Plaidoyer pour honorer les héros autochtones

Le sénateur Murray Sinclair croit que le débat sur le déboulonnage de l’ex-premier ministre conservateur John A. Macdonald ne crée que colère et division au pays.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le sénateur Murray Sinclair croit que le débat sur le déboulonnage de l’ex-premier ministre conservateur John A. Macdonald ne crée que colère et division au pays.

Ottawa — Celui qui a présidé la Commission de vérité et réconciliation du Canada croit qu’il serait plus constructif de rendre hommage à des autochtones méritants plutôt que de déboulonner des personnages historiques qui ont parfois commis des gestes peu glorieux.

Le sénateur Murray Sinclair croit que le débat sur le déboulonnage de l’ex-premier ministre conservateur John A. Macdonald ne crée que colère et division au pays.

Un syndicat d’enseignants du primaire en Ontario a adopté plus tôt cet été une résolution qui demande au gouvernement provincial de renommer toutes les écoles portant le nom de John A. Macdonald.

Le tout premier chef de gouvernement de la fédération canadienne était en poste lorsque le Parlement a mis en place les pensionnats pour autochtones. Cette mesure avait été qualifiée de « génocide culturel » par la Commission de vérité et réconciliation du Canada, dans son rapport de juin 2015.

En entrevue avec La Presse canadienne, M. Sinclair a estimé que ces appels au déboulonnage alimentent rancoeur et discorde au pays. Il soutient qu’on devrait plutôt discuter de l’opportunité de rendre hommage à des autochtones et de créer des héros au sein même de ces communautés.

Le premier ministre Justin Trudeau a indiqué lundi que son gouvernement n’avait pas l’intention de renommer les édifices et les sites fédéraux qui portent le nom de John A. Macdonald.

En juin, M. Trudeau avait décidé de renommer l’édifice Langevin, qui abrite le cabinet du premier ministre à Ottawa. Le député conservateur de Québec Hector-Louis Langevin, un des « pères de la Confédération », avait aussi été l’architecte du système de pensionnats pour autochtones au sein du cabinet de John A. Macdonald. Des députés autochtones fédéraux réclamaient depuis quelque temps ce changement de nom.