Bertrand Charest demande d’être remis en liberté

Bertrand Charest devra attendre avant de savoir s’il sera remis en liberté en attendant le jugement sur l’appel de son verdict de culpabilité. Le juge Martin Vauclair, de la Cour d’appel, a entendu sa demande jeudi matin à Montréal et a pris la cause en délibéré. L’ancien entraîneur de l’équipe canadienne junior de ski alpin féminine avait initialement été accusé d’agression sexuelle et d’abus de confiance commis à l’égard de 12 athlètes, âgées de 12 à 18 ans, alors qu’il était en position d’autorité.