Foules records aux portes ouvertes des mosquées de Montréal

Dans le cadre de la journée portes ouvertes qui s'est déroulée dimanche dans 14 mosquées du Grand Montréal, l’administrateur de la mosquée Khadijah, Fazle Elahi Ashek Ahmad, initie des visiteurs au Coran.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Dans le cadre de la journée portes ouvertes qui s'est déroulée dimanche dans 14 mosquées du Grand Montréal, l’administrateur de la mosquée Khadijah, Fazle Elahi Ashek Ahmad, initie des visiteurs au Coran.

Pourquoi les musulmans s’inclinent-ils au point où leur tête touche le sol pendant la prière ?

Il y avait une réponse à cette question, et à bien d’autres plus essentielles, lors de la journée portes ouvertes des mosquées de Montréal, à laquelle a participé dimanche un nombre record de curieux.

Ils étaient donc là pour s’informer sur l’islam, mais aussi pour exprimer leur solidarité et leurs condoléances aux musulmans du Québec, frappés en plein coeur le 29 janvier, quand six des leurs ont été tués par balles pendant la prière du soir organisée dans une mosquée de Sainte-Foy.

À la mosquée Assuna Annabawiyah, dans le quartier Parc-Extension, le président du Conseil musulman de Montréal (CMM) évoquait une foule monstre. « Nous n’avons pas de décompte précis, mais nous avons été très occupés. Environ 350 personnes sont venues. Ou peut-être même 500, ou 550 ! » a lancé Salam Elmenyawi. Le CMM a organisé une première journée portes ouvertes en 2000. L’année suivante, celle des attentats du 11-Septembre, l’idée d’en faire un événement annuel s’est imposée. « Avec le choc de 2001, on s’est dit : il faut continuer », a-t-il rapporté.

Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Un visiteur prend des photos pendant la prière à la mosquée Khadijah de Pointe-Saint-Charles.

Foule de curieux

En tout, 14 mosquées de Montréal et de la Rive-Sud ont ouvert leurs portes au public. À la mosquée Khadijah de Pointe-Saint-Charles, la foule était hétéroclite : homogène ni par sa religion, ni par sa couleur de peau. Ici, la moitié des visiteurs n’étaient pas musulmans, a rapporté le fondateur du lieu de culte, Fazle Elahi Ashek Ahmad.

Lui aussi évoquait le nombre de 500 visiteurs. « On a manqué de nourriture, a-t-il lancé lors du passage du Devoir, dont les journalistes se sont pourtant fait offrir à manger à maintes reprises. C’est clairement lié à ce qui s’est passé à Québec », a-t-il réagi.

Shaun Lynch et Avi Gross-Grand, respectivement catholique et juif, l’ont confirmé. « C’est la première fois de ma vie que j’entre dans une mosquée. Avec tout ce qui s’est passé récemment, j’ai pensé que ce serait une bonne idée de venir voir, de venir rencontrer la communauté musulmane, de la connaître un peu plus », a affirmé le premier.

« L’idée d’avoir ce type de violence dans un espace de prière, de retourner avec de la peur dans un espace de prière, ça m’affecte beaucoup », a dit le second. Depuis l’épisode de la Charte des valeurs québécoises, Avi Gross-Grand y « pense à deux fois » avant de mettre sa kippa. « Qu’on ne laisse pas l’État et les politiciens nous diviser, créer des structures qui avantagent certains au détriment d’autres. […] Je souhaite un avenir où on comprend que les frontières sont créées par les hommes », a-t-il déclaré.

À l’unisson

Mohammed Nabi, un fidèle de 27 ans qui fréquente la mosquée Khadijah, est allé dans le même sens. « La Charte a fait des divisions, n’a pas forcé les gens à se serrer la main, n’a pas encouragé l’amour. Ça n’a pas éliminé les murs ; ça les a augmentés », a-t-il analysé. Il a fait un parallèle avec le président américain, Donald Trump. « Lui, il met des murs qui entourent la pauvreté, les Mexicains, les immigrants, les gens de diverses cultures, les musulmans. [Or], les gens doivent être unis, parce que ça nous donne du pouvoir. Quand on est divisés, ce sont les politiciens qui ont du pouvoir », a-t-il avancé.

Puis, c’est lui qui a répondu à la question concernant l’inclinaison du corps pendant la prière. « Ça permet d’avoir la tête plus basse que le coeur », a-t-il expliqué. La tête, c’est l’ego, a-t-il ajouté. Et dans l’islam, c’est le coeur qui doit communiquer avec Dieu.

20 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 13 février 2017 05 h 15

    … ?!? …

    « La Charte a fait des divisions, n’a pas forcé les gens à se serrer la main, n’a pas encouragé l’amour. Ça n’a pas éliminé les murs ; ça les a augmentés » (Mohammed Nabi, fidèle de 27 ans fréquentant la mosquée Khadijah)

    Possible, mais la Charte (celle de Bernard Drainville, PQ), visant l’unification de valeurs à la québécoise, notamment celles en lien avec le monde de la laïcité, reposait moins sur des idées de « division » qu’une mise en place d’un débat public serein, un débat qui aurait comme dérapé !

    De plus, cette Charte n’a jamais été adoptée, faute de voix majoritaires à l’ANQ !

    De ce qui précède, une question :

    D’où viennent donc ces « divisions » ?

    … ?!? … - 13 fév 2017 -

    • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 13 février 2017 11 h 01

      Les voiles et les kippas érigent des murs face à la société d'accueil.

      L'objectif de la charte de Bernard Drainville était d'instaurer la laïcité partout sur la place publique.

      Mais les bien-pensants, hélas, en ont fait un amalgame avec la xénophobie.

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 13 février 2017 14 h 43

      « Mais les bien-pensants, hélas, en ont fait un amalgame avec la xénophobie. » (Jacinthe Lafrenaye )

      Et, aussi, avec le prétexte de…

      … l’islamophobie ! – 13 fév 2017 -

    • Donald Bordeleau - Abonné 13 février 2017 23 h 01

      Rôle politique des mosquée du Québec comme au temps de Duplessis.

      On assiste à un retour de la présence de la religion dans l’espace politique au Québec et au Canada avec Justin Trudeau et Couillard.

      «L’islamophobie a pour volonté de rendre l’islam intouchable», explique le philosophe Pascal Bruckner dans son nouvel ouvrage, Le racisme imaginaire.

      Madame Dalila Awada fait à TLMEP des accusations de racisme et de xénophobie des Québécois, elle dit que Madame Bertrand a du sang dans les mains. Combat de l'identitaire Musulman contre l'identité Québécoise. Madame Awada fait beaucoup d'amalgames avec la xénophobie

      L'imam Salam Elmenyawi avait fait des démarches auprès du ministère de la Justice en 2004 pour instaurer au Québec une cour islamique, soit un tribunal de médiation et d'arbitrage basé sur la charia.

      Collectif québécois contre l'islamophobie

      http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/632085/manifes

      UN prédicateur est sous la mire du CPRMV pour avoir eu de multiple contact avec des jeunes qui se sont radicaliser par la suite pour aller combattre les mécréants en Syrie. Lire aussi le désarrois des parents du CEGEP de Maisonneuve dont les jeunes sont partis pour faire le jihad.

      http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/798399/centre-

      Mettre de l'huile sur le feu

      Monsieur Malik Hammadouche nous traite d'islamophobes dans son article du Nouvelliste du 7 février 2017 . Il dit que l'identitaire Québécois est un poison alors que l'identitaire musulman ne le serait pas par ricochet. Son langage sur les Québécois ressemble aux opinions des radios poubelles.

      http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/opinions/201

      La réponse à Malik Hammadouche.

      http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/opinions/201

  • Hélène Gervais - Abonnée 13 février 2017 07 h 00

    Tant mieux ...

    ... si les mosquées ont accueilli autant de personnes de toutes les couleurs et de toutes les religions. C’est en se parlant qu’on se comprend. Si on pouvait éliminer les préjugés du mental, il y aurait moins de division dans le monde. Et j’ai beaucoup apprécié l’explication : « Ça permet d’avoir la tête plus basse que le cœur. » La tête, c’est l’ego, a-t-il ajouté. Et dans l’islam, c’est le cœur qui doit communiquer avec Dieu.

    • Louise Melançon - Abonnée 13 février 2017 09 h 55

      C'est aussi le cas dans le christianisme – et d'autres religions... C'est avec le coeur qu'on prie...

    • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 13 février 2017 11 h 03

      Pensez-vous que les voiles étaient fournis à l'entrée pour les "visiteuses"?

  • Madeleine Provencher - Inscrite 13 février 2017 07 h 25

    Bravo!

    La curiosité des visiteurs dénote une intelligence de l'esprit qui veut comprendre pour mieux agir. L'ouverture des musulmans, dans le calme et la sincérité, facilitera la communication. Bravo pour cette belle initiative! Bravo aux gens qui ont su faire la démonstration d'un désir mutuel de rapprochement dans le respect.

  • Gilles Delisle - Abonné 13 février 2017 07 h 27

    Belle initiative!

    Une recontre entre deux cultures est toujours une bonne nouvelle. En espérant cependant, que les femmes du Québec, aient pu entrer par la même porte que les hommes, et qu'elles n'aient pas été discréminées d'aucune manière.

  • Bernard Terreault - Abonné 13 février 2017 08 h 18

    La tête plus basse que le coeur

    Voilà qui illustre l’irrationalité de toutes les religions. Hier je me suis rappelé un des extraits les plus horribles de la Bible. Dieu aurait dit à Ève qu'elle « enfanteras désormais dans la douleur » pour la punir d’avoir offert à Adam le fruit supposé défendu. C’est ça un Dieu « infiniment bon » ? Plutôt un macho vengeur quand on n’obéit pas à ses caprices. Bien sûr, d’autres peuples ont eu des mythes primitifs aussi cruels, mais ne faites pas de la Bible, du Coran ou de textes sanscrits des livres « sacrés ».

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 13 février 2017 09 h 55

      Heureusement que des gens comme vous et moi ne sommes pas dupes de toutes ces religiosités et livres sacrés.