Payer son vélo BIXI grâce à sa carte OPUS

BIXI espère ainsi rejoindre une clientèle qui ne possède pas forcément de carte de crédit et encourager la population à l’essayer.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir BIXI espère ainsi rejoindre une clientèle qui ne possède pas forcément de carte de crédit et encourager la population à l’essayer.

 

Les Montréalais pourront désormais utiliser leur carte OPUS pour louer un vélo BIXI dans toutes les stations du réseau de vélos en libre-service.

Avant de se présenter à l’une des 540 stations de la métropole avec leur carte de transport, les usagers devront au préalable s’inscrire sur le site Web de BIXI pour indiquer les coordonnées de leur carte bancaire. Leur compte sera ainsi associé à leur carte OPUS.

Grâce à un système de paiement sans contact, ils auront ensuite simplement à présenter leur OPUS devant le lecteur à une station BIXI et obtiendront un code de déverrouillage pour louer un vélo.

Les modalités restent inchangées pour le reste : les clients peuvent toujours faire autant d’allers simples qu’ils veulent de 30 minutes ou moins pour 2,95 $.

Un projet pilote avait été lancé l’année passée dans 15 stations pour tester cette nouvelle technologie.

Montréal est ainsi la première ville d’Amérique du Nord à instaurer ce mode d’accès reliant le transport en commun et le vélo-partage, souligne la présidente du conseil d’administration de BIXI Montréal, Marie Elaine Farley.

À ses yeux, cette technologie va rendre plus facile et surtout plus rapide l’utilisation des vélos BIXI. « Ça ne prend même pas 30 secondes, ça facilite vraiment la vie. »

Sortir uniquement sa carte OPUS plutôt que sa carte de crédit lui apparaît aussi plus sécuritaire. « C’est moins de risque de perdre sa carte de crédit ou de l’échapper », soutient-elle.

Avec un tel système, BIXI espère rejoindre une nouvelle clientèle qui ne possède pas forcément de carte de crédit et encourager davantage de gens à l’essayer. « Beaucoup d’utilisateurs de BIXI prennent conjointement métro, autobus ou train avec leur OPUS. Mais beaucoup de détenteurs d’une carte OPUS n’utilisent pas encore BIXI. Avec juste une carte, cela sera plus simple », affirme Mme Farley.

Près de 900 000 personnes possédaient une carte OPUS en moyenne par mois en 2016. Pendant la saison des vélos en libre-service la même année, BIXI comptait entre 33 000 et 38 000 membres.

De plus en plus d’utilisateurs

Depuis qu’elle a repris la gestion de BIXI des mains de la Ville de Montréal en 2014, l’OBNL cherche à faciliter l’utilisation du vélo partage par les citoyens : clefs BIXI, des bornes plus proches des métros, davantage de stations à travers la ville.

L’augmentation du nombre d’utilisateurs en témoigne, selon Mme Farley. En 2016, 234 559 personnes ont utilisé les services de BIXI, contre 129 548 en 2014, soit une augmentation de 81 % sur deux ans.

1 commentaire
  • Jean Richard - Abonné 7 juillet 2017 10 h 12

    Où se cachent les vélos Bixi ?

    Si Bixi veut rapprocher ses vélos du métro (un pas dans la bonne direction pour qu'un jour les vélos soient véritablement intégrés aux transports urbains), il faudra rendre les stations plus visibles, c'est-à-dire les intégrer à la signalisation. À la station Jean-Talon (un cas non unique) par exemple, on pourrait chercher longtemps avant de trouver où se cachent les stations Bixi des environs.