Comment se comparent le Canada et l’Europe en matière d’intégration des immigrants?

Selon Ruud Koopmans, les sociétés occidentales sont tiraillées entre un courant favorable à l’ouverture des frontières et une tendance à la fermeture plus ou moins serrée des passages.
Photo: Jim Watson Agence France-Presse Selon Ruud Koopmans, les sociétés occidentales sont tiraillées entre un courant favorable à l’ouverture des frontières et une tendance à la fermeture plus ou moins serrée des passages.

Professeur à l’Université Humboldt de Berlin, Ruud Koopmans étudie les relations tendues entre les immigrants musulmans et les sociétés occidentales. Ses conclusions ont parfois été utilisées par des mouvements xénophobes. Ce qui permet de reposer la question classique des rapports entre le savant et le politique.

A beau séduire qui se tient au loin. Vu d’Europe, vu du reste du monde, le Canada est perçu comme une sorte d’eldorado de l’intégration harmonieuse des immigrants dans une société postnationale vivant dans la paix, la prospérité et le respect des différences ethnoreligieuses. Les États-Unis en mieux, quoi. Une sorte d’utopie multiculturaliste réalisée. Un selfie de la famille Trudeau en sari et sherwani avec ça ?

« En Europe, le Canada est souvent présenté comme un type idéal à suivre », résume Ruud Koopmans, professeur de sociologie de l’Université Humboldt de Berlin. Il prononce une conférence sur le sujet vendredi à 15 h au Centre d’études et de recherches internationales de l’UdeM (CERIUM). Son titre demande si le multiculturalisme est un échec ou un succès.

« Les données sur le fondamentalisme religieux, le djihadisme, le taux d’emploi ou d’éducation des immigrants dépeignent une situation bien meilleure au Canada qu’en Europe. Pour comprendre pourquoi, il faut examiner la composition des populations migrantes. Elle est très différente au Canada. D’abord à cause des politiques de sélection des immigrants. Ensuite à cause de la position géographique de ce pays. Le Canada n’a pas le problème de recevoir aux frontières des masses de réfugiés. »

Le Canada a sélectionné quelque 300 000 immigrants en 2017 et reçu environ 50 000 demandeurs d’asile. L’Allemagne a accueilli 900 000 demandeurs d’asile rien qu’en 2015, surtout des Syriens.

Ruud Koopmans, lui, est originaire des Pays-Bas. Sa thèse de doctorat portait sur les nouveaux mouvements militants en Allemagne. Il a enseigné la sociologie à Amsterdam, puis à Berlin depuis 2007.

« Quand j’ai commencé mes recherches sur l’intégration et la diversité à la fin des années 1990, le sujet n’était pas autant dans l’air du temps. La situation a beaucoup changé, bien sûr, et il y a des fonds pour ces études. »

Trois dichotomies

Les perspectives du professeur Koopmans peuvent être très schématiquement présentées autour de trois dichotomies fondamentales.

Ouverture/fermeture. Les sociétés occidentales sont tiraillées entre un courant favorable à l’ouverture des frontières et aux immigrants et une tendance à la fermeture plus ou moins serrée des passages.

« C’est très clair en Europe et aux États-Unis et au Canada, j’imagine que l’ancienne division de classe est remplacée par une nouvelle division opposant un courant cosmopolitain à un autre, communautarien », explique M. Koopmans.

Les cosmopolitains ont une attitude positive vis-à-vis de la mondialisation. Ils sont pour l’immigration, l’Union européenne ou l’ALENA. Ils font partie des gagnants de la mondialisation. Ils sont éduqués, occupent de bons emplois liés à la mondialisation, vivent dans les villes et voyagent.

Les communautariens demeurent plus enracinés dans leur communauté locale ou nationale. Ils sont moins éduqués, occupent des emplois menacés par la compétition mondiale, vivent en périphérie des grandes villes. Ils s’affichent contre l’immigration. « On reconnaît les électeurs types de Donald Trump », dit le sociologue.

Multiculturalisme/laïcité. Les riches sociétés du Nord se distinguent aussi par leur modèle d’intégration opposant le multiculturalisme à l’anglaise à la laïcité à la française.

« Le débat autour des deux options reste encore important dans tous les pays occidentaux. Dans les faits, les deux modèles sont modifiés », dit M. Koopmans.

Le modèle multiculturaliste mute aux Pays-Bas, en Suède, même au Royaume-Uni, où il s’est édulcoré. La France ne reste pas si fidèle non plus à son programme d’assimilation d’origine. Les cadres convergent parce que les versions pures ne fonctionnent plus.

« Les Pays-Bas ont constaté que les politiques multiculturelles encourageant la conservation des valeurs et coutumes des immigrants nuisaient à leur intégration. La France a par exemple découvert qu’on ne peut pas nier les différences culturelles et qu’il faut des statistiques d’État sur les origines ethniques ou raciales puisque les discriminations se fondent sur ces réalités. »

Occident/musulmans. Cela dit, les sociétés occidentales réussissent encore très bien à intégrer et à assimiler des immigrants, note le professeur. Seulement, il y a un os.

« Le groupe problématique est maintenant formé de musulmans religieux, affirme-t-il. L’Islam formule des demandes fortes à ses croyants en matière de pratique, mais aussi d’interaction avec les non-musulmans. Il devient donc plus difficile de franchir la frontière qui sépare un immigrant musulman religieux de l’intégration et de l’assimilation. »

Ruud Koopmans a notamment comparé le fondamentalisme religieux des musulmans et des chrétiens par rapport à leur hostilité respective vis-à-vis d’autres groupes, dont les juifs et les homosexuels. Sa recherche portant sur six pays d’Europe date de 2015.

« Les conclusions de base étaient les mêmes partout. Un peu moins de la moitié, 45 % des musulmans, ont une conception fondamentaliste de leur religion. Ils ne reconnaissent comme possible qu’une seule interprétation du Coran à imposer à tous. Ils croient que les règles du Coran sont supérieures aux lois du pays qu’ils habitent. »

Ce fondamentalisme serait aussi fermement lié à une hostilité envers les juifs et les homosexuels.

« Dans les écoles allemandes, de jeunes juifs sont maintenant agressés par de jeunes musulmans qui tirent leur antisémitisme de leur fondamentalisme religieux, note le Berlinois. Les mécanismes fondamentaux sont les mêmes chez les fondamentalismes chrétiens, contre les musulmans par exemple. Ils sont par contre beaucoup moins présents. »

De l’instrumentalisation

En fait, l’hostilité envers les musulmans s’exprime à partir de positions politiques plutôt que religieuses. Certains travaux du professeur Koopmans ont d’ailleurs été utilisés par des groupes de la branche communautarienne, voire nationale-conservatrice, comme l’Alternative pour l’Allemagne (AfD). Les courants antimusulmans, voire islamophobes existent aussi ici, dans l’eldorado multi. Faut-il rappeler l’attentat de Québec ?

Ce qui ramène finalement au problème des rapports entre le savant et le politique.

« Je suis un scientifique et je fais des recherches universitaires, répond Herr Prof. Dr. Koopmans. Je souhaite que mes résultats soient communiqués à toute la société. Je n’ai qu’un contrôle limité sur ce qu’en fait ensuite la société. Je crois aussi que si les xénophobes et les racistes sont capables d’utiliser certaines de mes données, c’est parce que les problèmes qu’elles soulèvent ne sont pas assez discutés par les médias et les politiciens plus raisonnables. En ignorant certains problèmes, on laisse le champ libre aux populistes. »