Aide à mourir: une première victoire pour les malades

La Cour supérieure du Québec a donné raison jeudi à deux personnes gravement malades contestant la constitutionnalité des lois fédérale et québécoise sur l’aide à mourir, en limitant de treize à sept les expertises qui pourront être présentées en preuve par les procureurs généraux du Québec et du Canada. Cette décision évitera d’allonger les procédures lors du procès sur le fond qui sera entendu d’ici l’automne 2018. Les demandeurs, qui se sont vu refuser le droit à l’aide à mourir, contestent les lois exigeant que la mort des patients soit « raisonnablement prévisible ».