Les tomates de la colère

Photo: luigipasto.com Ce portrait de Noé Arteaga est depuis peu au Musée canadien pour les droits de la personne à Winnipeg.

Sa photo vient d’entrer au Musée canadien pour les droits de la personne à Winnipeg. Mais il n’a jamais eu l’impression d’avoir obtenu justice et réparation.

Noé Arteaga est arrivé du Guatemala en 2008 pour travailler dans des serres de la compagnie Savoura, à Saint-Étienne-des-Grès. L’entreprise employait à l’époque déjà 200 travailleurs étrangers temporaires dans l’ensemble de ses divisions, surtout du Guatemala.

Quatre mois après son arrivée, le 6 août se souvient-il, il reçoit un appel à 10 h du matin d’un représentant du consulat de son pays d’origine établi à Montréal. « On m’a dit de faire mes valises. Deux heures plus tard, on a fermé mon compte de banque et à minuit, j’étais à l’aéroport », raconte-t-il.

Personne ne lui a expliqué alors ce qui se passait, peut-on lire dans une décision du tribunal d’arbitrage rendue en 2014, soit six ans après les faits.

« Ils ne m’ont pas renvoyé parce que je ne travaille pas. Ils voyaient plutôt que nous avions commencé à réclamer nos droits », croit-il. Les travailleurs de la même serre avaient fait une grève éclair pour exiger de l’employeur qu’il amène un collègue à l’hôpital. Noé Arteaga avait alors pris position devant tout le monde, disant qu’il ne recommencerait à travailler que lorsque Oswaldo, son collègue, serait soigné.

Son congédiement a bel et bien été reconnu comme illégal, « sans cause juste et suffisante » en 2014 par le tribunal d’arbitrage. Leur traitement a été qualifié de discriminatoire à cause de leur origine ethnique ou nationale. Mais il n’a jamais obtenu de compensation financière. Il continue donc à tendre son dossier dans une chemise cartonnée aux journalistes.

Savoura ayant déclaré faillite en 2015, il s’est adressé à leur racheteur, Sagami, pour obtenir sa compensation. On lui a alors signalé que cette créance ne serait pas remboursée. « Je ne sais plus à qui m’adresser », dit-il en montrant des copies de lettres déjà envoyées.

Son cas a été fortement médiatisé. Au point que même son frère, lui aussi travailleur agricole temporaire, a reçu des avertissements très clairs. « Un ami de la serre m’a dit aussi que quelqu’un était venu leur dire de se calmer après mon départ », avance-t-il, interprétant ce geste comme une menace. M. Arteaga a réussi à refaire son chemin vers le Québec, sans quoi « on n’aurait entendu parler de rien », selon lui.

Je ne supportais pas qu’on me traite de paresseux. On travaillait trois fois plus vite que les locaux. On avait soi-disant droit à une journée de repos, mais personne n’osait la demander. Je suis venu demander justice et dignité.

 

S’en remettre à soi-même

D’autres travailleurs agricoles migrants qui ont choisi de parler en ont subi eux aussi les conséquences. Alberto Moreno Fartorius, venu du Mexique grâce au Programme des travailleurs étrangers temporaires avec un rare contrat de deux ans en poche, a subi des blessures à l’acide en nettoyant les serres de son employeur. « La bonbonne contenant le liquide industriel était percée. La journée même, le superviseur ne m’a pas cru. Le lendemain, j’ai montré mes espadrilles en train de se défaire et ma peau, rouge, qui brûlait », relate-t-il.

Après avoir réussi à obtenir des traitements, il s’est plaint au ministère du Travail de l’Ontario, qui a forcé la ferme à payer une amende. Cette démarche marqua le début du harcèlement psychologique au travail : « Le superviseur venait me dire de me dépêcher à chaque heure, il se moquait de moi, m’attribuait les tâches les plus dures. » Son permis de travail au Canada étant « fermé », il ne pouvait travailler que pour ce seul employeur.

Un matin, celui-ci le convoque pour le renvoyer, sous prétexte qu’il se chamaille avec ses collègues. « J’ai pris une vidéo de tous mes compagnons, toutes les preuves que je pouvais et je me suis enfui de l’aéroport pour obtenir justice », se souvient M. Moreno Fartorius. Il a gagné sa cause, mais sans retrouver d’emploi. « Le plus triste, c’est les travailleurs retournés chez eux après des accidents, sans avoir pu même repayer leur investissement [billets d’avion, visa, agence de recrutement]. »

« Je ne supportais pas qu’on me traite de paresseux. On travaillait trois fois plus vite que les locaux. On avait soi-disant droit à une journée de repos, mais personne n’osait la demander. Je suis venu demander justice et dignité », reprend Noé Arteaga.

Même conscient de ses droits, à quel moment aurait-il pu les faire valoir ? L’homme aujourd’hui établi à Montréal remonte la séquence des événements en secouant la tête.

« Le programme est un système qui te broie », résume-t-il. Il est carrément d’avis que les programmes d’immigration temporaire pour la main-d’oeuvre devraient être abolis.

Le besoin de main-d’oeuvre agricole est présenté comme « temporaire » depuis 1966, date à laquelle une première entente pour des travailleurs agricoles saisonniers fut conclue. Les travailleurs arrivaient alors principalement de Jamaïque, le Mexique signant un accord avec le Canada en 1974. Le nombre de travailleurs temporaires agricoles, les deux programmes d’immigration confondus, a continué d’augmenter dans les dernières années.

« Le ministère [de l’Emploi et du Développement social] n’a pas fait suffisamment d’efforts pour garantir que les travailleurs étrangers temporaires étaient seulement embauchés en dernier ressort », a reproché le vérificateur général Michael Ferguson dans son rapport déposé en mai dernier. Ce qui fait dire à Noé Arteaga que les étrangers sont choisis surtout « parce qu’ils sont jetables ».

Noé Arteaga en six dates

15 septembre 1980 : Naissance à Jocotenango, au Guatemala.
 
13 avril 2008 : Arrivée au Canada, un contrat de 11 mois en poche pour travailler dans des serres de production de tomates à Saint-Étienne-des-Grès.
 
Juillet 2008 : Grève éclair des travailleurs pour faire pression sur l’employeur.
 
6 août 2008 : M. Arteaga apprend son congédiement et son renvoi sur-le-champ au Guatemala.
 
11 décembre 2014 : Jugement du tribunal d'arbitrage qui reconnaît le congédiement illégal et la discrimination envers lui.
 
2015 : Faillite de Savoura et rachat par Sagami.


À voir en vidéo

Consultez la suite du dossier

Les tomates de la colère

Les tomates de la colère

Sur papier, le système leur promet des programmes d'emploi irréprochables. En réalité, des failles laissent ces citoyens...