Un tiers des automobilistes canadiens textent au feu rouge

Une personne peut être déconcentrée de la conduite jusqu’à 27 secondes après avoir utilisé son cellulaire.
Photo: Darryl Dyck Archives La Presse canadienne Une personne peut être déconcentrée de la conduite jusqu’à 27 secondes après avoir utilisé son cellulaire.

Un tiers des automobilistes canadiens ont texté à un feu rouge au cours du dernier mois selon un sondage publié mercredi par l’Association canadienne des automobilistes (CAA).

L’organisme regroupant neuf clubs d’automobilistes signale qu’il a pourtant été démontré qu’une personne peut être déconcentrée de la conduite jusqu’à 27 secondes après avoir utilisé son cellulaire. Il s’agit d’un délai beaucoup plus long qu’il n’en prend pour traverser une intersection.

D’autre part, le CAA signale que même si près de 70 % des Canadiens affirment qu’il est inacceptable d’utiliser un cellulaire à un feu rouge, bon nombre de personnes le font quand même.

Jeff Walker, vice-président aux affaires publiques de la CAA, soutient que s’il est socialement inacceptable de nos jours de conduire en état d’ébriété, les gens doivent en arriver au même jugement avec les messages textes.

Le sondage a été mené auprès de 2012 Canadiens ; sa marge d’erreur est de plus ou moins 2,2 %, 19 fois sur 20.

3 commentaires
  • Sylvain Auclair - Abonné 28 décembre 2016 10 h 14

    Pourcentage plus grand

    En fait, quand il s'agit d'un tel sondage, tout ce que la marge d'erreur peut dire, c'est qu'un tiers des Canadiens (on n'a même aps mis le vrai pourcentage!) +/- 2,2 % reconnaissent avoir texté à un feu rouge. Vu qu'il s'agit d'un comportement que même les répondants réprouvent, le vrai pourcentage est sans doute plus élevé.

    • Pierre Lalongé - Abonné 28 décembre 2016 13 h 30

      Un tiers des canadiens, c'est 33% qui reconnaissent avoir texté à un feu rouge.
      2,2%, c'est la marge d'erreur.

    • Sylvain Auclair - Abonné 28 décembre 2016 16 h 02

      Ça, je sais. Mais ça pourrait être 33,3, 33,4, ou même 35 ou 30. Après tout, si on donne une marge d'erreur en pour-mille, on devrait être plus précis dans l'énoncé du chiffre principal.

      Et ce que je dis, ce qu'il est faux de dire, comme le titre, que le tiers de Canadiens textent à un feu rouge. C'est plutôt le tiers qui reconnaissent le faire.