L'année 2017 dans le monde en photos

L'année qui se termine a connu son lot de migrations, de combats, de revirements politiques, de catastrophes naturelles. Et tant d'autres choses passées, elles, plus inaperçues. Partout dans le monde, des photojournalistes assistent, en première ligne, à ces événements marquants. Cette courte sélection, si courte que c'en est déchirant, représente néanmoins le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui.

1 C'est incontestable, 2017 fut l'année Donald Trump. Dès son intronisation, le 20 janvier, le président américain s'est imposé dans l'actualité de manière flamboyante, notamment par son usage immodéré de Twitter. Son décret migratoire, ses bras de fer avec la justice, sa réforme avortée de l'Obamacare, ses paroles vulgaires sur les femmes, ses joutes verbales avec la Corée du Nord ont causé l'émoi dans le monde entier, jusqu'à remettre en question sa capacité à gouverner. Dominick Reuter Agence France-Presse
2 Mohammed Mohiedin Anis, 70 ans, fume la pipe en écoutant de la musique sur son vieux gramophone. Cette photo, prise le 9 mars dans sa demeure dévastée d'un ancien quartier rebelle d'Alep, est devenue le symbole d'une population syrienne martyrisée qui souhaite se remettre à vivre après sept ans de guerre. Cette année, le conflit en Syrie aura franchi le cap des 340 000 morts et des 5,5 millions de réfugiés dans le monde. À ce jour, les négociations de paix n'ont pas abouti. Joseph Eid Agence France-Presse
3 Trois nouveaux tirs de missiles balistiques, une rhétorique guerrière et un sixième essai nucléaire, jugé le plus puissant à ce jour: mois après mois, les affronts de la Corée du Nord ont réveillé dans le monde une inquiétude qui ne dort jamais vraiment. Malgré l'adoption d'un train de sanctions aux Nations unies, le régime de Kim Jong-un poursuit ses programmes et continue de menacer Washington — qui a finalement réinscrit le pays sur sa liste noire des «États soutenant le terrorisme». Ed Jones Agence France-Presse
4 C'est un moment d'un patriotisme spectaculaire: trois pompiers retirant un drapeau des États-Unis d'une demeure d'Oroville, en Californie, alors que le «Wall Flame», ou mur de feu, s'approche dans une lueur d'apocalypse. C'était en juillet. En décembre, c'est Los Angeles qui brûlait, encerclée par le gigantesque incendie «Thomas». Après cinq ans de sécheresse, 2017 fut une année noire pour la Californie, où environ 5000 km2 de forêt ont disparu dans les flammes. Josh Edelson Agence France-Presse
5 Depuis le mois d'août, des milliers de Rohingyas ont franchi la rivière Naf, entre le Myanmar et le Bangladesh, pour échapper à ce que l'ONU considère comme une « épuration ethnique » menée par l'armée myanmaraise. Quelque 655 000 Rohingyas ont trouvé refuge au Bangladesh voisin, où ils vivent pour l'heure dans de gigantesques camps où sévissent la maladie, la faim et la misère. Bien que les deux pays aient signé un accord prévoyant leur rapatriement au Myanmar, rien n'indique qu'ils y seront en sécurité. Fred Dufour Agence France-Presse
6 Voilà ce qu'il restait de Mossoul, en Irak, le 9 juillet. Une ville anéantie. Après neuf mois d'une violente lutte, cette capitale (avec Raqqa, en Syrie) du califat proclamé par le groupe État islamique en 2014 a finalement été libérée par l'armée irakienne. Si le premier ministre a proclamé la fin de la guerre contre les djihadistes, d'autres fronts restent fragiles: la sécurité, l'autonomie kurde et les besoins humanitaires, absolument colossaux — pour ne nommer que cela. Ahmad al-Rubaye Agence France-Presse
7 Il aura fallu un coup d'État et plusieurs jours de crise avant que Robert Mugabe cède enfin le pouvoir, le 21 novembre, au Zimbabwe. Poussé vers la sortie après 37 ans de règne autoritaire, le président de 93 ans a laissé derrière lui un pays ruiné. À l'annonce de la nouvelle, historique, son portrait a aussitôt été retiré du Centre de conférence international de Harare, où siégeait le Parlement. Son vice-président, Emmerson Mnangagwa — dont le limogeage avait servi de bougie d'allumage au renversement —, lui a succédé. Jekesai Nijikizana Agence France-Presse
8 Depuis sa dernière éruption, en 1963, le volcan Agung, sur l'île indonésienne de Bali, se montrait plutôt tranquille. Mais il a recommencé à gronder en septembre, avant de se réveiller pour de bon à la fin novembre (sur la photo) en crachant du feu, des cendres et de la fumée. Depuis, le niveau d'alerte — le plus haut — demeure inchangé et un ordre d'évacuation est toujours en vigueur à moins de 10 kilomètres du volcan. Quelque 100 000 personnes sont toujours évacuées. Sonny Tumbelaka Agence France-Presse
9 Cette femme congolaise a dû être amputée après avoir été blessée par balle dans le conflit qui déchire la province du Kasai, dans le centre de la République démocratique du Congo. En plus des conflits entre groupes armés, qui affectent aussi les deux Kivu et le Tanganyika, la population est affamée, pauvre et frappée de maladies — si bien que les Nations unies en font une priorité humanitaire pour 2018. Le pays compterait quatre millions de déplacés internes, le plus haut taux du monde. John Wessels Agence France-Presse
10 À partir de la fin de l'été, la saison cyclonique 2017 a été mouvementée dans l'Atlantique. Quatre ouragans de force exceptionnelle — «Harvey», «Irma», «José» et «Maria» — se sont succédé dans les Caraïbes et le sud des États-Unis, causant des inondations et des dommages évalués à des milliards de dollars. Sur l'île de la Dominique, particulièrement dévastée par «Maria», les habitants — comme cet homme, à Roseau — ont dû s'atteler à un difficile nettoyage. Suivra la reconstruction. Cedrick Isham Calvados Agence France-Presse
11 Si l'afflux des migrants sur le pourtour méditerranéen et ailleurs en Europe n'est plus ce qu'il a été durant la crise de 2015, plus de 181 000 personnes ont traversé la Méditerranée en 2017 — et la plupart sont arrivées en Italie, selon les derniers chiffres de l'Organisation mondiale pour les migrations. De ce nombre, au moins 3100 ont trouvé la mort ou ont disparu durant leur traversée. Les 147 migrants ci-dessus ont été secourus par la garde côtière libyenne le 27 juin, au large de Zawiyah. Taha Jawashi Agence France-Presse
12 «Sí.» «Oui.» C'est ce qu'ont martelé les indépendantistes catalans tout l'automne, tant avant qu'après le référendum d'autodétermination du 1er octobre. Fortement réprimé par les forces policières, jamais reconnu par le pouvoir central, le scrutin a déclenché une grave crise politique en Espagne, causant la dissolution du Parlement catalan et de vives manifestations. Mais à l'issue du vote régional, le 21 décembre, les indépendantistes ont retrouvé la majorité. Retour à la case départ? Pau Barrena Agence France-Presse
13 Après un premier scrutin présidentiel finalement invalidé en justice, qui avait donné vainqueur en août le président sortant, Uhuru Kenyatta, le Kenya a traversé un nouveau processus électoral émaillé de violences. Boycotté par l'opposition et tenu dans la confusion, le deuxième scrutin du 26 octobre a pourtant mené à la réélection, avec 98% des voix, du même Uhuru Kenyatta. Cette nouvelle victoire a enflammé les partisans de Raila Odinga, qui ont manifesté violemment à Kisumu (ci-dessus) et à Nairobi.  Yasuyoshi Chiba Agence France-Presse
14 Était-ce prémonitoire? Le 19 avril, bien avant la vague #MeToo d'octobre, un manifestant s'installe devant les bureaux de Fox News, à New York, avec une affiche. Un texte signale, sous la photo du présentateur Bill O'Reilly: «Attention, un prédateur sexuel travaille ici.» Ce jour même, il était licencié par le réseau après des révélations sur des plaintes pour harcèlement sexuel. Quelques mois plus tard, l'affaire Harvey Weinstein mettait le feu aux poudres et #MeToo balayait le monde. Drew Angerer / Getty Images / Agence France-Presse
15 Désormais au bord de la faillite, le Venezuela vit les contrecoups de la dérive autoritaire de son président, Nicolás Maduro, dont le projet (abouti) d'assemblée constituante avait causé une flambée de violences et une réprobation internationale en juillet. Des manifestants avaient notamment bloqué des autoroutes et affronté la police antiémeute à Caracas, la capitale. Pendant ce temps, la pénurie d'aliments menace de famine les Vénézuéliens, qui ont été nombreux à fuir en Colombie voisine. Juan Barreto Agence France-Presse
16 C'était il y aura bientôt un an: l'attentat du 1er janvier 2017 dans une boîte de nuit d'Istanbul, qui aura fait 39 morts — dont 27 étrangers — et que revendiquera directement le groupe État islamique, une première en Turquie. Alors que la planète célébrait le basculement dans la nouvelle année, l'attaque avait saisi le monde entier. Deux jours plus tard, le 3 janvier, des Stambouliotes se recueillaient devant le Reina, observant une minute de silence en mémoire des victimes. Yasin Akgul Agence France-Presse
17 Ce n'est hélas pas une surprise: 2017 a été assombrie par de multiples attentats terroristes dans le monde. Celui de Barcelone, le 17 août, perpétré à la voiture-bélier sur les Ramblas, toujours très fréquentées par les Barcelonais et les étrangers, a particulièrement secoué l'Occident. Quatre jours après, un imposant lieu de mémoire, plein de bougies et de fleurs, était installé en hommage aux 16 morts et plus de 100 blessés. Encore une fois, le groupe armé État islamique a revendiqué l'attaque. Santi Palacios Associated Press
18 Cet homme a été saisi en plein découragement alors qu'un incendie de forêt s'approchait de Sanguinheira, son village du centre du Portugal, en juillet. À l'instar de la Californie, le pays a connu un épisode de sécheresse inédit et des centaines d'incendies ravageurs, qui ont endeuillé le pays. Critiqué, le premier ministre a promis des réformes en matière d'aménagement des forêts et de lutte contre les incendies.  Patricia de Melo Moreira Agence France-Presse
19 Emmanuel Macron aura finalement remporté son pari fou. Après une campagne atypique, l'ancien banquier de 39 ans (quarantenaire depuis) est devenu, le 7 mai, le plus jeune président de la Ve République, remportant haut la main le deuxième tour devant sa rivale d'extrême droite Marine Le Pen. Après avoir connu une baisse de popularité, voilà qu'il bénéficie d'une remontée inédite: selon un récent sondage réalisé par Odoxa, 54% des Français le qualifient de «bon président». François Nascimbeni Agence France-Presse
20 Au début novembre, un épais nuage de pollution s'est installé sur le nord du sous-continent indien, faisant suffoquer des millions de personnes en Inde et au Pakistan. À New Delhi (ci-dessus), l'air est devenu si toxique que le respirer équivalait à fumer deux paquets de cigarettes par jour, selon des experts. Causé par une conjonction mêlant météo et pollution, cet épisode remet une fois de plus en question la durabilité du mode de vie sur la planète, notamment en zone très peuplée. Sajjad Hussain Agence France-Presse