La STM promet d'améliorer son offre de service

La société de transport s’engage dans une «révision complète» de sa desserte.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La société de transport s’engage dans une «révision complète» de sa desserte.

La Société de transport de Montréal (STM) promet d’améliorer l’offre de service pour les usagers du métro et du réseau d’autobus, grâce à des investissements de plus de 8 milliards d’ici 2025. Elle dit d’ailleurs avoir bon espoir d’atteindre ses objectifs, même si certains éléments majeurs inscrits au « plan stratégique » précédent ne se sont jamais concrétisés, dont la hausse de l’achalandage.

La STM, qui dévoilait mardi son « Plan stratégique organisationnel 2025 », promet ainsi d’augmenter de 27 % le service de métro, grâce à une augmentation de la fréquence des passages et le déploiement des nouvelles voitures Azur sur la ligne orange d’ici l’automne 2018.

Puisque la STM recevra un total de 52 rames de métro Azur, certaines devraient être disponibles pour rouler sur la ligne verte à partir de l’an prochain, a indiqué mardi le président de son conseil d’administration, Philippe Schnobb. Globalement, il a évoqué une « amélioration considérable » de l’offre pour la clientèle du métro.

Plus de bus

Dans les rues de Montréal, la STM prévoit par ailleurs une offre « bonifiée » de 12 %, avec l’acquisition de 1230 autobus « hybrides climatisés », dont 347 viendront s’ajouter à la flotte actuelle. Et si tout se déroule comme prévu, les nouveaux autobus acquis pour le réseau montréalais devraient par ailleurs tous fonctionner uniquement à l’électricité dès 2025.

La société de transport s’engage également dans une « révision complète » de sa desserte. L’objectif est notamment de mieux desservir certains secteurs, mais aussi de s’adapter à l’arrivée prévue du Réseau électrique métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt.

Pour parvenir à offrir un service plus efficace sous terre et en surface, la STM compte investir 440 millions dans un nouveau centre d’entretien pour les nouveaux métros Azur, mais aussi 254 millions dans la reconstruction du garage d’entretien d’autobus de la rue Bellechasse. D’autres projets sont sur la table pour améliorer l’entretien de tout le matériel roulant.

Des mesures sont aussi prévues pour améliorer l’accès pour les personnes à mobilité réduite, dont davantage d’ascenseurs dans les stations de métro, mais aussi le développement d’un « outil » pour faciliter la planification des déplacements.

L’ensemble des éléments inscrits dans le nouveau plan de la STM devrait, au bout du compte, permettre d’« améliorer l’expérience client », a résumé M. Schnobb.

Ligne bleue

En plus des investissements totaux de 8 milliards prévus d’ici 2025 par la STM, le maire de Montréal, Denis Coderre, a dit mardi qu’il avait bon espoir de voir le projet de prolongement de la ligne bleue du métro se concrétiser.

« J’ai une totale confiance dans le projet de la ligne bleue. Pour moi, c’est clair que ça va se faire », a-t-il laissé tomber. Il a d’ailleurs évoqué une annonce « sous peu », mais sans plus de précision.

Du côté de la STM, on estime que la construction de ce nouveau tronçon de cinq stations pourrait débuter dès 2021, pour être terminée en 2025.

Ce projet promis depuis plusieurs années n’en continue pas moins de se faire attendre, a dit mardi le porte-parole de Projet Montréal en matière de transport, Craig Sauvé.

Ce dernier a profité de l’annonce pour souligner que des éléments majeurs du plan stratégique 2020, approuvé en 2012, ne se sont toujours pas concrétisés. C’est le cas du projet de prolongement de la ligne bleue, mais aussi du projet de tramway, dont la première ligne devait alors être prête pour 2017, et du Système rapide par bus (SRB) du boulevard Pie-IX.

Projet Montréal a aussi rappelé que la hausse d’achalandage inscrite dans le plan stratégique 2020 n’est plus au rendez-vous. En 2012, la STM prévoyait d’atteindre 540 millions de déplacements annuels en 2020, en raison du développement de nouveaux projets.

Le document présenté mardi pour 2025 mise plutôt sur une cible de 422,8 millions de déplacements annuels en 2020, puis de 440 millions de déplacements en 2025.

À voir en vidéo