UberEATS et Foodora transforment la livraison à vélo, mais pas les conditions de travail

Les coursiers ne livrent plus seulement que du courrier, ils font aussi la livraison de repas commandés du restaurant.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Les coursiers ne livrent plus seulement que du courrier, ils font aussi la livraison de repas commandés du restaurant.

Une forte pluie, charriée par un vent froid, tombe sur Montréal. Gilberto arrive trempé sur son vélo. Toute la journée, il a livré des repas au centre-ville et dans les quartiers centraux. « C’est le genre de journée difficile », dit le livreur à vélo, les traits tirés.

Gilberto, la jeune vingtaine, fait partie des centaines de livreurs qui sillonnent la ville sur deux roues. Il travaille pour UberEATS, qui offre depuis la mi-avril un service de livraison de repas. Gilberto fait aussi la livraison pour trois entreprises de messagerie à vélo. Depuis un an et demi, il croise sur son chemin des livreurs de Foodora, propriété du géant allemand Delivery Hero, reconnaissables avec leur chandail et leur boîte de livraison couleur rose bonbon.

L’industrie de la livraison à vélo prend de l’expansion, mais une chose a peu changé : les conditions de travail des livreurs. Les multinationales Uber et Foodora, qui brassent des affaires sur à peu près tous les continents, considèrent leurs livreurs comme des « travailleurs indépendants ». À l’ère de l’économie numérique, où la simple possession d’un téléphone intelligent peut faire de vous un « entrepreneur », les livreurs à vélo travaillent sans filet de sécurité.

« Ils prennent de gros risques, mais se font offrir peu ou pas de protection en cas d’accident ou de maladie, résume Stéphane Brassard, avocat spécialisé en droit du travail. Il y a énormément d’accidents, mais très peu sont rapportés. » Cet ancien coursier à vélo estime que les lois québécoises et canadiennes offrent une protection aux livreurs, même si les entreprises de livraison les considèrent comme des « travailleurs autonomes » ou des « partenaires d’affaires ».

« Les contrats sont faits pour éluder les lois, mais il y aurait matière à débattre devant les tribunaux », dit-il. Il estime que les livreurs à vélo qui travaillent principalement pour une seule entreprise auraient de bonnes chances d’être reconnus en tant que salariés ou « travailleurs dépendants ».

Petits et gros bobos

La plupart des livreurs interrogés disent avoir eu de petits et gros bobos en travaillant. Les chutes et les collisions sont fréquentes. Les coursiers n’ont aucune assurance maladie ou assurance invalidité. Et si leur vélo ou leur téléphone brise, c’est à eux de les réparer. Ou de les remplacer. « C’est un risque que je suis prêt à prendre. Je suis prudent », dit Gilberto.

Les 2000 coursiers de Foodora au Canada semblent satisfaits de leurs conditions de travail en tant que travailleurs indépendants, estime David Albert, directeur chez Foodora, à Toronto. « Nous les encourageons à prendre une assurance. Je ne suis pas avocat, mais nous avons l’impression que c’est la responsabilité des livreurs de cotiser à la CNESST [Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail] s’ils veulent faire une réclamation en cas d’accident », dit-il.

« Les messagers ne connaissent pas leurs droits. Et il est très difficile de les mobiliser, parce qu’il y a beaucoup de roulement de personnel », souligne de son côté Vincent Courcy, qui a longtemps été coursier à Montréal. Il a tenté de fonder un syndicat de messagers, au début des années 2000. Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes a brièvement réussi. Mais le syndicat des messagers à vélo s’est dissous, entre autres à cause du manque de mobilisation.

L’intimidation des employeurs a aussi contribué à l’effritement de l’action syndicale : « Pendant la campagne syndicale, je me suis fait barrer par les entreprises », dit Vincent Courcy. Il a dû quitter l’industrie. Il est devenu postier.

Chance et rapidité

Les livreurs interrogés par Le Devoir, eux, sont généralement satisfaits de leurs conditions de travail. Gilberto, par exemple, dit gagner généralement plus que le salaire minimum en livrant des repas pour UberEATS. Le fonctionnement est simple : lorsqu’il active l’application sur son téléphone — en tout temps, quand il le veut —, Gilberto devient disponible pour faire des livraisons. Quand il se rend à un restaurant pour cueillir un repas à livrer, il reçoit 2,60 $, puis 0,85 $ par kilomètre parcouru (entre le restaurant et l’adresse du client), et enfin 1,20 $ lorsque le client reçoit sa commande. Les livreurs doivent payer une commission de 25 % à UberEATS sur chaque livraison effectuée.

« Lorsque la demande est forte dans certains quartiers ou que les conditions météorologiques sont mauvaises, ils reçoivent des incitatifs financiers qui varient selon l’heure et le secteur », précise Jean-Christophe de le Rue, porte-parole d’Uber.

Philippe, lui, livre pour Foodora et pour une entreprise de messagerie. La livraison de courrier à vélo offre une certaine stabilité. Tout est généralement prévisible : heures normales de bureau, volume de travail et chèque de paye. Comme les livreurs fréquentent souvent les mêmes bureaux, ils connaissent les raccourcis. Et une enveloppe, c’est beaucoup plus simple à livrer qu’un repas chaud.

Pour Foodora, c’est plus complexe : il y a des périodes creuses durant la journée. « Tu peux faire beaucoup d’argent si tu es vite et si tu es chanceux, si par exemple il y a beaucoup de commandes et que tu es proche du restaurant qui te demande de livrer », explique Philippe.

Il dit avoir déjà gagné à peine 7,50 $ pour une journée complète de travail. D’autres affirment gagner jusqu’à 40 $ de l’heure en livrant pour Foodora. L’entreprise, elle, indique que ses livreurs gagnent en moyenne 19,75 $ de l’heure à Montréal depuis le début de l’année 2017. Les livreurs reçoivent 4,50 $ par commande, plus 1 $ par kilomètre parcouru entre le restaurant et le client, plus leurs pourboires, indique David Albert, de Foodora.

À en juger par le nombre de livreurs au chandail rose qu’on voit dans les rues de Montréal, l’entreprise parvient à recruter sans trop de difficultés. Même durant un printemps marqué par les pires pluies depuis des décennies.

Deux services

UberEATS a lancé son service de livraison pour restaurants le 19 avril dernier à Montréal. Certains livreurs sont à vélo, d’autres en voiture. 200 restaurants offrent leur menu sur cette plateforme. Le nombre de livreurs n’est pas précisé par l’entreprise.

Foodora, propriété du géant européen Delivery Hero, a lancé ses services en 2015 à Montréal. 350 restaurants offrent leurs repas sur cette plateforme, selon l’entreprise. Elle dit compter entre 200 et 250 livreurs à vélo à Montréal.
4 commentaires
  • Pierre Robineault - Abonné 20 juin 2017 10 h 33

    Ah bon!

    Si j'ai bien compris, non seulement on ne sait plus comment se nourrir soi-même, mais en plus, on ne se déplace plus pour aller là où se trouve la nourriture. À quand le gavage universel sans avoir à mâcher?

    • Sylvain Auclair - Abonné 20 juin 2017 18 h 42

      Avez-vous oublié les pizzerias, les rôtisseries et les restaurants chinois qui livrent depuis des lustres?

  • Pierre Lavallée - Inscrit 20 juin 2017 14 h 37

    Le malheur des coursiers de Maurial...

    J'imagine que les gens qui demeurent à Perçé ou à Rouyn-Noranda doivent être bien émus par votre article sur le malheur des coursiers de Maurial.... Donner une telle dimension dans le journal (la UNE et une age complète) à un
    fait aussi divers pour ne pas dire aussi "régional" que celui-ci, n'aide pas les lecteurs non-montréalais à percevoir ce journal comme un journal "national".

  • Sylvain Auclair - Abonné 20 juin 2017 18 h 42

    C'est bon à savoir

    On ne fera pas affaire avec eux.