«Notre nation est forte, unie, indivisible»

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées, lundi soir, à Montréal.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées, lundi soir, à Montréal.

Il y a eu des pleurs. De la douleur. Mais aussi une démonstration d’unité dans le recueillement. Des milliers de personnes, dont une importante proportion était de confession musulmane, ont pris part lundi soir à Montréal à une cérémonie publique à la mémoire des victimes de l’attaque meurtrière contre une mosquée de Québec.

La foule rassemblée près de la station de métro Parc, dans le quartier Parc-Extension — l’un des plus multiethniques de Montréal — a salué « l’ouverture et le respect » du Québec en tant que terre d’accueil pour des gens de toutes les origines. Plusieurs milliers de personnes occupaient la place, jusque dans la rue Jean-Talon. Il faisait froid : -11 degrés ; -19 en tenant compte du vent, selon Environnement Canada.

Dénoncer le racisme

Malgré la solidarité des Québécois, la veillée aux chandelles a permis à des citoyens musulmans, dont des femmes portant le hidjab, de dénoncer le racisme qui frappe les minorités. Plusieurs personnes ont raconté au micro avoir été la cible d’injures ou de discrimination depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Le projet de charte des valeurs, proposé en 2013 par le Parti québécois, a aussi laissé de profondes séquelles chez les minorités québécoises.

Appel à la solidarité

L’attentat ayant coûté la vie à six fidèles de la grande mosquée de Québec, dimanche soir, a ravivé des souvenirs douloureux au sein de la communauté musulmane. Mais les témoignages ont souligné la solidarité des Québécois de toutes les origines après ce drame.

« Notre nation est forte, unie, indivisible », a lancé Haroun Bouazzi, du groupe Amal-Québec (Association des musulmans et Arabes pour la laïcité). Il a rappelé que des veillées aux chandelles ont eu lieu lundi soir à Québec, Montréal, Saguenay, Sherbrooke et Trois-Rivières, notamment.

« Vous ne nous diviserez jamais ! » a poursuivi M. Bouazzi, en s’adressant aux politiciens et aux chroniqueurs inspirés par les politiques de Donald Trump et Vladimir Poutine.

La culture du viol a été dénoncée au Québec et ailleurs au cours des derniers mois : il faut maintenant mettre fin à la « culture du racisme » qui « empoisonne la vie de milliers de musulmans », a lancé la militante Asmaa Ibnouzahir.