Éric Duhaime, l’idéologue pourfendeur

Éric Duhaime a fréquenté le PQ, le Bloc québécois, le Parti conservateur et l’ADQ.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Éric Duhaime a fréquenté le PQ, le Bloc québécois, le Parti conservateur et l’ADQ.

L’animateur de radio Éric Duhaime est passé maître dans l’art de faire parler de lui. À l’occasion de la sortie de son livre La fin de l’homosexualité et le dernier gay, Le Devoir a voulu savoir ce qui le motive et jusqu’à quel point il assume ses propos les plus controversés.

Dans son dernier livre, il sort du placard, attaque le lobby gay, pourfend les féministes, défend la radio de Québec, critique la gauche et, surtout, l’État.

« Les activistes gays se sont-ils égarés, comme les féministes, dans des causes marginales et éloignées des causes originelles pour assurer leur survie, continuer de jouer à la victime et recevoir toujours plus de subventions ? » demande-t-il. Surtout, il s’insurge contre le fait qu’on met souvent tous les homosexuels dans le même panier.

Le même panier ? N’est-ce pas là qu’il place les féministes, les fonctionnaires, les syndicalistes ou encore les environnementalistes, qu’il appelle les « enverdeurs » ? « C’est vrai », concède-t-il. « À la limite, on l’est tous, environnementalistes, on pense tous au développement durable, c’est juste que les moyens sont différents. […] Ceux que j’appelle les “enverdeurs”, c’est ceux qui veulent toujours utiliser les ressources de l’État pour des belles idées en principe, mais dont l’application, souvent, a l’effet contraire à ce qu’on cherche. »

L’une de ses dernières déclarations controversées concerne les agressions à l’Université Laval. Il réagissait alors aux propos d’une femme qui soutenait que la culture du viol consistait à « se faire responsabiliser pour n’avoir pas barré sa porte [sic] ». L’animateur avait alors comparé une agression sexuelle à un vol de voiture en soutenant que, en cas de vol, le propriétaire est jugé responsable par son assureur s’il n’a pas verrouillé sa voiture.

Pense-t-il tout ce qu’il dit en ondes ? « C’est sûr. Des fois, je peux utiliser un qualificatif ou une comparaison qui va choquer, obtenir l’attention, qui va frapper. Mais à la base, je dis toujours ce que je pense », dit-il.

En même temps, le questionnement même l’agace. « Je ne demande pas aux gens d’être d’accord avec moi », dit-il avant d’ajouter que « la liberté d’expression est en train de se ratatiner » au Québec.

Un nationaliste de droite

En entrevue, il n’a pas le ton indigné qu’on lui connaît à la radio, mais est tout aussi énergique et volubile. « Éric, c’est un gars extrêmement passionné par sa cause », résume Johanne Marcotte, une amie qui l’a connu à l’Action démocratique du Québec (ADQ) et a cofondé avec lui le groupe libertarien Réseau-Liberté-Québec (RLQ) en 2012. Sa « cause », c’est d’abord l’iniquité intergénérationnelle, sujet de son premier livre, L’État contre les jeunes : comment les baby-boomers ont détourné le système.

Jean-Nicolas Gagné, ex-attaché de presse de Mario-Dumont, souligne que, sous ses dehors polémistes et frondeurs, c’est quelqu’un « d’extrêmement empathique » et qu’il était reconnu au bureau de l’ADQ pour ça. « Les gens qui cherchaient une oreille attentive allaient trouver Éric. »

Stéphane Gobeil, un conseiller de la CAQ anciennement au Bloc avec Éric Duhaime, il y a près de 20 ans, ne trouve pas qu’il a beaucoup changé. « Il est très, très cohérent depuis 1998 sur sa philosophie libertarienne. Il était déjà comme ça. »

Sur cette grande cohérence, tous ceux à qui Le Devoir a parlé sont entièrement d’accord. Pourtant, on pourrait penser le contraire à la vue de son curriculum vitae : militant du Parti québécois, du Bloc québécois, saut dans l’équipe de Stockwell Day lors de la course à la chefferie du Parti conservateur, passage à l’Action démocratique du Québec (ADQ), consultant au Maroc et en Irak en éducation à la démocratie, etc.

Or ses convictions de droite ont toujours été là. Adolescent, il avait une photo de Margaret Tatcher sur les murs de sa chambre aux côtés de celles de Ronald Reagan et René Lévesque. Dans sa famille, tout le monde était « bleu », mais il s’est révélé vite beaucoup plus intello que ses parents. « Mon père, c’est un ferblantier. Il vient de prendre sa retraite. Ma mère conduisait des autobus. Il n’y a rien qui me prédestinait à devenir ce que je suis », dit-il.

Engagé jeune dans le PQ, puis au Bloc, Éric Duhaime le nationaliste s’est distingué par ses nombreux contacts au Canada anglais, où il a fait un stage à l’Institut Fraser. Ainsi, son départ pour l’équipe de Stockwell Day au début des années 2000 ne surprendra pas trop.

Encore aujourd’hui, Gilles Duceppe garde un très bon souvenir de lui. « Il avait une très bonne connaissance du Canada anglais, c’était sa spécialité. Il travaillait très bien. » Un sentiment partagé, d’ailleurs. « Duceppe, pour moi, c’est un grand personnage. Ça a été un des meilleurs patrons que j’ai eus, si ce n’est le meilleur. » À Tout le monde en parle l’an dernier, Éric Duhaime a même déclaré préférer un gouvernement de droite dans un Québec souverain à un gouvernement de gauche dans la fédération canadienne.

Stockwell Day pas homophobe

Stockwell Day, lui, se rappelle l’étonnement de son équipe quand il l’a recruté. Or la force de ses convictions libertariennes l’avait impressionné. Et malgré que l’ancien ministre conservateur soit un évangéliste, il semble que l’homosexualité de Duhaime ne le dérangeait pas. « Comme moi, Éric pensait comme Pierre Elliott Trudeau, qui disait que le gouvernement n’a rien à faire dans les chambres à coucher du pays », dit-il. Duhaime le souligne d’ailleurs dans son livre pour mettre en évidence les préjugés dont la droite est victime, selon lui.

On le retrouve ensuite à l’ADQ (2003-2008), où il sera attaché politique et même candidat aux élections dans Deux-Montagnes. Après la débandade du parti, il relance sa carrière en tant que consultant au Maroc, puis en Irak pour une ONG américaine (l’Institut national démocratique pour les affaires internationales). Une occasion rendue possible par les contacts d’anciennes connaissances de ses années à Ottawa.

De retour au Québec, il crée en 2010 le mouvement libertarien RLQ avec Johanne Marcotte. Il avance alors que c’est à l’extérieur des partis politiques qu’on peut « peut-être changer les choses ».

Mais depuis 2012, c’est au sein des médias qu’il se fait entendre par l’intermédiaire de la radio, des journaux et des livres. La fin de l’homosexualité et le dernier gay est d’ailleurs son quatrième essai politique en sept ans.

Sur le marché très compétitif de la radio de Québec, il a fait la preuve qu’il pouvait attirer de grosses cotes d’écoute. Or il n’est pas là pour l’argent ou la notoriété, mais bien pour faire passer un message, disent ceux qui le connaissent bien. « Son but, ce n’est pas d’avoir de la visibilité, mais de faire triompher son idéologie », soutient Jean-Nicolas Gagné.

Le principal intéressé ne s’en cache pas. « Il n’y a pas de masse critique au Québec pour qu’on ait des changements. Les forces du statu quo et de l’immobilisme sont beaucoup trop fortes », dit-il. « Ce n’est pas en faisant de la politique que je peux faire avancer mes idées. Je pense que j’ai beaucoup plus d’impact où je suis présentement que si j’étais “back-bencher” à l’Assemblée nationale. »

D’autant plus qu’il peut dire plus de choses à la radio qu’au Parlement. « Ça m’arrive de me dire que je suis allé trop loin, que je me suis trompé. Et le lendemain, je dis le contraire. C’est ça qui est agréable quand t’as un micro : tu peux te contredire, tu peux tout faire. T’as pas l’opposition qui, le lendemain, va te mettre tes citations dans la face. »

À voir en vidéo