Les jurés choisis

Ami intime de Jean Chrétien, Jacques Corriveau est le fondateur de PluriDesign qui exerçait une grande influence au Parti libéral du Canada section Québec.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Ami intime de Jean Chrétien, Jacques Corriveau est le fondateur de PluriDesign qui exerçait une grande influence au Parti libéral du Canada section Québec.

Près de 11 ans après la fin des travaux de la commission Gomery, celui qu’on décrit comme le principal architecte du scandale des commandites, Jacques Corriveau, subira enfin son procès à partir de la semaine prochaine.

Il n’aura fallu que quelques heures, mardi au palais de justice de Montréal, pour sélectionner les douze jurés (et deux suppléants) qui seront chargés de déterminer si l’ex-organisateur libéral, aujourd’hui âgé de 83 ans, est bel et bien coupable de trafic d’influence, de fabrication de faux et de blanchiment d’argent.

Flanqué de son épouse, M. Corriveau a assisté au choix des jurés. À partir de lundi prochain, de nombreux témoins, dont plusieurs figures devenues célèbres dans le cadre de la Commission d’enquête sur le programme de commandites et les activités publicitaires pilotée par John Gomery, devraient défiler dans la salle d’audience.

L’ancien président de la firme de publicité Polygone Luc Lemary, l’ex-chef de la boîte de publicité Groupaction Jean Brault et l’ancien directeur du Parti libéral du Canada Michel Béliveau seront du nombre, tout comme une ex-candidate du PLC et une ancienne membre de la formation désormais dirigée par Justin Trudeau.

Rappel

Ami intime de Jean Chrétien, le fondateur de PluriDesign exerçait une grande influence au PLC section Québec. Selon le rapport Gomery, il aurait joué de son amitié avec l’ex-premier ministre pour que Groupaction et Polygone obtiennent des commandites fédérales. Il aurait obtenu plusieurs millions de dollars en retour. À l’époque, M. Corriveau avait qualifié de « rocambolesques et inimaginables » les accusations lancées contre lui. Il avait tout au plus reconnu avoir payé le salaire de trois permanents du PLC-Q, pour environ 100 000 $, et avoir exercé des activités de lobbyisme non déclarées.

5 commentaires
  • Michel Thériault - Abonné 13 septembre 2016 18 h 37

    Ahh...

    ... si j'étais juré...

  • André Tremblay - Abonné 13 septembre 2016 21 h 09

    Chrétien...

    C'est tout dire. Lui qui s'est fait élire chef du parti libéral par son ami Paul Désmarais, sa fille ayant marié André Desmarais. Il y a des dettes qu'il ne faut pas oublier....même après des décennies.

  • Denis Paquette - Abonné 14 septembre 2016 00 h 50

    des amitiés exigeantes

    que la justice est longue parfois, peut etre espérait-on qu'il meure, que ca ressemble a du Chrétien tout craché, pauvre monsieur, que des amiitiés sont parfois exigeantes

  • Serge Morin - Inscrit 14 septembre 2016 02 h 49

    Et il sera acquitté

    • Gilles Théberge - Abonné 14 septembre 2016 10 h 20

      Oui, je suis d'accord avec ce que vous dites.

      Il sera probablement acquitté. Et jean chrétien ne sera jamais inquiété.