Inconduite sexuelle: Michel Venne mis en cause par trois femmes

Le fondateur de l’Institut du Nouveau Monde, Michel Venne
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Le fondateur de l’Institut du Nouveau Monde, Michel Venne

Trois femmes racontent au Devoir avoir été victimes d’inconduites sexuelles de la part de Michel Venne, le fondateur de l’Institut du Nouveau Monde (INM) et ancien journaliste du Devoir.

Jeudi, l’auteure Léa Clermont-Dion a publié sur sa page Facebook un message dans lequel elle dit avoir été agressée sexuellement en 2008 par M. Venne alors qu’elle était mineure (17 ans) et qu’il était son patron.

« Je travaille pour l’organisation [l’Institut du Nouveau Monde] le temps d’un été. […]. La surprise, j’ai droit à une “promotion”. Je dois accompagner le grand boss pendant quelques jours. Je déchante un peu quand je constate que mon idole est étrange et déplacée. Je déchante tout court quand je me fais agresser », écrit-elle.

Photo: Pedro Ruiz Le Devoir L’auteure Léa Clermont-Dion dit avoir été agressée sexuellement par Michel Venne alors qu’elle n’était âgée que de 17 ans.

En entrevue avec Le Devoir, la femme de 26 ans a expliqué faire cette sortie dans la foulée du mouvement #MoiAussi. Puisqu’elle a porté plainte à la police pour « agressions sexuelles », Mme Clermont-Dion n’a pas souhaité divulguer les détails entourant ses allégations.

Un autre témoignage en 2008

Une autre employée de l’INM rapporte que, lors d’une soirée avec d’autres collègues en 2008, elle a été victime d’attouchements de la part de M. Venne. « Nous étions dans un pub à l’étranger et nous fêtions entre collègues la réussite de notre mission. Pour moi, c’était dans le cadre du travail », mentionne la femme.

Lorsqu’elle a voulu aller aux toilettes, qui se situaient au sous-sol de l’établissement, M. Venne l’aurait suivie. « J’ai descendu les escaliers et, quand j’étais sur le point d’entrer dans les toilettes des femmes, il [Michel Venne] s’est accroché à moi par-derrière. J’ai figé. Il y a eu du tripotage, il a touché mes fesses. Je me rappelle ses mots, il m’a dit : “Tu viens aux toilettes avec moi.” J’étais figée. Quand c’est notre patron, on ne s’y attend pas », raconte-t-elle.

La femme explique avoir été « sauvée » par un barman qui se trouvait au sous-sol et qui a surpris la scène. « Il est arrivé au bon moment », confie-t-elle.

Michel Venne aurait toutefois continué ses avances alors qu’ils partageaient un taxi avec d’autres collègues. « Il était à côté de moi et il me disait : “Est-ce que ça te tente de poursuivre ça dans la chambre ?” On ne dormait pas dans le même hôtel, alors j’ai été bien contente qu’un autre collègue doive débarquer au même hôtel que moi », se souvient la dame.

Stéphane Champreux, qui était chargé de projet à l’INM en 2008, s’est retrouvé à écouter les deux femmes. « Je n’étais pas son ami ou son confident, mais quand je l’ai vue le lendemain de l’incident, en état de choc, je voyais bien que quelque chose n’allait pas », se souvient M. Champreux au sujet de Léa Clermont-Dion.

À l’époque, l’homme lui aurait conseillé d’en parler, mais il se souvient qu’elle était très effrayée.

Lui qui a travaillé pendant près de deux ans à l’INM se souvient d’avoir été en colère quelques mois plus tard d’entendre la deuxième histoire. « Je lui ai dit que ce n’était pas la seule. Je lui ai parlé de Léa, parce qu’elle n’était pas au courant, mais malheureusement, je ne pouvais pas aller dénoncer à sa place, je devais respecter sa décision, et je crois qu’elle était aussi effrayée », mentionne M. Champreux.

En 2012

Mira Naomi Bérubé, qui était agente de mobilisation, affirme également avoir été victime d’inconduite de la part de M. Venne, en 2012.

Lors d’une fête pour clore l’école d’été, qui regroupait les employés de l’INM, la jeune femme, qui avait beaucoup bu, a été suivie par M. Venne lorsqu’elle a décidé de partir.

« Il a clairement profité du fait que j’étais complètement saoule pour me ramener chez moi en taxi. Il essayait de m’embrasser. Il me disait qu’il me trouvait belle, qu’il m’avait regardée tout l’été. Je ne sais pas comment c’est arrivé, mais j’ai eu la présence d’esprit de demander au chauffeur de me débarquer à quelques rues de chez moi pour qu’il ne sache pas où j’habite. J’ai bien fait, parce qu’il était insistant et essayait de m’embrasser. Il a profité d’un moment où j’étais trop saoule pour lui donner mon consentement », se souvient-elle. « C’était surprenant et inattendu, c’était mon patron », se souvient-elle.

Michel Venne lui aurait envoyé des textos dans la semaine suivant l’incident, mais elle ne lui a jamais répondu.

Démenti de Michel Venne

Quelques heures après avoir pris connaissance de la publication de Léa Clermont-Dion, M. Venne a nié ses allégations sur sa page Facebook.

« J’ai pris connaissance des allégations circulant à mon endroit. Je nie avoir agressé sexuellement Léa Clermont-Dion. Puisqu’une plainte aurait été déposée, il est préférable pour le moment de laisser le processus d’enquête suivre son cours », indique-t-il.

Il a annoncé dans la foulée suspendre ses activités professionnelles : « Entre-temps, je suspends mes activités professionnelles et mes collaborations avec les organisations avec lesquelles je suis lié, en particulier l’Institut du Nouveau Monde, dont j’ai quitté la direction générale en mars dernier. »

Aucune accusation n’a été déposée contre lui, la police doit mener son enquête.

Joint une nouvelle fois en soirée, Michel Venne a refusé de commenter les allégations de chacune des deux autres femmes lorsque Le Devoir les lui a rapportées.

Lise Payette se contredit

Dans sa publication en ligne, Léa Clermont-Dion mentionne avoir signé une lettre réfutant les faits lors d’une rencontre avec Lise Payette. « Elle me demande de me rétracter, car “après tout, je n’ai pas été violée”. Elle me demande de signer une lettre réfutant les faits. Car, à ses dires, je pourrais être poursuivie. Poursuivie de quoi ? Avec du recul, de rien du tout. Mais, à ce moment-là, je suis en mode panique, je ne vois plus clair. J’ai le vertige. J’obéis. Je signe. Je commets l’erreur. » Le Devoir n’a pas pu consulter cette lettre.

Dans un communiqué publié jeudi après-midi, Mme Payette dit avoir pris connaissance « avec surprise » des propos de Léa Clermont-Dion. Elle reconnaît l’avoir rencontrée en décembre 2015 et déclare qu’elles ont discuté « de la difficulté pour les femmes de porter des accusations et ce à quoi elles s’exposent en général dans ce processus ». Ce communiqué ne fait aucune mention d’une éventuelle lettre de rétractation.

Mme Payette a toutefois offert une version contradictoire au Journal de Montréal, plus tôt dans la journée, dans laquelle elle reconnaît avoir conseillé à la jeune femme de garder le silence au sujet de son agression.