La Cour supérieure rejette l’appel de Stéfanie Trudeau

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Pas d’acquittement ni de nouveau procès pour l’ex-policière Stéfanie Trudeau, dont l’appel en Cour supérieure a été rejeté mercredi. Le juge Claude Champagne a donné raison au verdict de première instance, soulignant qu’« en l’absence d’erreurs manifestes et déterminantes, le rôle d’une cour d’appel n’est pas de refaire le procès ». Elle devra ainsi effectuer 60 heures de travaux communautaires et possédera un casier judiciaire. Mme Trudeau soutenait que le juge Bédard de la Cour du Québec avait commis des « erreurs de principe en refusant de lui accorder l’absolution inconditionnelle au motif que cela nuirait à l’intérêt public ». Mieux connue sous le nom de « matricule 728 », Mme Trudeau avait été reconnue coupable de voies de fait relativement à l’arrestation musclée de Serge Lavoie effectuée en octobre 2012 sur la rue Papineau à Montréal. L’événement avait été largement diffusé dans les médias et sur Internet.

1 commentaire
  • Philippe Hébert - Abonné 24 août 2017 14 h 55

    "Motif que cela nuirait à l'intérêt du public"

    Mouhaha, laissez-moi rire, qu'elle soit encore en liberté est un risque qui nuit à l'intérêt du public. Au moins on peut se consoller qu'avec un dossier criminel, elle est fichée à vie.

    Le procès qui l'a rendu coupable se penchait seulement sur les agissements de lors d'une arrestation musclée sur le Plateau Mont-Royal.

    Mais si on creuse, on sait qu'elle est devenu populaire en 2012 avec le printemps étudiant, et des journalistes ont révélé qu'elle bien avant 2012 déjà un bon dossier de mauvaise conduite au SPVM.

    Donc, le fait qu'elle est un dossier criminel, basé sur seulement un incident, est la moindre des choses.