Les écoles publiques de la Nouvelle-Écosse fermées

La décision de la ministre Casey n’a laissé que quelques heures à des milliers de parents pour faire garder leurs enfants.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir La décision de la ministre Casey n’a laissé que quelques heures à des milliers de parents pour faire garder leurs enfants.

Halifax — Les écoles publiques de la Nouvelle-Écosse sont fermées, lundi, en raison d’un conflit de travail et elles pourraient le rester toute la semaine selon la ministre de l’Éducation, Karen Casey.

L’adoption d’un projet de loi pourrait toutefois forcer le retour au travail des quelque 9300 enseignants de la province qui ont déclenché des moyens de pression.

Puisque la ministre Casey n’a pas été en mesure d’assurer la sécurité des écoliers dans les établissements en raison de ces moyens de pression, elle a annoncé leur fermeture, dimanche.

En raison de l’échec de ses négociations avec le gouvernement, le syndicat des enseignants a demandé à ses membres de fournir le minimum des services requis ce qui, d’après la ministre Casey, pourrait mettre en péril la sécurité des élèves.

Elle a donné en exemple les possibilités que des élèves soient abandonnés dans les cours d’école, qu’il n’y ait pas de surveillance adéquate dans des salles de classe et que des élèves handicapés ne soient pas encadrés à leur arrivée à l’école.

La décision de la ministre n’a laissé que quelques heures à des milliers de parents pour trouver des moyens de faire garder leurs enfants.

L’Assemblée législative pourrait décréter que l’entente de principe conclue en septembre par le gouvernement et le syndicat soit en vigueur jusqu’en juillet 2019, ce qui interdirait l’emploi de moyens de pression.