Des Africains se disent exclus de l'enquête sur le racisme systémique

La ministre québécoise de l'immigration, de la diversité et de l'inclusivité, Kathleen Weil
Photo: Clement Allard La presse canadienne La ministre québécoise de l'immigration, de la diversité et de l'inclusivité, Kathleen Weil

Des Québécois originaires de l’Afrique subsaharienne déplorent l’absence de membres de leur communauté au sein du comité-conseil sur le racisme et la discrimination systémique, créé il y a un mois par le ministère de l’Immigration. « Un manque flagrant », qui doit être corrigé, déplore le Comité d’initiative provisoire des Afro-Québécois (CIPAQ), qui signe une lettre ouverte pour réclamer que leur voix soit entendue dans une « étape aussi cruciale du processus. »

« C’est surprenant que la catégorie la plus touchée en matière d’intégration à l’emploi ne soit pas représentée à ce comité », s’étonne Doudou Sow, consultant formateur en intégration professionnelle et gestion de la diversité et membre du CIPAQ. Il fait ainsi référence à une étude publiée en 2012 par la Commission des droits de la personne qui révélait que, sur le marché du travail, les noms à consonance africaine étaient les plus discriminés (42 %), comparativement aux noms arabes (35 %) et latino-américains (28 %).

Présidé par Maryse Alcindor, première sous-ministre noire, le comité-conseil, qui se penchera sur les modalités de la consultation sur le racisme et la discrimination systémique, compte 14 membres, qui sont pour la plupart des universitaires haïtiens d’origine ou issus de la communauté arabo-musulmane. Tout en saluant l’initiative, certaines personnes nommées à ce comité ont néanmoins souligné le fait qu’il y ait effectivement beaucoup d’universitaires et aucun représentant des 85 organismes ayant réclamé un tel exercice, à part les quatre porte-parole qui en avaient fait publiquement la demande au début de l’année.

Basé sur l’« expertise »

Mise au fait de ces critiques, la ministre de l’Immigration a rappelé que le rôle du comité n’est pas de « lutter » contre le racisme et la discrimination, mais plutôt de « conseiller » le gouvernement sur la consultation prévue pour cet automne. « Le comité est composé notamment de chercheurs qui ont été choisis en fonction de leur expertise et de leur expérience », a indiqué l’attachée de presse de la ministre, Gabrielle Tellier. Les organismes seront plus tard invités à participer à la consultation elle-même, y compris des membres de la communauté subsaharienne.

Pour Doudou Sow, le fait que le ministère ait justifié que ses nominations ont été faites sur la base de « l’expertise » est un comble. « C’est l’arroseur arrosé. Le ministère met en place une commission qui prétend combattre, et à juste titre, les causes de la discrimination, mais tombe dans le même panneau. »

M. Sow est d’autant plus étonné qu’il est reconnu pour son expertise sur les questions de l’intégration au marché du travail — il travaille depuis longtemps sur le sujet et a écrit des livres — et qu’il avait même été pressenti par la ministre Kathleen Weil et sa garde rapprochée. « Je n’ai jamais eu de retour. Mais même si le gouvernement venait me voir demain pour m’inclure, je dirais non. Je ne veux pas que ce soit perçu comme un combat pour ma personne. Je le fais pour mes enfants et toute la prochaine génération. »

Paul Eid, sociologue spécialiste de l’immigration qui fait partie de ce comité-conseil, se veut rassurant. « Je ne travaille pas pour un groupe ou un autre. L’idée c’est de documenter les causes, et ça touche tous les groupes racisés », soutient-il. « Je crois que c’est la même chose pour tous les membres du groupe ».

Pas des Haïtiens

Mame Moussa Sy, du centre communautaire Bon courage de Place Benoit, est lui aussi déçu de la composition du comité-conseil. « Ça ne tient pas la route. Ça ne reflète pas la diversité », dit-il. Après avoir partagé son coup de gueule sur les réseaux sociaux, il a lancé une pétition qui avait récolté environ 500 signatures lundi soir.

Certes, des Haïtiens siègent au comité-conseil, mais leur voix n’est pas celle des Africains subsahariens, explique-t-il. « Le scientifique, le professeur, l’intervenant haïtien qui est là, il sera toujours porté à prendre des exemples de son quotidien, de ce qu’il a vécu. Mais c’est très différent de ce qui se passe au Sénégal, au Congo », explique-t-il.

6 commentaires
  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 2 mai 2017 07 h 31

    Le souci de vérité

    M. Sow a fortement raison, l'expertise se retrouvant aussi dans la rue. De plus, c'est à cette source que les experts universitaires veulent s'abreuver scientifiquement. Autrement dit, la meilleure preuve ou preuve la plus directe vient de la rue et non des salles de cours. Surtout, c'est dans la rue que l'on retrouve le plus de passion, de conviction et d'impatience, les personnes y vivant étant les premières préjudiciées. Il faut donc absolument mettre en scène un comité-conseil comprenant plusieurs représentants des organismes oeuvrant dans la rue au profit du groupe visible le plus discriminé au Québec. Et qu'ils le choisissent!

    • Johanne Fontaine - Abonnée 2 mai 2017 13 h 20

      S'abreuver scientifiquement, dites-vous?
      La rue, d'accord, mais aussi et non exhaustivement, les centres de détention quelqu'acabit qu'ils soient tels que prisons, ailes psychiâtriques (patients et préposés), centres jeunesse, exploitations agricoles lors des cueillettes.

  • Gilles Théberge - Abonné 2 mai 2017 09 h 29

    I

    Si la chicane est prises avec la composition de ce comité, avant qu'il commence ses travaux, imaginons ce que ça sera au cours des travaux.

    C'est de la foutaise tout cela, et inutile en plus.

    • Marc Therrien - Abonné 2 mai 2017 22 h 33

      Malheureusement, il semble qu'il soit impossible de faire des choix sans faire d'exclus. Espérons pour les exclus que les spécialistes de la problématique générale pourront suffisament bien parler en leur nom de leur situation particulière.

      Marc Therrien

  • Colette Pagé - Inscrite 2 mai 2017 11 h 23

    Comité visant à repousser l'action du Gouvernement .

    Se pourrait-il que ce Comité vise essentiellement à repousser jusqu'à la prochaine élection les solutions.

    Tant de choses ont été dites, de témoignages entendus et d'études complétées sur le racisme que la seule chose qu'il reste au Gouvernement à faire c'est d'agir et cesser de procrastiner .

  • Lise Bélanger - Abonnée 4 mai 2017 06 h 46

    Les vrais exclus: les québécois. Doit-on parler de racisme, d'ethnicisme et je ne sais quoi....

    Mais une chose est certaine. Il y a un mépris systématique d'un nombre suffisant d'immigrants et d'allophones/anglophones pour dire sans se tromper qu'ils refusent de s'intégrer à la langue et culture québécoise.

    Il s'agit d'ethnicisme contre la majorité québécoise qui est aussi une minorité canadienne.

    J'en ai ras le bol de n'entendre que de l'anglais autour de moi comme si je n'existait. Il n'y a pas que la couleur ou le chiffon pour faire une société.

    Il y a un peuple qui souffre chez lui, et il faudrait panser ses plaies avant de s'en prendre à celle des autres.