Bruce McArthur fait face à une septième accusation de meurtre

Bruce McArthur a comparu par visioconférence à Toronto mercredi matin.
Photo: Alexandra Newbould Archives La Presse canadienne Bruce McArthur a comparu par visioconférence à Toronto mercredi matin.

Toronto — Une septième accusation de meurtre prémédité a été déposée, mercredi, contre le présumé tueur en série du village gai de Toronto.

Bruce McArthur a comparu par visioconférence, mercredi matin. La Couronne a alors déposé la nouvelle accusation de meurtre au premier degré, liée à la mort d’Abdulbasir Faizi. Le paysagiste de 66 ans était déjà accusé du meurtre prémédité de six hommes ayant des liens avec la communauté LGBTQ de Toronto.

La police a retrouvé les restes de sept personnes dans des bacs à fleurs sur une propriété de Toronto où M. McArthur avait effectué des travaux et où il entreposait du matériel de paysagiste. La police a jusqu’ici relié ces restes à trois des victimes présumées.

Selon des documents judiciaires, la police croit que l’accusé a tué M. Faizi autour du 29 décembre 2010, à Toronto. Plus de détails pourraient être dévoilés lors d’une conférence de presse de la police, mercredi après-midi.

M. McArthur doit comparaître à nouveau dans deux semaines, le 25 avril.

L’accusé avait été arrêté en janvier et accusé des meurtres prémédités d’Andrew Kinsman et de Selim Esen, qui étaient disparus du quartier gai de Toronto en 2017. Plus tard en janvier, il a été accusé des meurtres de Majeed Kayhan, Soroush Mahmudi et Dean Lisowick. Puis, en février, la Couronne l’accusait formellement du meurtre d’une sixième victime, Skandaraj Navaratnam.

En plus des enquêtes sur les meurtres et les restes humains, la police de Toronto a annoncé en mars l’ouverture d’une enquête interne après la découverte d’informations « préoccupantes » dans cette affaire — notamment le fait que M. McArthur avait déjà été rencontré par des enquêteurs.

La commission de police de Toronto a aussi approuvé la tenue d’une enquête externe, demandée par le maire John Tory, qui se penchera sur la façon dont le Service de police avait traité les nombreux cas de disparitions dans le village gai.