Frank Zampino était un bon allié, dit Gérald Tremblay

Le contre-interrogatoire de l’ancien maire de Montréal, Gérald Tremblay, se poursuivra ce mardi.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Le contre-interrogatoire de l’ancien maire de Montréal, Gérald Tremblay, se poursuivra ce mardi.

Quand Gérald Tremblay s’est lancé en politique municipale en 2001, Frank Zampino bénéficiait d’une grande crédibilité, a relaté l’ex-maire de Montréal alors qu’il témoignait, lundi matin, au procès du Faubourg Contrecoeur. Sans l’appui de celui qu’il considérait comme un « bras droit exceptionnel », Gérald Tremblay a indiqué qu’il n’aurait jamais brigué la mairie de Montréal.

Témoin de la Couronne, Gérald Tremblay s’est décrit comme étant « un avocat à la retraite » devant le juge Yvan Poulin. L’homme maintenant âgé de 74 ans fut maire de Montréal de 2002 à 2012. C’est lors de son deuxième mandat que le scandale du Faubourg Contrecoeur a éclaté.

En prévision des élections de novembre 2001, qui allaient coïncider avec les fusions municipales des villes de l’île de Montréal, le maire de Verdun de l’époque, Georges Bossé, avait demandé à Gérald Tremblay s’il souhaitait se lancer dans la course à la mairie de Montréal.

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir

Frank Zampino compte parmi les six accusés du procès du Faubourg Contrecœur.

M. Bossé avait alors suggéré à M. Tremblay de rencontrer le maire de Saint-Léonard, Frank Zampino, qui avait de l’ascendant sur les maires de banlieue opposés aux fusions. M. Zampino était maire depuis 10 ans, il avait bonne réputation et bénéficiait d’une grande crédibilité, a soutenu Gérald Tremblay.

« À cette époque, la Ville était techniquement en faillite. La précédente administration [de Pierre Bourque] vendait les actifs de la Ville à vil prix », a avancé Gérald Tremblay qui voyait en Frank Zampino un allié qui pourrait l’aider à redresser les finances de la Ville.

En campagne électorale, Gérald Tremblay n’a jamais entendu de commentaires négatifs sur celui qui allait devenir son homme de confiance et président du comité exécutif. Son équipe a été élue en 2001.

C’est à Frank Zampino que Gérald Tremblay a confié le dossier du Faubourg Contrecoeur, un projet immobilier qui, selon la poursuite, a été entaché par des manoeuvres frauduleuses.

La SHDM

 

Questionné par la Couronne, l’ex-maire Tremblay a expliqué qu’en 2002, il avait demandé à son directeur de cabinet, Martial Fillion, de quitter ses fonctions. Il avait remarqué que M. Fillion avait un problème de consommation d’alcool : « Il y avait incompatibilité. »

« Je n’ai jamais eu de plainte officielle concernant son comportement », a toutefois précisé M. Tremblay.

Martial Fillion a émis le souhait d’obtenir un poste dans la fonction municipale, évoquant la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM) et la Société de développement de Montréal, deux sociétés paramunicipales distinctes à l’époque. Gérald Tremblay a mentionné à Frank Zampino l’intérêt de Martial Fillion. Celui-ci fut finalement nommé directeur général de la SHDM. Cette décision relevait du conseil d’administration de la SHDM et était entérinée par les élus, a plus tard précisé M. Tremblay.

Accusé dans le dossier du Faubourg Contrecoeur, Martial Fillion est décédé en 2013, avant le début du procès.

 

Peu de révélations

Le témoin a aussi été interrogé sur son parti, Union Montréal, et sur le rôle de l’ancien directeur du financement de sa formation politique, Bernard Trépanier. Gérald Tremblay l’a relevé de ses fonctions lorsqu’il a appris que le collecteur de fonds avait réclamé un million de dollars à un promoteur immobilier pour un projet de développement à la carrière Francon. L’ex-maire a d’ailleurs souligné qu’à plusieurs occasions, il avait vu M. Trépanier attendre Frank Zampino près du bureau de celui-ci. Il trouvait « inacceptable » une telle promiscuité entre un collecteur de fonds et un président du comité exécutif.

Au sujet de l’entrepreneur Paolo Catania, Gérald Tremblay a indiqué l’avoir croisé à des événements de financement d’Union Montréal. Il a reconnu lui avoir déjà parlé, mais jamais au sujet de projets ou du Faubourg Contrecoeur, a-t-il dit.

Gérald Tremblay n’a pas fait de grandes révélations lors de l’interrogatoire de la Couronne, qui n’a duré qu’une heure. À plusieurs reprises, il a montré un certain agacement à l’égard des questions qui lui étaient posées. Concernant le Faubourg Contrecoeur, il a insisté pour dire que le conseil municipal avait approuvé le projet à l’unanimité.

Le témoignage de Benoit Labonté

 

En contre-interrogatoire, l’avocate de l’accusé Frank Zampino, Me Isabel Schurman, a questionné l’ancien maire sur la fusion de la Société de développement de Montréal et de la SHDM. Cette décision permettait à la Ville de faire des économies, a expliqué l’ex-maire. La SHDM avait aussi été privatisée, une opération pour laquelle le contentieux de la Ville avait émis un avis défavorable.

Rappelons qu’aucune accusation n’a été portée contre Gérald Tremblay. Six personnes, parmi lesquelles Frank Zampino et Paolo Catania, font face à des accusations criminelles relativement au projet immobilier du Faubourg Contrecoeur. Bernard Trépanier, aussi accusé dans cette affaire, doit subir un procès distinct.

Gérald Tremblay avait été blâmé par la commission Charbonneau pour ne pas avoir « exercé adéquatement son rôle de contrôle et de surveillance de l’administration municipale, préférant s’en remettre au président du comité exécutif ».

Le contre-interrogatoire de Gérald Tremblay se poursuivra mardi, mais auparavant, le tribunal entendra Benoit Labonté qui témoignera par vidéo depuis les Philippines, où il se trouve. Ancien membre du comité exécutif de Gérald Tremblay, Benoit Labonté avait quitté Union Montréal en 2007 pour devenir chef de l’opposition. Pendant la campagne électorale de 2009, il avait créé une onde de choc en révélant l’existence d’une ristourne de 3 % que devaient payer les entrepreneurs à Union Montréal pour chacun des contrats obtenus.

 

À voir en vidéo