pose des questions en apparence banales sur ses études, sur sa famille, ses goûts. L’appelle « Alex », lui demande s’il est sorti la veille. Chaque fois, Bissonnette répond presque candidement à une ou deux questions puis s’impatiente. « Je suis écoeuré là, je suis écoeuré. Là, j’en ai assez d’attendre », dit-il.

Et l’échange reprend : le répartiteur l’invite à rester calme, relance la conversation, Alexandre Bissonnette discute un temps, puis s’impatiente.

À plusieurs reprises, il demandera au téléphoniste s’il y a des blessés. « J’ai jamais fait mal à personne, OK ? » répétera-t-il aussi.

Toutefois, à aucun moment durant l’échange, le meurtrier ne donne d’indication sur ce qui l’a motivé à tirer à répétition sur les gens qui se trouvaient au Centre culturel islamique de Québec (CCIQ).

Les observations sur la peine doivent se poursuivre jeudi au palais de justice de Québec avec la diffusion notamment de l’interrogatoire de M. Bissonnette après son arrestation.

D’autres détails suivront.

À voir en vidéo