Les réalisateurs de Virginie veulent se syndiquer

La productrice et auteure Fabienne Larouche est aux prises avec une tentative de syndicalisation des réalisateurs qui travaillent à Virginie.

L'Association des réalisateurs de Radio-Canada doit déposer en effet ce matin une requête à la Commission des relations du travail du Québec afin de transférer à Aetios productions, la compagnie de Mme Larouche, l'accréditation syndicale et la convention collective que ces techniciens ont signée avec la société d'État, le 14 janvier 2002.

Ces réalisateurs assurent le tournage de Virginie depuis le début, en septembre 1996, de cette émission quotidienne d'une demi-heure diffusée du lundi au jeudi. La société Radio-Canada (SRC) utilisait au départ ses propres installations, ses décors et les membres de l'Association des réalisateurs pour la production de Virginie. Une entente conclue en juin 2003 entre Radio-Canada et Aetios a cependant changé considérablement la donne pour les réalisateurs.

La société d'État a cédé la production de Virginie à Aetios, qui s'est tournée à son tour vers la compagnie Virginie I pour la fabrication du feuilleton télévisé. Ce faisant, Radio-Canada cédait 40 % de sa production interne d'émissions dramatiques à une entreprise privée. L'Association des réalisateurs juge qu'il s'agit là d'une concession partielle d'entreprise.

Cette décision donnait à Aetios la possibilité de réclamer des crédits d'impôt pour la production télévisuelle. Le tournage de Virginie nécessitait cinq réalisateurs à l'époque où la SRC produisait l'émission. Aetios travaille maintenant avec quatre réalisateurs. Bien que les salaires soient «tout à fait convenables», ces techniciens «en bavent un coup», affirme Robert Gagnon, le président de l'Association des réalisateurs de Radio-Canada. «Il n'y en a pas un qui travaille moins de 70 heures par semaine présentement», affirme-t-il.

Malgré l'entente de juin 2003, Virginie est toujours fabriquée avec les réalisateurs, les locaux et les décors de Radio-Canada. Trois des quatre réalisateurs embauchés par Aetios, par l'intermédiaire de Virginie I, sont des employés de Radio-Canada et membres de l'Association des réalisateurs qui disposent d'un congé sans solde pour travailler à Virginie. La quatrième réalisatrice est aussi une employée de Radio-Canada, mais elle n'appartient pas à l'Association des réalisateurs. Elle bénéficie également d'un congé sans solde pour se consacrer à Virginie.

«[...] Aetios produit donc l'émission Virginie en utilisant, à cette fin, la plupart des employés qu'utilisait la SRC, les mêmes comédiens, les mêmes locaux et les mêmes décors qu'utilisait la SRC», allègue la requête dont Le Devoir a obtenu copie.

L'Association des réalisateurs s'est tournée vers la Commission des relations de travail afin d'obtenir la confirmation que l'accréditation syndicale et la convention collective négociées avec la SRC s'appliquaient aussi à Aetios et Virginie I. Selon M. Gagnon, cette demande vise à rétablir les conditions de travail et avantages sociaux dont bénéficiaient les réalisateurs avant le transfert de la production. La requête doit être entendue aujourd'hui.