Les gestes bénévoles d'aide aux sinistrés des inondations se multiplient

Des parois de sacs de sable et de matériaux de construction divers ont été aménagées devant plusieurs résidences inondées, dont celle-ci, à L’Île-Bizard.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Des parois de sacs de sable et de matériaux de construction divers ont été aménagées devant plusieurs résidences inondées, dont celle-ci, à L’Île-Bizard.

Dans les secteurs riverains de L’Île-Bizard, un des arrondissements soumis à l’état d’urgence de 48 heures décrété par la ville de Montréal, des résidences que l’on croyait suffisamment loin de l’eau sont soudainement inondées, chaque résidant s’affairant à ériger et à consolider des murs de sacs de sable et de plastique pour limiter les dégâts. Le bruit des pompes est partout.

D’un bout à l’autre des secteurs touchés, ce même scénario se répétait, dimanche, mais il s’accompagnait aussi d’une entraide chaleureuse et spontanée de gens venus de partout pour donner un coup de main.

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Une cour sinistrée de l’île Mercier
Lorsque Le Devoir est passé derrière l’hôtel de ville de l’arrondissement de L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, une armée de bénévoles s’attaquait à d’énormes tas de sable pour faire de l’ensachage. Jeunes et moins jeunes se sont présentés comme ça, tout simplement, en réaction à ce qui semble être une initiative citoyenne. En gros, grâce au bouche-à-oreille et à Facebook.

« On ne réalise pas ce qui se passe lorsqu’on vit ailleurs sur l’île de Montréal », dit Cendra Paas, qui est venue de Pointe-Claire pour prêter main-forte. « Je suis stupéfaite de voir l’état des lieux. Je suis originaire de Winnipeg, je suis habituée aux cas d’inondations », dit-elle. Comment s’est manifesté le besoin de venir aider ? Dans sa ville natale, dit-elle, « c’est ce que les gens font ».

Certains bénévoles s’activent déjà depuis deux ou trois jours. L’un d’eux est même venu du Vermont avec sa camionnette. « J’habite sur l’île Bizard mais je ne suis pas touchée », dit Lyne Paquette, pelle en main. Sa maison est à 400 mètres de l’eau, ce qui limite le risque pour l’instant à un éventuel débordement d’égout. « Mais c’est dévastateur pour ceux qui sont touchés. D’autant plus que plusieurs artères sont fermées, alors l’accès se complique. »

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir À L’Île-Bizard, une armée de bénévoles s’est affairée à remplir des sacs de sable, derrière l’hôtel de ville.

Dans la cour de l’atelier municipal, les camions se succèdent pour transporter des sacs de sable jusqu’aux secteurs touchés. Or, la frénésie a fait en sorte que vers 11 h, il n’y avait plus de sacs. La priorité est donc allée aux sacs conteneurs, de très grande taille.

L’aide nécessaire

Les autorités ont d’ailleurs tenu à mentionner dimanche le vent de solidarité qui s’est exprimé à l’égard des sinistrés. « Nos citoyens directement touchés sont durement éprouvés. Il faut qu’on leur apporte toute l’aide nécessaire, a relevé le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux. Il y a d’ailleurs énormément de gestes solidaires qu’on voit à travers le Québec. Beaucoup de gens qui viennent faire du travail sur place, sur une base bénévole. Et c’est apprécié des citoyens. Ils se prennent en main, mais ils ont besoin de l’apport de tout le monde dans la communauté. »

Du côté de la Croix-Rouge, au sein de laquelle travaillent des bénévoles, on a déjà mis sur pied plusieurs centres d’accueil pour les sinistrés, qui ont besoin d’être logés mais aussi de s’alimenter. À Gatineau, l’appel du maire a permis de mobiliser environ 1500 bénévoles samedi afin de remplir des sacs de sable à l’aréna Campeau. Une corvée était également prévue dimanche.

[Les sinistrés] se prennent en main, mais ils ont besoin de l'apport de tout le monde dans la communauté

 

Pas loin de l’hôtel de ville, les propriétaires travaillent sans relâche pour combattre l’eau qui entre de partout. « Ça va mal », laisse tomber Henry, qui habite à quelques mètres de la rivière des Prairies, plus ou moins en face de la désormais célèbre île Mercier. Il garde le sourire mais sa petite maison de 1880, qui n’a pas de sous-sol, est complètement entourée. « Dans la maison, le niveau de l’eau est le même qu’ici à l’extérieur », dit-il. C’est-à-dire plus ou moins à la hauteur des genoux.

À l’entrée de la rue qui mène au pont de l’île Mercier, submergé et impraticable, Robert observe le niveau de l’eau qui s’approche rapidement de son immeuble. L’eau a monté si vite que le service des incendies a dû déplacer dans la journée un petit poste de commandement qu’il avait installé. « À Rigaud, c’est pire », se console-t-il. « Il y a pire ailleurs. Tout le monde est dans le même bain, c’est le cas de le dire. »

Photo: Olivier Zuida Le Devoir Une corvée à Rigaud

1 commentaire
  • Andrée Phoénix-Baril - Abonnée 8 mai 2017 09 h 59

    les bénévoles.

    C'est dans l'adversité que l'on reconnait la valeur des vrais hommes et femmes.
    Merci a tous.

    Andrée Phoénix-Baril abonnée