cache information close 

Thanabalasingham veut finalement être déporté

Sivaloganathan Thanabalasingham lors de son passage en cour, le 13 avril dernier
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Sivaloganathan Thanabalasingham lors de son passage en cour, le 13 avril dernier

Le meurtrier allégué libéré en avril grâce à l’arrêt Jordan ne conteste plus sa déportation vers le Sri Lanka.

Devant la Commission de l’Immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR), Sivaloganathan Thanabalasingham a indiqué jeudi vouloir finalement être déporté le plus rapidement vers son pays d’origine.

« Je n’ai pas d’enfant. Je n’ai rien à mon dossier dans le Code criminel ou le code de l’immigration. Alors j’ignore pourquoi je suis encore en prison. C’est ce qui me fait penser… à retourner dans mon pays », a-t-il déclaré.
 

L’homme devra toutefois patienter puisqu’avant d’être renvoyé du pays, plusieurs formalités restent à régler. Il reviendra devant la CISR le 9 juin.

M. Thanabalasingam est encore sous la protection du Canada à titre de réfugié, alors on ignore s’il sera déporté, et comment cela se fera.

Le Sri Lankais avait été accusé du meurtre de sa femme en août 2012.

Le juge Alexandre Boucher a tranché le 6 avril que les délais de 56 mois écoulés depuis l’arrestation de M. Thanabalasingam étaient déraisonnables et a conséquemment arrêté les procédures.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales a porté en appel la décision.