Le colloque du Mouvement républicain n’aura pas lieu au collège de Maisonneuve

Le collège de Maisonneuve
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le collège de Maisonneuve

Le collège de Maisonneuve fait volte-face et annonce qu’il ne louera plus ses locaux au colloque du Mouvement républicain du Québec qui devait avoir lieu le 17 juin.

Après avoir réévalué la requête des Éditions Dédicaces, organisme qui a demandé à louer les locaux, « le collège de Maisonneuve a informé les responsables de l’événement qu’il résiliait le contrat de location ». La Meute a confirmé qu’elle était impliquée dans ce colloque, mais uniquement pour en assurer la sécurité, a assuré au Devoir l’un de ses représentants, Sylvain Brouillette. Le groupe fait néanmoins partie des groupes présentés par la page Web du Mouvement républicain du Québec.

Rappelons que l’organisation de ce colloque avait causé des remous et laissait présager un affrontement entre des groupes.

Le cégep a confirmé au Devoir qu’il ne souhaite pas s’associer à des groupes qui « contribuent à créer un climat de provocation et d’affrontement qui met en péril la sécurité des personnes inscrites à la conférence et celle des occupants du collège de Maisonneuve le 17 juin 2017. »

La Meute se défend d’être d’extrême droite, qualificatif le plus souvent accolé à ce groupe. Son groupe secret sur Facebook compterait 44 000 membres, selon M. Brouillette. « On rejette les extrémistes ou les racistes, on ne tolère pas les discours haineux ou les appels à la violence », dit-il, ajoutant qu’une douzaine de modérateurs y veilleraient à temps plein.

« Je ne comprends pas la réaction du collège de Maisonneuve, c’est un débat de société, la politique au Canada, qu’on soit de droite ou de gauche. Mais ce n’est plus possible présentement », croit-il.

Plus de 250 billets sont déjà réservés pour l’événement, selon l’interface de vente. Guy Boulianne, fondateur d’Éditions Dédicaces et du Mouvement républicain du Québec, invitait encore mercredi soir à assister au rassemblement sur sa page Facebook.

4 commentaires
  • Martin Richard Mouvement Action Chômage Montréal - Abonné 7 juin 2017 18 h 43

    Sage décision.

  • Eric Vallée - Inscrit 7 juin 2017 20 h 47

    Comme à l'UQAM ce printemps

    Il suffit que des groupes du style Parti marxiste révolutionnaire menacent de s'en prendre aux conférenciers pour qu'on annule. Ce sont maintenant eux qui fixent les limites de la liberté d'expression ou de réunion.

    • Stéphane Thellen - Abonné 8 juin 2017 11 h 27

      Voilà comment partent les rumeurs et la désinformations.

  • Raymond Ayas - Inscrit 8 juin 2017 16 h 06

    Choquante décision

    Des trotskyistes masqués et violents ont réussi à intimider le College Maisonneuve. Maintenant des anciens ministres, des double-médaillés du Gouverneur général, des avocats, ingénieurs et sociologues n'ont plus le droit de parler. Ne nous parlez plus de liberté d'expression; ça n'existe pas au Québec.