L’approche de fortes averses suscite l’inquiétude au Québec

C'est à bord de son bateau qu'André Fortin s'est promené sur sa rue mercredi. Ce résident de Gatineau avait déjà été victime de l'inondation de son quartier en 1974. 
Photo: Justin Tang La Presse canadienne C'est à bord de son bateau qu'André Fortin s'est promené sur sa rue mercredi. Ce résident de Gatineau avait déjà été victime de l'inondation de son quartier en 1974. 

Les niveaux d’eau étaient généralement stables dans les zones inondées du Québec, jeudi, mais les fortes pluies attendues au cours des prochains jours suscitent l’inquiétude, d’autant plus que les niveaux n’auront pas la chance de baisser.

De plus, les régions plus à l’est, où le couvert de neige demeure important, commencent à vivre la même situation que le sud et l’ouest de la province alors que la fonte se combine aux pluies pour compliquer la vie des riverains.

S’adressant aux élus municipaux réunis aux assises de l’Union des municipalités, jeudi matin à Montréal, le premier ministre Philippe Couillard a fait état d’un bilan provisoire qui dénombre 132 municipalités touchées et 1400 résidences touchées ou menacées par la montée des eaux.

« On sait que le niveau des eaux ne baissera pas au cours des prochains jours. Il risque plutôt soit de rester élevé, soit même de continuer à monter, d’après les précipitations qu’on aura », a précisé le premier ministre.

M. Couillard a salué les efforts des élus municipaux et souligné l’importance pour les autorités des divers paliers de gouvernement d’être sur le terrain.

« Je sais que les maires et mairesses — et celles et ceux qui ne sont pas là — sont aux côtés de leurs citoyens. Nos députés également, nos ministres régionaux », a mentionné le premier ministre.

« Il faut être là. […] Vous n’êtes pas seuls. On est avec vous. Le gouvernement fédéral également est en lien avec nous », a insisté M. Couillard, ajoutant que « tous les outils et toutes les aides nécessaires » seraient mis à contribution pour assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens.

On sait que le niveau des eaux ne baissera pas au cours des prochains jours. Il risque plutôt soit de rester élevé, soit même de continuer à monter d’après les précipitations qu’on aura.

 

Surveillance intense

La surveillance demeure intense dans les régions de Montréal, de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière, de la Montérégie et de la Mauricie, où la situation s’est détériorée dans les derniers jours avec des débordements, entre autres, du fleuve Saint-Laurent, du lac Saint-Louis, des rivières des Outaouais, des Mille Îles, des Prairies et Saint-Maurice, pour ne nommer que celles-là.

Plusieurs rivières de moindre importance de même que quelques lacs ont aussi causé des problèmes multiples dans toutes ces régions.

Plus à l’est, on commence maintenant à voir des débordements dans le Bas-du-Fleuve, où la rivière Mitis incommode les résidents de Sainte-Angèle-de-Mérici et de Sainte-Jeanne-d’Arc. Dans le Centre-du-Québec, le fleuve a forcé l’évacuation d’une poignée de résidences à Bécancour, mais 275 autres sont menacées.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, des problèmes de débordements sont également rapportés dans les municipalités de Lac-Bouchette et de Saint-François-de-Sales en raison de la montée des eaux sur le lac des Commissaires et la rivière Ouiatchouan. Fait à noter, le sol est tellement saturé d’eau qu’on rapporte à Sainte-Jeanne-d’Arc des inondations par infiltration causées par le haut niveau de la nappe phréatique.

Apports d’eau prévus et progression actuelle

Selon la Sécurité civile, les apports verticaux des 24 prochaines heures — qui comprennent tant la pluie que la fonte des neiges — varieront entre 10 et 20 millimètres sur les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, du nord de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière, de la Mauricie, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Capitale-Nationale, du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de l’ouest de la Côte-Nord. Ailleurs, ils seront négligeables.

Les autorités gouvernementales estimaient jeudi que le niveau d’eau de la rivière des Outaouais et du lac des Deux-Montagnes était à la hausse, alors que celui de la rivière Gatineau était stable.

Les rivières des Mille Îles et des Prairies présentaient un niveau d’eau en hausse lente, alors que le niveau d’eau du lac Saint-Louis était stable.

En Mauricie, le niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent demeurera élevé pour plusieurs jours, dans le secteur du lac Saint-Pierre, avant de redescendre lentement, et celui de la rivière Saint-Maurice était en baisse lente.