Tarif d'électricité préférentiel pour les producteurs de marijuana

Les producteurs de marijuana pourront bénéficier d’un tarif préférentiel d’Hydro-Québec.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les producteurs de marijuana pourront bénéficier d’un tarif préférentiel d’Hydro-Québec.

Tout comme les tomates, les concombres et les plantes, le cannabis qui sera cultivé en serre permettra aux producteurs qui le développent d’obtenir un « tarif avantageux » auprès d’Hydro-Québec grâce au type d’éclairage qu’ils utilisent, a appris Le Devoir.

« Les producteurs de cannabis, qu’il soit à des fins médicales ou récréatives, auront droit à l’avantage tarifaire s’ils utilisent de l’éclairage de photosynthèse », confirme Marc-Antoine Pouliot, porte-parole d’Hydro-Québec.

En 2013, la société d’État a mis en place un tarif pour favoriser l’industrie serricole en tenant compte de ce type d’éclairage, qui permet aux végétaux de faire la photosynthèse.

Québec a adopté un décret, en septembre 2013, demandant à Hydro-Québec et à la Régie de l’énergie que les producteurs en serre soient admissibles à « des solutions tarifaires innovantes ».

Le gouvernement rappelait alors qu’il venait de lancer sa politique de souveraineté alimentaire, pour encourager la production de produits agricoles — dont la culture sous serre — et encourager les Québécois à s’approvisionner localement.

Contrairement aux autres tarifs préférentiels offerts par Hydro-Québec à ses clients, celui destiné aux producteurs en serre ne se base donc pas sur leur consommation énergétique, mais plutôt sur le type d’éclairage utilisé.

« La seule exception [à notre grille tarifaire] c’est l’éclairage de photosynthèse. Ici, c’est l’usage qui permet d’avoir accès à l’option tarifaire », explique M. Pouliot.

Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal, rappelle que pour offrir des avantages financiers à des industries spécifiques, le gouvernement du Québec a la discrétion d’utiliser un décret pour faire des demandes auprès d’Hydro-Québec et de la Régie de l’énergie.

« Il y a beaucoup de lobbys, on peut penser à ceux qui disent que les stations de ski devraient avoir un tarif spécifique, les producteurs en serre aussi, il y a aussi des contrats secrets avec des alumineries. Tout le monde fait son lobbying auprès du gouvernement, qui ensuite amène Hydro-Québec et la Régie de l’énergie à adopter des mesures tarifaires », explique-t-il.

Ce décret visait aussi à ce que ces mesures tarifaires favorisent « tant les petits que les grands producteurs en serre », à faire en sorte que celles-ci « contribueront à l’objectif de diminution de gaz à effet de serre de 25 % dans l’horizon 2020 » et contribueront à « créer de nouveaux emplois dans l’industrie de la serriculture servant ainsi à soutenir le développement économique du Québec ».

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, n’a pas souhaité commenter le dossier, considérant que le programme tarifaire d’Hydro-Québec n’est pas basé sur le type de culture produite, mais plutôt sur le type d’éclairage.

Une source gouvernementale proche du dossier indiqué au Devoir que le décret visait l’ensemble de l’industrie serricole et non seulement le secteur maraîcher.

« On ne peut prétendre que la production de cannabis contourne l’esprit du décret, pas plus que la production de fleurs ornementales », indique cette source.

Le secteur maraîcher constitue 40 % de l’industrie serricole québécoise, le secteur ornemental, 43 %, et le mixte, 17 %.

La ministre responsable du projet de loi entourant la légalisation du cannabis, Lucie Charlebois, et le ministre de l’Agriculture, Laurent Lessard, n’ont pas souhaité commenter non plus.

Prix concurrentiel

Les producteurs de cannabis ont donc droit au même « appui » que tous les autres producteurs en serre.

« Qu’un producteur cultive des tomates ou du cannabis, pour nous, ça ne fera pas de différence, parce que ce dont on tient compte pour offrir l’avantage tarifaire, c’est le type d’éclairage utilisé dans leurs installations et non le type de culture produite », explique M. Pouliot.

Lorsqu’ils adhèrent à l’éclairage de photosynthèse, poursuit-il, les clients ayant une puissance d’au moins 400 kW paieront 5,53 ¢/kWh.

« Les deux producteurs [autorisés par Santé Canada] qui font actuellement du cannabis à des fins médicales ont déjà droit à ce tarif-là », ajoute par ailleurs M. Pouliot.

Il souligne que jusqu’à présent cette mesure tarifaire permet aux producteurs en serre qui utilisent l’éclairage de photosynthèse de faire des économies sur les coûts en énergie atteignant en moyenne 40 %. Cela constitue une économie annuelle d’environ 60 000 $ pour une installation de 600 kW et de 320 000 $ pour une installation de 3000 kW.

À titre comparatif, un abonné résidentiel d’Hydro-Québec paie présentement 5,82 ¢/kWh pour les 33 premiers kilowattheures facturés. Les suivants grimpent à 8,92 ¢ l’unité.

Dans la grille des tarifs préférentiels, pour avoir droit au tarif LG de 5,37 ¢/kWh, un client doit avoir une puissance à facturer minimale de 5000 kW, une consommation de 3 060 000 kWh et un facteur d’utilisation de 85 %. La Ville de Montréal et la Société de transport de Montréal font notamment partie de cette catégorie.

Chez Hydro-Québec, on indique qu’il est envisageable que les grands producteurs de cannabis se qualifient pour bénéficier du tarif LG.

« Les producteurs de cannabis, ce sont des clients comme tous les autres […] S’ils ont une consommation assez importante pour bénéficier de ce tarif, ils pourront le faire puisque nos tarifs sont établis en fonction de la consommation et non du type d’industrie », indique M. Pouliot.

4 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 17 janvier 2018 01 h 31

    hé, oui une mort parfaite

    Et une médaille de bravoure, et une aide a mourir, pourquoi pas ne pas passer immédiatement aux opiaides, ne dit-on pas que c'est la mort parfaite

  • Serge Pelletier - Abonné 17 janvier 2018 02 h 59

    Pourquoi pas.

    Soutenir la politique de souveraineté en culture du cannabis, pourquoi pas. Après tout, le QC a bien la SAQ-POT... et dans cinq ou dix ans quand la demande fléchira, que les producteurs commenceront à éprouver des difficultés financières... La SAQ-POT pourra faire une société en commandite avec eux et le Fonds de Soladarité (comme ce qui c'est produit pour les embouteileurs de vin et la SAQ).

  • Robert Beauchamp - Abonné 17 janvier 2018 08 h 53

    Les arguties

    Dire que les serristes se sont battus becs et ongles pour finalement obtenir que le gouvernement adopte des mesures pour les fins de sécurité alimentaire. Voilà que les lobbyistes du cannabis, quand on sait que de grands actionnaires sont issus du parti libéral dont l'ex directeur des finances du parti libéral du Canada, profiteront sans effort des tarifs préférentiels, alors qu'ils se lancent dans la production d'un produit des plus rentables qui pourrait bien se passer de tout soutien de l'état, ne faudrait-il pas comprendre que le gouvernement en grand hypocrite souhaite voir se développer cette industrie douteuse à cause des retombées financières juteuses, sur lesquelles il souhaite mettre la main. Hydro nous en passe une belle en se faisant complice d'une interprétation perverse. Un jour, tout comme Loto-Québec ils mettront sur pied des programmes en soutien aux accros pour se donner bonne conscience. Dire qu'on a deux médecins qui nous gouvernent! Hypocrate ou hypocrites?

  • Marie Nobert - Abonnée 19 janvier 2018 05 h 35

    Pas besoin de «pot» pour délirer. Il suffit... (!)

    [...] d'une aire de confinement pour des réunionites aigües, d'une bonne concentration de CO2 dans l'«aire» (ouille!) - «Inspire, expire mon fils!» pendant une certaine période. Tadam! Pur délire. L'éclairage de photosynthèse pour les maraîchers ça passe. Pour l'«ornemental» ça ne passe pas en ce qui me concerne. Point barre. Maintenant, revenons au cannabis «médicinal» (!) et à l'autre. Aucune subvention pour la production.

    Je reviens sur un précédent.

    Au texte. «Dans la grille des tarifs préférentiels, pour avoir droit au tarif LG de 5,37 ¢/kWh, un client doit avoir une puissance à facturer minimale de 5000 kW, une consommation de 3 060 000 kWh et un facteur d’utilisation de 85 %. La Ville de Montréal et la Société de transport de Montréal font notamment partie de cette catégorie.» Pour «Mâ'réal» et la STM!!!??? Gratos. Fin de la discussion. Le reste n'est que «palabres». Question. Si c'est le type d'éclairage qui permet la fixation du prix de la consommation sans égard au produit, puis-je demander un «prix» pour éviter ma «déprime» saisonnière? Je repose la question. «Ça coûte combien un gouvernement?» Plein cauchemar.

    JHS Baril