Les États-Unis sont les ennemis de Dieu, aurait dit le Montréalais Amor Ftouhi

Amor Ftouhi est accusé d’avoir perpétré un acte violent dans un aéroport international et d’avoir perturbé la sécurité d’un aéroport.
Photo: Paul Sancya Associated Press Amor Ftouhi est accusé d’avoir perpétré un acte violent dans un aéroport international et d’avoir perturbé la sécurité d’un aéroport.

Flint — Le Montréalais Amor Ftouhi, soupçonné d’avoir poignardé un policier dans un aéroport du Michigan en juin, a déclaré aux enquêteurs que les États-Unis sont les ennemis de Dieu et que d’autres personnes comme lui viendront attaquer le pays.

C’est ce qu’affirment les procureurs fédéraux dans des documents déposés en cour et consultés par l’Associated Press.

Amor Ftouhi, un citoyen canadien d’origine tunisienne, est soupçonné d’avoir poignardé, le 21 juin, un policier à l’aéroport international Bishop de Flint, à environ 80 kilomètres au nord-ouest de Detroit. Il est accusé d’avoir perpétré un acte violent dans un aéroport international et d’avoir perturbé la sécurité d’un aéroport.

Selon les autorités, le Montréalais de 49 ans aurait fait référence à des meurtres commis en Syrie, en Irak et en Afghanistan, et aurait crié « Allahou Akbar » (« Dieu est grand ») lorsqu’il a poignardé au cou l’agent Jeff Neville. Celui-ci a survécu à l’attaque.

Les procureurs fédéraux ont mentionné devant le juge que le suspect adhère à l’idéologie de l’ancien chef d’al-Qaïda, Oussama ben Laden, et qu’il vénère les attentats du 11 septembre 2001.

L’avocate du suspect a demandé au juge d’obtenir les noms, adresses et numéros de téléphone des témoins de l’incident pour étayer sa défense.

Les procureurs fédéraux s’opposent à cette demande, puisqu’ils affirment que si les identités étaient dévoilées, les témoins d’une attaque terroriste pourraient être moins enclins à coopérer dans le futur et que cela pourrait avoir un impact sur leur volonté de témoigner.

5 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 9 août 2017 06 h 02

    … épineux !

    « Le Montréalais Amor Ftouhi (…) a déclaré aux enquêteurs que les États-Unis sont les ennemis de Dieu et que d’autres personnes comme lui viendront attaquer le pays. » (AP)

    De cette citation, questionnement :

    A Ce « montréalais » était-il connu des services de la Sécurité publique, notamment en lien avec la prévention-lutte au « terrorisme » ?

    B Les Services de Immigration Canada (ce pays si loin et si proche de nulle part) et de IDI/MICC vont-ils prévoir et revoir, après ou pendant la possible « purgation de peine », l’étude du dossier de l’intimé ?

    De ce questionnement, cette douceur :

    Bien que « ce » montréalais demeure libre de penser les USA comme il l’entend, vouloir l’attaquer représente tout un défi, de même pour les autorités qui prennent le risque de s’attaquer au dit dossier, un genre de dossier comme …

    … épineux ! - 9 août 2017 -

    • Jean Gadbois - Inscrit 9 août 2017 13 h 22

      Oui, M. Blais,
      Et j'aimerais entendre ce que le Centre culturel islamique de Québec a à dire sur le sujet.

  • Léonce Naud - Abonné 9 août 2017 09 h 34

    Canadien et non Montréalais

    Amor Ftouhi est citoyen canadien d'origine tunisienne et rien d'autre. Il n'existe pas de citoyenneté montréalaise car Montréal n'est pas un pays mais une municipalité de la Province du Québec. Qu'en pense M. le ministre des Affaires municipales ?

    • Marc Therrien - Abonné 9 août 2017 12 h 52

      Pourtant dans l'univers des gentilés et des cercles concentriques de l'identité, on peut revêtir plus d'une identité selon le lieu, la ville, la région, la province et le pays dans lequel on réside.

      Marc Therrien

    • Christiane Gervais - Abonnée 9 août 2017 13 h 47

      Dans les journaux de langue anglaise on parle bien d'un Canadien vivant à Montréal, c'est Le Devoir qui choisit de l'identifier ainsi, inclusion oblige, sans doute!