L’obsession d'une tour pour l'Expo 67

Le maire de Montréal Jean Drapeau voulait absolument une tour pour sa ville, et il en fit une véritable obsession. Il souhaitait particulièrement un symbole fort pour l’Expo et pour le 325e anniversaire de la métropole en 1967.

On raconte qu’il avait rêvé de déménager temporairement la tour Eiffel à Montréal pour l’Expo, une idée qui avait été avancée par son ami Robert Lapalme, qu’il avait engagé comme directeur artistique d’Expo 67. Une idée complètement saugrenue qui n’avait pas enthousiasmé la Ville de Paris, on s’en doute !

Drapeau pilote toutefois une autre idée, très sérieuse : en décembre 1964, il présente en grande pompe à son conseil municipal un projet de tour de 325 mètres de hauteur, évalué à 20 millions de dollars, laquelle tour serait érigée sur la pointe est de « l’île Ronde ». La tour se voulait un hommage aux fondateurs de la ville, et le projet était mené avec la Ville de Paris. « Un monument qui va dépasser la tour Eiffel », titrait carrément Le Devoir en une le 11 décembre 1964.

Drapeau promet que cette tour s’autofinancera. Un appel d’offres est lancé, trois groupes déposent des soumissions, mais aucune n’arrive à respecter le budget prévu. Les coûts montent en flèche. Drapeau s’acharne, mais en juillet 1965, il doit se rendre à l’évidence et il jette l’éponge : Expo 67 n’aura pas de tour.

Dix ans plus tard, il prend sa revanche : son rêve de doter Montréal d’une tour se réalisera avec le mât du Stade olympique… pour le meilleur et pour le pire.

Consultez la suite du dossier