Alexandre Bissonnette plaide non coupable

L’auteur présumé de l’attentat du 29 janvier 2017 s’est de nouveau retrouvé dans le box des accusés lundi matin.
Photo: Mathieu Bélanger La Presse canadienne L’auteur présumé de l’attentat du 29 janvier 2017 s’est de nouveau retrouvé dans le box des accusés lundi matin.

Alexandre Bissonnette a plaidé non coupable lundi avant-midi aux 12 chefs d’accusation, dont six de meurtre au premier degré, pesant sur lui depuis la tuerie de la grande mosquée de Québec. Un interdit de publication empêche Le Devoir de relater les événements qui ont suivi.

L’auteur présumé de l’attentat du 29 janvier 2017 s’est de nouveau retrouvé dans le box des accusés lundi. Il a été escorté dans le compartiment vitré par des agents des services correctionnels du Québec, pendant que des proches des victimes prenaient place dans la salle d’audience après avoir traversé un portique de sécurité. Une fois assis, Alexandre Bissonnette a poussé un soupir aussitôt dissimulé par un léger tintement des menottes qu’il avait aux poignets et aux chevilles.

Le juge de la Cour supérieure François Huot lui a demandé de s’avancer à la barre des témoins. Devant une salle d’audience clairsemée, le magistrat a lu un à un les 12 chefs d’accusation, à commencer par les six de meurtre au premier degré et les cinq de tentative de meurtre avec une arme à feu à autorisation restreinte, auxquels Bissonnette fait face. Le juge Huot a aussi fait la lecture de l’accusation de tentative de meurtre portée par le Directeur des poursuites criminelles et pénales au nom des 35 autres fidèles présents à la mosquée de Sainte-Foy le 29 janvier 2017. Il a déclamé chacun des noms.

Chaque fois, Alexandre Bissonnette s’est avancé vers les micros devant lui afin de plaider non coupable. Un murmure s’est élevé dans la salle d’audience, dans laquelle se trouvaient quelques membres des familles des victimes de la tuerie du Centre culturel islamique de Québec.

Puis, l’homme âgé de 28 ans est retourné dans le box des accusés. Le juge François Huot a aussitôt imposé un interdit de publication. L’ordonnance empêche toute personne de diffuser tout renseignement sur les discussions tenues après cela dans la salle d’audience 4.14.

Les parties ont convenu de revenir en cour mercredi avant-midi.

À voir en vidéo