Cadotte remis en liberté en attendant son procès pour le meurtre de sa conjointe

Le juge a estimé que la détention de M. Cadotte n’était pas nécessaire, bien qu’il fasse face à une grave accusation, celle de meurtre.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Le juge a estimé que la détention de M. Cadotte n’était pas nécessaire, bien qu’il fasse face à une grave accusation, celle de meurtre.

Michel Cadotte, qui est accusé du meurtre de Jocelyne Lizotte, sa conjointe atteinte de la maladie d’Alzheimer, a été libéré vendredi en attendant son procès.

Le juge Michel Pennou, de la Cour supérieure à Montréal, a estimé que l’homme ne représentait pas de menace pour la société et que les circonstances particulières entourant l’infraction ne justifiaient pas de le garder en prison.

Lors d’un point de presse en fin de journée à l’extérieur du palais de justice de Montréal, M. Cadotte s’est dit satisfait de sa libération, ajoutant qu’il voulait « juste passer à la suite des choses ».

« Je suis fatigué, épuisé », a-t-il déclaré, la voix empreinte d’émotion, avant de passer la parole à son avocate, Me Elfriede Duclervil.

Me Duclervil a demandé au public de respecter l’intimité de son client et de ses proches, « parce que, clairement, le dossier n’est pas encore terminé et que la situation est encore très difficile et très douloureuse » pour eux.

Michel Cadotte, 56 ans, avait affirmé avoir tué sa conjointe de 60 ans en l’étouffant avec un oreiller, au Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) dans lequel elle résidait. Elle était atteinte de la maladie d’Alzheimer à un stade très avancé.

Un an avant le décès de Mme Lizotte, M. Cadotte avait formulé en son nom une demande d’aide médicale à mourir. Mais celle-ci avait été refusée. Mme Lizotte n’était déjà plus en mesure de formuler une telle demande par elle-même. Elle avait aussi signé un mandat d’inaptitude.

État grandement dégradé

Le couple Cadotte-Lizotte s’était rencontré en 1997 et marié en 1998. Mme Lizotte avait éprouvé dès 2006 ses premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer, a relaté le juge Pennou en lisant son jugement sur le banc.

Elle avait fait un premier séjour à l’hôpital, en psychiatrie, en 2013. Son état s’était ensuite dégradé au point où elle ne parlait plus, ne pouvait plus manger par elle-même, devait être nourrie de purées pour ne pas qu’elle s’étouffe ; elle ne reconnaissait plus personne et passait ses journées pour l’essentiel alitée ou dans une chaise, sauf si le personnel du CHSLD la faisait marcher durant quelques minutes.

Mme Lizotte, dont la mère avait été atteinte d’Alzheimer, avait déjà dit à sa soeur qu’elle préférerait mourir plutôt que de finir ainsi, a relaté le juge.

M. Cadotte était pratiquement le seul à prendre soin de sa conjointe, et ce, depuis neuf ans, « au prix de son travail et de sa propre santé », a affirmé le juge Pennou. M. Cadotte s’est vu diagnostiquer une dépression majeure. Il souffre également de troubles cardiaques et d’ostéoporose. Il vit maintenant de l’aide sociale, a indiqué le juge.

Aveux

M. Cadotte a affirmé avoir mis fin aux jours de sa conjointe, le 20 février 2017, lorsqu’il est venu la voir, comme d’habitude, et qu’il a constaté qu’elle était dans une position inconfortable, « le cou cassé », qu’elle ne réagissait pas et qu’elle lui semblait négligée.

« Il s’agit du geste d’un homme aux prises avec un drame personnel », a affirmé le juge, qui a aussi évoqué son « épuisement physique et psychologique ». Il l’a décrit comme « un aidant naturel » qui éprouvait « colère, tristesse, impuissance », et qui était « incapable de se résigner à négliger celle qu’il aimait ».

Pour toutes ces raisons, le juge a estimé que la détention de M. Cadotte n’était pas nécessaire, bien qu’il fasse face à une grave accusation. M. Cadotte a donc été libéré sous plusieurs conditions. « Nous sommes très contents d’une décision difficile du juge Pennou », a commenté l’avocate de M. Cadotte, Me Elfriede Duclervil.

« Avant tout, ce que le juge Pennou retient, c’est que Michel Cadotte n’est pas une cause ; Michel Cadotte est l’occasion de discuter d’un sujet qui est extrêmement difficile, un sujet de société, mais, avant tout, Michel Cadotte est une personne très particulière, qui est prise dans une cause, mais qui a une situation qui lui est propre à lui. Et c’est de ça qu’on traite, aujourd’hui, et non de l’aide médicale à mourir », a ajouté son avocate.

2 commentaires
  • Yvon Bureau - Abonné 7 juillet 2017 16 h 24

    Des études ont lieu

    Heureusement, le Gouvernement fédéral a mis sur pied en décembre 2016, avec un mandat d’un an, un comité pour étudier en autres l’aide médicale à mourir, les maladies du cerveau et les Directives médicales anticipées.

    Et en plus notre ministre québécois de la Santé nous a promis pour bientôt un comité d’experts sur ce même sujet. «…Un comité de 12 experts «représentatif du milieu» sera formé «dans les prochaines semaines», a ajouté Mme White. Un appel de candidatures sera d’ailleurs lancé incessamment.»

    Certains demandent une mini-commission parlementaire sur ce sujet délicat et complexe, mais si humain et si nécessaire. Le CMDL appuie.

    IMPORTANT. Il ne faut pas mêler deux dossiers : celui des inaptes et celui des aptes. En ce qui regarde celui des aptes/grands Souffrants rendus à la fin de leur vie, nous attendons que la Cour suprême du Canada donne son avis sur la Loi C-14 sur l'Aide médicale à mourir. Cet avis est tellement attendu !


    RÉFLEXION. Une phrase d’un membre de la famille Cadotte qui en dit long: dernièrement elle est décédée, mais il y longtemps qu’elle était morte …

  • Yvon Bureau - Abonné 8 juillet 2017 11 h 37

    Des demandes, en attendant...

    Une demande urgente aux organismes dévoués aux personnes atteintes par les maladies du cerveau : faites connaître vos réflexions et vos positions. Merci.

    Une demande aux personnes qui commencent à être atteintes par ces terribles maladies : faites testament, mandat en prévision de l’inaptitude, directives anticipées de fin de vie, désigner vos mandataires, inscrivez-vous au Registre des Directives médicales anticipées. Et plus vos maladies avancent, avant votre inaptitude déclarée, écrivez, ré-écrivez, …; signez, re-signez, re-re-signez … Responsables jusqu’à votre inaptitude déclarée, vous prendrez soin de vous, de vos proches et de vos soignants. Ces derniers vous en seront tellement reconnaissants. À raison.