Aucune accusation portée contre le journaliste Antoine Trépanier

Le journaliste Antoine Trépanier à son arrivée au poste de police de Gatineau, en fin de soirée jeudi dernier.
Photo: Radio-Canada Le journaliste Antoine Trépanier à son arrivée au poste de police de Gatineau, en fin de soirée jeudi dernier.

Aucune accusation criminelle ne sera déposée contre le journaliste de Radio-Canada, Antoine Trépanier, arrêté la semaine dernière.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a conclu qu’il n’avait commis aucun acte criminel, après examen du rapport du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG).

Une plainte pour harcèlement criminel pesait contre le journaliste, déposée par une femme faisant l’objet de son reportage. La plaignante Yvonne Dubé se retrouvait au coeur d’une enquête révélant qu’elle s’était faussement présentée en tant qu’avocate.

Dans le cadre de son travail, le journaliste Trépanier avait offert à Mme Dubé de livrer sa version des faits à la caméra. Celle-ci avait d’abord accepté, mais, selon Radio-Canada, elle ne se serait pas présentée pour l’entrevue, avisant qu’elle refusait désormais d’y participer. Le lendemain, le journaliste aurait offert par courriel une nouvelle occasion à Mme Dubé. C’est à la suite de cette demande qu’elle aurait porté plainte au SPVG pour harcèlement criminel.

Le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, Stéphane Giroux, avait dit trouver « extrêmement inquiétant » que l’arrestation d’Antoine Trépanier soit survenue sur la seule foi de la plainte de Mme Dubé.