Cinq ans de prison pour l’ancien p.-d.g. de la Société des ponts fédéraux

Michel Fournier a été président de la Société des ponts fédéraux et président du conseil d’administration de la société Ponts Jacques-Cartier et Champlain.
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir Michel Fournier a été président de la Société des ponts fédéraux et président du conseil d’administration de la société Ponts Jacques-Cartier et Champlain.

L’ex-président de la Société des ponts fédéraux (SPFL) a été condamné jeudi à cinq ans et demi de prison après avoir admis avoir reçu un pot-de-vin de 2,345 millions de dollars de SNC-Lavalin en échange d’un contrat pour des travaux sur le pont Jacques-Cartier.

Michel Fournier, qui a dirigé la SPFL de 1997 à 2004, a plaidé coupable à des accusations de fraude et de recyclage des produits de la criminalité. Une enquête de la GRC a permis de démontrer que des pots-de-vin ont été payés par SNC-Lavalin à l’ancien dirigeant pour l’obtention d’un contrat de la SPFL.

Le contrat au coeur de cette affaire avait été accordé en 2001 au consortium Groupement SMDB, formé des firmes SNC-Lavalin, Demathieu Bard et Montacier. D’une valeur de 127 millions de dollars, il visait le remplacement du tablier du pont Jacques-Cartier et la pose de 1518 nouvelles dalles de béton.

La preuve a révélé que de 2001 à 2003, des paiements totalisant 2,345 millions de dollars ont été versés à M. Fournier dans des comptes bancaires suisses.

« Votre situation est très triste. Vous aviez un emploi que beaucoup rêveraient d’avoir. Vous aviez le prestige, le salaire, la sécurité financière. Environ 0,5 % de la population canadienne peut avoir ça », a souligné le juge Manlio Del Negro en s’adressant à l’accusé.

« Même maintenant, vous êtes chanceux d’avoir pu prendre votre retraite à 55 ans et avoir une pension. Quinze ans après la justice a le bras long ».

C’est par l’intermédiaire d’une compagnie tierce, Promotag S.A.R.L et l’utilisation de fausses conventions de services-conseils à l’étranger que les sommes ont transité de façon anonyme vers deux comptes bancaires.

M. Fournier a lui-même ouvert un premier compte, un mois à peine après l’attribution du contrat de SNC-Lavalin, puis un deuxième en novembre 2002, lors d’un voyage en Suisse.

L’ex-président de SPFL a essayé de faire croire que les sommes déposées par Promotag dans le compte provenaient du patrimoine de sa belle-soeur, aujourd’hui décédée.

Pour camoufler les transactions, l’homme a même tenté de faire fructifier l’argent des pots-de-vin reçu à travers des placements boursiers.

« Des gens doivent travailler après 65 ans et vous, vous allez vous retrouver en prison », a souligné le juge Del Negro, qui a indiqué que malgré les regrets présentés, il était trop tard pour réparer les dommages causés à la société.

Le juge Del Negro a accepté la suggestion commune de la défense et de la Couronne, soit une peine de cinq ans et demi d’incarcération.

Les accusations contre l’épouse de M. Fournier, Judith Barkley-Fournier, ont quant à elles été retirées.

Jusqu’à présent aucune accusation n’a été portée contre SNC-Lavalin dans ce dossier.

À voir en vidéo