Deux morts dans la tempête de verglas

La tempête de verglas a abîmé de nombreux poteaux électriques et des arbres dans les Maritimes, notamment à Escuminac, au Nouveau-Brunswick.
Photo: Diane Doiron La Presse canadienne La tempête de verglas a abîmé de nombreux poteaux électriques et des arbres dans les Maritimes, notamment à Escuminac, au Nouveau-Brunswick.

Fredericton — Deux personnes ont perdu la vie au Nouveau-Brunswick, où des milliers de résidants étaient toujours sans courant, vendredi, trois jours après qu’une tempête de verglas eut frappé la région.

Le premier ministre de la province, Brian Gallant, en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse pour faire le point sur la situation. Ces décès pourraient être reliés à un empoisonnement au monoxyde de carbone, a-t-il indiqué.

Toutefois, les autorités s’affairaient à confirmer les circonstances, a précisé M. Gallant, qui a tenu à lancer un appel à la prudence, tout en reconnaissant qu’il s’agissait d’une « triste journée pour la province ».

En après-midi vendredi, Énergie NB indiquait sur son site Internet qu’environ 56 000 foyers étaient dans le noir et qu’il y avait plus de 2400 pannes.

La société a précisé que la majorité des résidants de Bouctouche, Moncton, Sackville, Shédiac et Sussex retrouveront le courant d’ici la fin de la soirée vendredi.

État d’urgence dans la péninsule acadienne

Cependant, la situation est plus compliquée pour les clients de la Péninsule acadienne où des municipalités ont déclaré un état d’urgence local et où Énergie NB prévoyait que 65 % des abonnés retrouveraient l’électricité d’ici la fin de la journée, vendredi.

La tempête de verglas a abîmé de nombreux poteaux électriques et des arbres dans certaines parties des Maritimes.

Les communautés entourant Miramichi, l’un des secteurs les plus touchés, étaient couvertes d’une épaisse couche de glace qui alourdissait les branches des arbres et faisaient pencher des poteaux électriques et de téléphone.

Aide de l’armée?

Le premier ministre n’a pas écarté la possibilité de faire appel à l’armée, en disant que la priorité actuelle des autorités était la sécurité. « Nous sommes en pourparlers avec le gouvernement fédéral pour voir comment les Forces armées canadiennes pourraient nous aider », a-t-il dit.

Brian Gallant a rappelé que de plusieurs équipes, dont certaines d’Hydro-Québec, travaillaient d’arrache-pied pour rebrancher les abonnés.

Plusieurs des premières pannes ont touché l’est de la province, et plus de 130 000 clients étaient sans courant au plus fort de la tempête, mercredi.

La tempête a aussi frappé l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve, qui ont également subi des pannes de courant.