Les revenus des mères québécoises se comparent à ceux des femmes sans enfant

Les mères québécoises sont moins pénalisées au chapitre de leurs revenus que dans le reste du Canada.
Photo: Getty Images Les mères québécoises sont moins pénalisées au chapitre de leurs revenus que dans le reste du Canada.

Du point de vue des revenus d’emploi, il existe une « pénalité liée à la maternité », mais elle est généralement moins élevée au Québec (2,5 %) que dans le reste du Canada (6,3 % en moyenne) quand on compare les revenus des mères et des femmes sans enfant. Selon une enquête européenne de 2005, la différence est de 21 % au Royaume-Uni, 13 % en Allemagne, mais avantageuse de 4 % au Danemark.

Et les pères ? Pour eux, tout va bien, partout. Les pères québécois ont même en moyenne des revenus plus élevés que les hommes sans enfant. Ce bonus à la paternité ne fait que confirmer une situation déjà documentée au sein d’autres sociétés.

Ces grands constats se retrouvent dans une étude de chercheuses de l’UQAM dévoilée lundi midi au Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) à Montréal. L’État des lieux sur les écarts de revenus entre les parents et les femmes et les hommes sans enfant au Québec et dans le reste du Canada est cosigné par deux professeures d’économie de l’École des sciences de la gestion Marie Connolly et Catherine Haeck avec la doctorante Mélanie Fontaine.

Comment expliquer les écarts constatés ? Le gros bon sens intuitif voudrait lier l’avantage québécois aux politiques sociales plus généreuses pour les parents, dont le congé de parentalité et le réseau de garderies subventionnées.

« Notre étude n’est pas causale », écrivent toutefois les chercheuses dans leur document. « Nous ne pouvons donc pas affirmer que les politiques familiales du Québec ont amené des pénalités liées à la maternité plus faibles. »

La professeure Connelly précise cette option prudente en entrevue. « Nos résultats sont cohérents avec le fait que les politiques publiques ont aidé, mais on ne sait pas dans quelle mesure. Ce qu’on sait, par contre, c’est que même si les politiques ont aidé, il demeure des écarts. »

Capital humain

La recherche d’une centaine de pages utilise des données de Statistique Canada de 2001 et de 2006 à 2011, mais aussi des données tirées de l’impôt de 1982 à 2013. Voici d’autres détails sur les conclusions de l’enquête canado-québécoise :

Chute. La baisse de revenu l’année de la naissance de l’enfant est substantielle, soit d’environ un tiers partout au pays. Les mères québécoises retrouvent en 4 ans des revenus semblables à ceux des nullipares alors qu’il leur faut jusqu’à 11 ans pour y arriver ailleurs au pays.

Sous-groupes.Les revenus influent sur la vie des familles. « Une mère qui gagne moins d’argent aura moins de ressources à sa disposition pour investir dans l’éducation et la formation en capital humain de ses enfants », dit le texte dans son jargon de profession. L’étude montre que les mères québécoises ne détenant qu’un diplôme secondaire ou moins et les monoparentales, déjà plus à risque de se retrouver en situation de pauvreté, sont plus fortement désavantagées par les écarts de revenus (d’environ 10 % dans les deux cas) par rapport aux femmes sans enfant. Le déséquilibre demeure le même au Canada pour les moins éduquées alors que les mères mariées connaissent les « pénalités » les plus élevées (12,1 %), peut-être parce qu’elles ont plus tendance à adopter le rôle de mère au foyer.

Gagnants et perdants.Les pères québécois et les hommes mariés gagnent en moyenne 15,6 % de plus que les hommes sans enfant. Au Canada, cet écart positif pour les parents masculins est d’environ 14 %. Les chercheuses relient cette réalité à un « phénomène de sélection », en spécifiant que « les hommes avec de plus grandes habiletés et compétences ont de meilleurs emplois et salaires, mais sont également ceux qui sont plus désirables du point de vue de leurs partenaires potentiels ».