Le pape implore Dieu pour la paix en Syrie et dans le monde

Devant 60 000 fidèles rassemblés place Saint-Pierre, le papeFrançois a réclamé l’aide de Dieu pour en finir avec les conflits et les guerres dans le monde.
Photo: Tiziana Fabi Agence France-Presse Devant 60 000 fidèles rassemblés place Saint-Pierre, le papeFrançois a réclamé l’aide de Dieu pour en finir avec les conflits et les guerres dans le monde.

Cité du Vatican — Le pape François a imploré Dieu dimanche, dans sa traditionnelle bénédiction Urbi et Orbi, pour qu’il ramène la paix au Moyen-Orient, particulièrement en Syrie, pays martyrisé et victime d’un conflit qui sème « horreur et mort ».

Devant 60 000 fidèles rassemblés place Saint-Pierre, selon la gendarmerie vaticane, à l’occasion de la messe de Pâques et de la bénédiction à la ville et au monde (Urbi et Orbi), le pape argentin a réclamé l’aide de Dieu pour en finir avec les conflits et les guerres dans le monde, le trafic d’armes et les souffrances endurées par les plus faibles.

« Qu’il donne la paix à tout le Moyen-Orient, à commencer par la Terre sainte, comme aussi en Irak et au Yémen », a-t-il lancé, après avoir une nouvelle fois dénoncé le drame de la Syrie où la population civile est la « victime d’une guerre qui ne cesse pas de semer horreur et mort ».

Jorge Bergoglio a dénoncé à cette occasion « l’ignoble attaque » qui a eu lieu samedi dans la région d’Alep en Syrie, « contre des réfugiés en fuite », dont le bilan est d’au moins 110 morts.

Il a encore imploré Dieu pour qu’il « donne aux responsables des nations le courage d’éviter l’expansion des conflits et d’arrêter le trafic des armes ». Dans sa bénédiction, retransmise en mondovision par près de 160 chaînes de télévision, le pape a rappelé que pour les chrétiens, le « Christ ressuscité » se fait « compagnon de route de tous ceux qui sont contraints de laisser leur terre à cause de conflits armés, d’attaques terroristes, de famines, de régimes oppressifs ». Le pape argentin a aussi espéré que Dieu « aide l’Ukraine, encore affligée par un conflit sanglant, à retrouver la concorde ».

Haute surveillance

Il a formulé le même voeu pour plusieurs conflits dans le monde, « à commencer par la Terre sainte », au Sud Soudan, au Yémen, en Irak ou en République démocratique du Congo.

Avant cette bénédiction, le pape avait célébré la traditionnelle messe de Pâques sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, placé sous haute surveillance.

Les célébrations de Pâques, qui ont débuté jeudi avec une messe et la cérémonie du lavement des pieds par le pape, ont donné lieu à d’importantes mesures de sécurité, après les attentats il y a une semaine ayant frappé des églises chrétiennes coptes en Égypte.

Tout le quartier autour de la basilique Saint-Pierre avait été bouclé dimanche matin, avec plusieurs points d’accès ouverts pour permettre une première vérification des sacs. L’accès à la place elle-même n’a été rendu possible qu’après le passage sous un portique de détection, à l’instar des mesures de sécurité prises dans les aéroports. Près d’une trentaine de portiques ont ainsi été disposés tout autour de la célèbre colonnade du Bernin entourant la place.

Des centaines de policiers et membres des forces de sécurité surveillaient les alentours, comme ils l’avaient déjà fait samedi pour la messe de la veillée pascale et pour le chemin de croix vendredi près du Colisée.

Lors de cette messe de Pâques, temps fort du calendrier chrétien, le pape a reconnu, dans une homélie improvisée, la difficulté d’associer Dieu et la souffrance dans le monde. Il a ainsi raconté avoir téléphoné samedi à un jeune homme atteint d’une grave maladie pour lui rapporter le message d’espoir de « Jésus ressuscité ». « Il n’y a pas d’explications à ce qui t’arrive, mais regarde Jésus sur la croix, Dieu a fait cela avec son fils », a raconté le pape. Le jeune homme lui a alors répondu : « Oui, mais il a demandé à son fils et il a dit oui. À moi, on ne m’a pas demandé si je voulais ça ». « Cela nous émeut », a alors reconnu le pape, pour qui il faut néanmoins « parier » sur le « Christ ressuscité » même si on ne comprend pas toujours comment va le monde.

7 commentaires
  • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 16 avril 2017 09 h 58

    Le pape implore dieu, beau test pour la relation pape-dieu.

    ''...le pape argentin a réclamé l’aide de Dieu pour en finir avec les conflits et les guerres dans le monde, le trafic d’armes et les souffrances endurées par les plus faibles.''

    Si dieu répond positivement au pape par une intervention divine ayant pour effet de faire cesser la guerre au moyen-orient ( Syrie, Palestine, Irak, Afghanistan ) je me convertis aussitôt la chose faite.

    Dieu est supposé tout-puissant, omniscient, j'attends avec impatience sa réponse aux implorations du pape, son représentant ici.

    • Marc Therrien - Abonné 16 avril 2017 19 h 56

      Un peu paradoxal comme voeu.

      Si Dieu intervenait dans le monde, ne violerait-il pas les lois naturelles qu'il a lui-même établies? Et de plus, si Dieu est bien celui qui nous a créés libres et responsables, au nom de quoi accepterait-il de se laisser jnfluencer par nos prières humaines et reviendrait-il sur sa décision? Et enfin, pourquoi intervenir maintenant, cette année? Est-ce vraiment la pire année que la Création ait vécue depuis qu'il y a "tout ça" plutôt que rien?

      Marc Therrien

    • Raymond Labelle - Abonné 17 avril 2017 09 h 18

      Une possibilité. Dieu limiterait son influence sur nos actions à faire entendre une petite voix dans la conscience. On peut lui demander par la prière d'augmenter le volume de cette voix, mais il ne le fait pas trop, car l'humain doit rester libre.

      Est-ce vraiment comme ça que ça se passe? Dieu seul le sait...

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 17 avril 2017 19 h 12

      « Dieu est supposé tout-puissant, omniscient, j'attends avec impatience sa réponse aux implorations du pape, son représentant ici. » (Jean-Guy Mailhot)

      De cette citation, si d.ieu existe (A), il répondrait :

      « Homme, on t'a dit ce qui est bien, ce que le Seigneur demande de toi: rien que de pratiquer la justice, d'aimer la bonté et de marcher humblement avec ton Dieu ! » (Michée 6,8 Mikha)

      Yahou chalom ! - 17 avril 2017 -

      A : https://www.youtube.com/watch?v=or3j5MlJK40

  • Francois Drolet - Inscrit 16 avril 2017 16 h 58

    Prière

    La force de la prière ne vient pas d'un seul homme, fut-il pape. Elle vient de la communion des voeux humains sur cette terre.

  • Raymond Labelle - Abonné 16 avril 2017 21 h 40

    Voeux pieux - au propre, au figuré.

    Exemples de vœux pieux au sens propre qui illustrent l'expression au sens figuré.

    Ceci dit, il est quand même bon d'attirer l'attention du monde sur ces cruelles absurdités auto-infligées par notre propre espèce. De tourner notre volonté vers une amélioration, quand bien même ne fût-ce qu'en partie par la prière.

    Et si Dieu ne fait rien, au moins que les humains y fassent quelque chose ou cessent d'adopter de ce genre de comportement. Un autre vœu pieu?

  • Michel Lebel - Abonné 17 avril 2017 03 h 17

    Dieu!

    Dieu répond toujours aux prières des hommes, mais à sa façon, qui peut être différente de celle qu'on peut attendre. Voilà bien toute une interrogation! Nous sommes dans le mystère pour tout croyant et non-croyant.

    Faut-il aussi rappeler que Dieu, pour un croyant, a créé l'homme libre, libre de faire le bien comme le mal. Voilà toute une responsabilité qui interpelle l'homme chaque jour. Dieu se refuse de jouer au magicien qui règlerait tout! Il aime trop l'homme pour usurper sa liberté.

    M.L.