La révolte de coton: à l'assaut des codes vestimentaires au secondaire

Gaëlle Grimard, Kimy Boivin et Célestine Uhde, trois membres du mouvement des carrés jaunes
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Gaëlle Grimard, Kimy Boivin et Célestine Uhde, trois membres du mouvement des carrés jaunes

Inspirées par l’expérience des carrés rouges, des adolescentes de Québec ont lancé une campagne pour dénoncer les codes vestimentaires des écoles secondaires publiques parce qu’ils contribuent, selon elles, au sexisme.

« Nous, on se bat contre l’hypersexualisation de la femme, pour l’égalité de traitement et pour la liberté d’expression », explique Gaëlle Grimard, l’une des instigatrices du mouvement. Âgée de 14 ans, la jeune fille est en 2e secondaire à Joseph-François-Perrault, une école secondaire publique de 600 élèves.

« Le code vestimentaire est trop restrictif », ajoute Célestine Uhde, la présidente du conseil étudiant de l’école, actuellement en 4e secondaire. « On nous empêche de dévoiler nos épaules parce que ça excite les garçons et ça les déconcentre. Donc en gros, on ne peut pas s’habiller comme on veut à cause des garçons. »

La plupart des écoles secondaires interdisent les camisoles avec des bretelles « spaghettis », les épaules dénudées, les culottes courtes et demandent aux élèves de porter des hauts et des bas qui se superposent. Ces mesures sont contenues dans ce qu’on appelle des « codes de vie », qui sont approuvés par toutes les instances de l’école.

Les adolescentes déplorent aussi qu’on les oblige à porter un haut long lorsqu’elles mettent des leggings et s’opposent à ce qu’on les force à porter des soutiens-gorge, obligation qui n’est toutefois pas précisée dans le code.

Ces règlements mettent surtout la pression sur les filles et pas sur les garçons, déplorent-elles. Elles croient que cela contribue à l’hypersexualisation et à « la culture du viol ».

Mais puisque les codes moins restrictifs permettent à des jeunes filles de s’habiller de façon plus sexy, ne serait-ce pas plutôt le contraire ? Les règles n’empêchent-elles pas justement l’hypersexualisation ? « Notre but à long terme, c’est que le corps de la femme ne soit pas plus sexualisé que celui d’un gars, répond Célestine Uhde. On veut que les gens cessent de croire que le corps de la femme est plus sexuel que celui d’un homme. Moins on donne de l’importance au ventre et aux jambes des filles, moins on les cache, moins ça les sexualise. »

Leur mouvement, disent-elles, a été déclenché par une vidéo de la plateforme YouTube ou une élève de 5e secondaire racontait qu’elle s’est fait sortir de sa classe parce qu’elle ne portait pas de soutien-gorge sous sa chemise. L’adolescente encourageait les jeunes à protester contre ces règlements le 21 mars.

Un message pris au pied de la lettre par leur groupe (des filles pour la plupart, mais certains garçons ont participé), qui a défié le règlement le jour dit. « On est allés à l’école sans brassières, en camisole ou en gilets bedaine. On voyait une partie du corps qu’on doit normalement cacher », explique Gaëlle Grimard, en ajoutant que « des élèves qui ont refusé de se changer ont été suspendus ».

Les carrés jaunes avaient en outre tapissé l’école d’affiches jaunes pour réclamer des changements et lancé une campagne sur les réseaux sociaux. Pourquoi le jaune ? Parce que l’une des filles de la bande a trouvé un paquet de tissu jaune dans son sous-sol la semaine dernière. « On veut que ça rayonne comme un soleil dans les autres écoles », ajoute Célestine Uhde.

Une consultation d’abord

Lors de leur rencontre avec Le Devoir lundi, les carrés jaunes disaient avoir convaincu la direction de l’école de revoir le code de vie dès l’an prochain. Or jointe au téléphone, la directrice, Marlène Bureau, a dit qu’elle n’en était pas là du tout.

Certes, elle a confirmé avoir rencontré les élèves et accepté de rédiger une proposition de changement au code de vie. À cet égard, elle n’a pas voulu nous décrire le contenu de la proposition, mais a souligné qu’elle ne faisait pas l’unanimité. « J’ai présenté un sondage à l’équipe enseignante. Ils ont travaillé en équipe tout un avant-midi là-dessus », dit-elle. Or « c’est très serré. Tout le monde n’a pas la même vision. »

D’emblée, la directrice n’est pas convaincue que le conseil d’établissement va approuver. « Vous savez, ce sont des parents en majorité qui doivent voter sur ça. » La réunion doit avoir lieu le 9 avril. « J’ai hâte de voir ce qu’ils vont dire. Je suis très curieuse. »

Elle-même se questionne : « Si on dit que [les shorts] doivent couvrir la fesse [par opposition à la majeure partie de la cuisse], l’année prochaine, ça va être quoi ? »

« Actuellement, la mode est aux gilets bedaine. […] Moi, j’ai vu des filles qui lorsqu’elles lèvent le bras en l’air, on voit leur soutien-gorge. Je ne peux pas accepter ça dans une école. »

« Elles ont raison de dire que ça touche plus les filles, sauf que des gars qui portent le short court, j’en ai pas vu encore. » Elle ajoute qu’elle n’a jamais vu d’élève se faire avertir parce qu’elle n’avait pas de soutien-gorge. Si ça s’est produit, c’est parce que l’adolescente avait un haut transparent, souligne-t-elle.

Un précédent à Montréal

D’emblée, à ses yeux, le code vestimentaire n’est pas nécessairement un enjeu lié au sexisme.

« C’est une question de vivre-ensemble », dit la directrice, qui voit aussi dans la révision du code l’occasion de rediscuter de l’interdiction de porter un couvre-chef en classe, par exemple. Quant aux propos des filles selon lesquels le code vestimentaire « encourage la culture du viol », Mme Bureau n’en revient tout simplement pas. « Je trouve ça gros comme argument. […] J’aurais besoin qu’on me prouve que ça a cet effet-là. […] C’est presque une insulte à mon égard. »

À l’échelle du Québec, ce n’est pas la première fois que les codes vestimentaires suscitent la polémique dans une école secondaire. Il y a deux ans, un mouvement du même genre était apparu à l’école Robert-Gravel, à Montréal, après que l’établissement eut tenté d’imposer le port obligatoire du soutien-gorge dans son code de vie. Pour protester, des jeunes avaient alors suspendu des soutiens-gorge à leurs casiers

La direction s’était défendue en expliquant que certains enseignants étaient placés dans des situations délicates « liées au port ou non de sous-vêtements » notamment lorsque des « tissus transparents » peuvent « révéler certaines choses ».

Finalement, le conseil d’établissement avait adopté un compromis en libellant le règlement ainsi : « les sous-vêtements ou les parties du corps qui se trouvent normalement sous les sous-vêtements ne doivent pas être visibles, et ce, autant chez les filles que chez les garçons ».