Portrait d’un peuple décomplexé

« Les Québécois sont des Français modestes, des Anglais enjoués et des Américains pacifiques », affirme le sondeur Jean-Marc Léger. 
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir « Les Québécois sont des Français modestes, des Anglais enjoués et des Américains pacifiques », affirme le sondeur Jean-Marc Léger. 

Le sondeur Jean-Marc Léger affirme connaître les joies, les fantasmes et les peurs les plus intimes des Québécois. Trente ans après la fondation de la firme Léger, il dresse un portrait croustillant de ce peuple d’indécis, rempli de contradictions, qui s’est débarrassé de ses complexes.

Avec deux complices, il vient de publier Le Code Québec — Les sept différences qui font de nous un peuple unique au monde, qui sera en librairie dans les prochains jours. Ils tentent de cerner l’âme des Québécois, un peu comme l’avait fait le publicitaire Jacques Bouchard avec son célèbre essai Les 36 cordes sensibles des Québécois, en 1978.

Le Québec en a fait, du chemin, depuis les années 70. On a remisé nos ceintures fléchées pour devenir un peuple ouvert sur le monde. Fini, le réflexe de colonisés minoritaires et catholiques qui a fait la marque du Québec durant des siècles.

« Les Québécois sont des Français modestes, des Anglais enjoués et des Américains pacifiques », affirme Jean-Marc Léger, qui reçoit Le Devoir à son grand bureau du 18e étage d’un immeuble du Vieux-Montréal. Il a travaillé trois ans à son livre cosigné avec Pierre Duhamel, journaliste chevronné devenu directeur de la Fondation de l’entrepreneurship, et Jacques Nantel, professeur émérite à HEC Montréal.

Quelles sont-elles, ces sept différences ? Allons-y tout de suite : les Québécois se distinguent d’abord par leur fameuse joie de vivre ; ils n’aiment pas la chicane ; ils sont indifférents et détachés ; ils ont tendance à se complaire dans le rôle de victimes ; ils ont l’esprit de clocher ; ce sont des créatifs, des patenteux ; et ils sont fiers et ouverts sur le monde.

Les partis politiques et les entreprises qui brassent des affaires ici devraient prendre des notes s’ils veulent gagner les coeurs et les esprits des Québécois. De toute évidence, le peuple est en avance sur ce que leur offrent les politiciens, entre autres.

Les « voies ensoleillées »

« On veut du fun, ici et maintenant, dit Jean-Marc Léger. La joie de vivre, c’est la différence fondamentale entre le Québec et le reste du Canada. »

Dans une boutique, à l’épicerie ou au restaurant, les Québécois veulent vivre une « expérience », explique le sondeur. Pas juste du beau, bon, pas cher. Surtout du plaisir. Même chose en politique. Quand un chef ou un parti leur promet du « fun », les Québécois embarquent. C’est en plein ce que leur offre Justin Trudeau avec ses « voies ensoleillées ».

« En général, les politiciens n’ont pas l’air d’avoir du plaisir. C’est toujours lourd, c’est toujours plate, c’est toujours stressant, ils ont l’air en crisse. C’est pas ça que les gens veulent, ils veulent s’amuser. Quand Justin Trudeau dit que c’est le fun la politique, qu’il s’amuse et qu’il prend des selfies, on aime ça nous autres ! Le positivisme en politique est la norme maintenant. Et Trudeau l’a imposé. »

Pour la même raison, les électeurs détestent la partisanerie et le « chialage ». Ils aiment le consensus, le « gros bon sens ». Les moins de 35 ans ont un grand impact dans ce virage consensuel et positif : « Ce sont des gagnants ! », dit Jean-Marc Léger.

« Les jeunes n’ont peur de rien, ajoute-t-il. Le nationalisme ceinture fléchée, le discours voulant que c’est la faute du fédéral ou des Anglais, ça n’existe plus. Les moins de 35 ans sont les enfants rois qui sont devenus des consommateurs rois qui deviennent des citoyens rois. Il n’y a rien qui leur résiste. Ils n’ont pas de complexes. Les gens plus âgés ont perdu beaucoup de batailles. Les jeunes, eux, sont plus ambitieux, entrepreneurs, et n’ont pas peur de l’argent. »

Le confort et l’indifférence

Devant cette génération décomplexée, le Parti québécois (PQ) doit adapter son projet de pays, estime Jean-Marc Léger. « Les Québécois sont souverainistes, mais le projet de souveraineté du PQ est dépassé. Aujourd’hui, les jeunes sont préoccupés par quoi : faire plus d’argent, partir à la conquête du monde, l’environnement. Les gens sont encore souverainistes, mais pas pour les mêmes raisons qu’autrefois. Les aspirants chefs péquistes n’expliquent pas pourquoi il faut être indépendantiste aujourd’hui. Ils sont en train de parler d’un débat d’il y a 20 ans, qui ne concerne pas les gens. »

En fait, les candidats à la chefferie du PQ l’expliquent, pourquoi il faut devenir indépendant. Mais les gens n’écoutent pas. Ils sont désengagés. C’est un autre trait qui distingue les Québécois, peut-être davantage les baby boomers : le confort et l’indifférence. Ils ne croient plus que la politique peut changer le monde. Et ça crée un terreau fertile pour l’émergence de nouveaux leaders, pour le meilleur et pour le pire, estime Jean-Marc Léger.

« Watch out, politiciens ! C’est la fin d’un cycle politique, parce que les gens sont désengagés. C’est pour ça que Trump suscite de la ferveur aux États-Unis. Ce n’est pas une question de gauche ou de droite. Il dit des menteries et il change d’opinion tous les jours, mais les Américains ne sont pas des cons : ils veulent autre chose », dit le sondeur.

Grands parleurs, petits faiseurs

« Ce qui se passe aux États-Unis s’en vient au Québec. Toute la dynamique anti-establishment, qu’il faut aller ailleurs, qu’on est tannés des vieux débats, ça s’en vient. Les Bernie Sanders et Donald Trump, au-delà des individus, représentent la dynamique que les gens veulent autre chose. Les jeunes politiciens veulent aussi autre chose : fini la corruption, fini les discours creux. Paul St-Pierre Plamondon représente bien ça, je trouve. Il se disait orphelin politique et il s’est engagé avec une politique positive », ajoute Jean-Marc Léger.

Cette nouvelle génération croit davantage à la responsabilité individuelle, et a moins tendance à se fier à l’État pour régler tous ses problèmes. Parce qu’en général, ils sont peureux, les Québécois. Et indécis. « Les Québécois ne veulent pas prendre position. En politique, s’il y avait le parti du peut-être, il gagnerait toutes les élections ! On est les plus grands parleurs et les plus petits faiseurs », dit Jean-Marc Léger.

10 commentaires
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 25 septembre 2016 09 h 55

    Bonne photo

    Bravo !

  • Jocelyne Lapierre - Inscrite 25 septembre 2016 11 h 32

    Décomplexés ou endormis au gaz?

    Ce constat est juste, mais devrait alarmer plutôt que d'être présenté comme un trait da sagesse. La politique n'est pas le domaine de la complaisance et du déni de la réalité, et il est alarmant de lire qu'on devrait offrir un monde de bisounours aux Québécois. Je suis presque dégoûtée à la lecture de cet article.

  • Jean-Claude Préfontaine - Abonné 25 septembre 2016 11 h 51

    Ils sont peureux, les Québécois!

    C'est vrai. Et ce n'est pas d'hier. Après l'année des Anglais en 1759, jamais on ne commémore le fait que les Anglais ont brûlé toutes les fermes entre Québec et Baie St-Paul sur la Rive-Nord et le Kamouraska, sur la Rive-Sud. On avait peur d'indisposer les coupables. L'histoire se répète à partir de 1837. Après avoir essayé d'obtenir leur place dans le commerce, les Québécois ont reçu la visite des soldats de Sa Majesté. Ils se sont fait massacrer. Quelques années plus tard, voulant obtenir réparation des incendiaires de Saint-Charles, Saint-Denis… les citoyens Sa Majesté très britanniques ont mis le feu au parlement du Canada-uni à Montréal. Au XXe siècle, des Québécois désespérés des iniquités imposées aux Québécois s'arment, la réponse d'Ottawa est d'envoyer sa Royal Army, pas de mettre en place des conditions pour favoriser «le vivre ensemble.» Les Québécois ne veulent pas prendre position parce que l'expérience historique montre que c'est dangereux. Alors «tant qu'il y a aura de la bière dans le frigidaire, je fermerai ma gueule et je boirai ma bière.»

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 25 septembre 2016 19 h 29

      Du gros pain et des jeux pour déficients.Grand peuple ? Le fric et la consommation,rien d 'autres :pas fort.N'est-ce pas M.Léger.

  • Jean-Pierre Marcoux - Inscrit 25 septembre 2016 12 h 59

    Merci merci merci Tac tac et retac

    Beau résumé M. Fortier.

    Bon timing pour ce code Québec

    Beau défi pour les politiciens.

    Libérons-nous des libéraux, mais pour aller vers qui???

    Qu'en dites-vous M. Aussant?

  • Nicole Delisle - Abonné 25 septembre 2016 13 h 08

    Que penser de ce portrait de nous?

    À quoi sert l'ambition et l'argent si la fierté n'y est pas? On peut être ouvert sur le monde, mais si on ne connaît pas ses racines, si on ne ressent pas la fierté de son identité et on est indifférent à la protéger, à quoi sert le "gros magot"? Une certaine maxime dit "L'argent n'achète pas le bonheur." Et elle m'apparaît toujours vraie. Quand les valeurs individuelles surpassent les valeurs collectives, c'est la débandade d'une société qui s'amorce. Si ce que l'on voit aux États-Unis s'en vient ici, c'est drôlement inquiétant pour l'avenir! Si se foutre de tout ce qui s'est fait avant nous,
    sans penser à reconstruire sur des valeurs communes plus adaptées, en axant ses ambitions sur son seul épanouissement personnel, à quoi doit-on s'attendre d'une telle société? On ne peut pas vivre en harmonie avec seulement des citoyens "rois"!