Le Riopelle - Pour nomade surbains

Photo: Jacques Grenier

Alliant condominiums et appartements de long séjour, Le Riopelle propose plus qu'un «concept», comme il est désormais de bon ton d'en offrir dans le secteur de l'habitation de prestige. Le projet, croisement entre l'appartement et l'hôtel, vient littéralement repenser la façon de vivre en ville, avec une palette de services d'une étonnante diversité, pensés pour les nouveaux nomades urbains.

Il fallait une certaine assurance pour associer le «trappeur supérieur» à un projet immobilier. Inspiré par la nouvelle place Jean-Paul-Riopelle, qu'on vient d'inaugurer de l'autre côté de la rue, Promotions Bleury-Viger, avec à sa tête le promoteur Bertrand Blanchet, n'a pourtant pas hésité une minute à emprunter le nom du peintre de l'île aux Grues pour son projet d'immeuble à services nouvelle vague, un investissement de 40 millions de dollars.

«Le concept du Riopelle est sur papier depuis dix ans, raconte le promoteur. En fait, il ne manquait qu'un terrain où je pourrais en intégrer tous les éléments. Pour son élaboration, je me suis penché notamment sur les besoins des gens comme moi. À 57 ans, les enfants sont partis, on veut plus de temps pour soi tout en continuant à être actif... Et on n'a pas besoin d'un grand bureau mais davantage d'un endroit où on peut trouver tout ce dont on a besoin pour travailler encore quelques jours par semaine.»

Avec Le Riopelle, Bertrand Blanchet entend adapter le concept d'hôtel particulier à la vie nord-américaine. Son projet offrira 69 appartements en condominium et 42 apparts-hôtels pour des séjours d'un mois ou plus. Dans les deux cas, les résidants pourront profiter d'une gamme étendue de services, regroupant des attentions propres aux établissements hôteliers de qualité, des services qu'on associe habituellement aux centres d'affaires et d'autres qui rejoignent les privilèges consentis aux occupants de condominiums de luxe.

Les habitants disposeront par exemple d'un service de bureautique complet, avec secrétariat et salles de réunion, et pourront avoir recours au traiteur du restaurant de l'hôtel et à l'entretien ménager, tout cela en formule à la carte.

La portion hôtel particulier du Riopelle cible les cadres de haut niveau qui viennent travailler quelques mois à Montréal et les grandes sociétés qui y envoient des employés. Ceux-ci pourront profiter de tout le confort d'un pied-à-terre en ville, avec des services hôteliers et un centre d'affaires qui pourra aisément devenir leur bureau pour la durée de leur séjour dans la métropole.

En ce qui concerne les condominiums, leur clientèle cible, fortunée, est hybride: on vise aussi bien les professionnels au seuil de la retraite ou en semi-retraite que les hommes d'affaires ou les femmes que le promoteur se plaît à appeler les «jupes» (les femmes jeunes, urbaines, professionnelles et éduquées).

L'originalité du projet réside dans la manière dont il intègre les deux clientèles en leur offrant une gamme de services communs mais un espace de vie séparé.

Des défis

architecturaux imposants

Le terrain vacant situé à l'angle des rues de Bleury et Viger a retenu l'attention du promoteur. Ce secteur de la ville, maintenant connu sous le nom de Quartier international, s'inscrit selon lui comme un secteur en pleine effervescence. Pour développer le site, Bertrand Blanchet s'est adjoint les services de l'équipe de l'architecte Viateur Michaud, de la firme Lemay Michaud.

Cet emplacement de choix présentait quand même de nombreux défis sur le plan architectural, notamment en ce qui a trait à l'articulation du bâtiment. Les normes et les contraintes variaient selon que l'on était sur de Bleury ou sur Viger... et l'architecte devait en plus composer avec des styles architecturaux environnants très disparates, pour dire le moins.

Viateur Michaud a opté pour la continuité en privilégiant un style contemporain qui s'apparente à ce qu'on retrouve dès la rue Université, avec l'OACI, et qui se déploie ensuite jusqu'au Palais des congrès. Les lignes du futur édifice parlent en effet le même langage, à base d'acier et de verre, que celles des constructions récentes qui l'entourent. Seules évocations du Vieux-Montréal voisin: les balcons et les loggias à planchers de bois teint, un rappel discret, chaleureux, élégant.

L'ingéniosité avec laquelle Viateur Michaud est parvenu à contourner ces obstacles est étonnante à plus d'un titre. «La complexité du zonage, qui nous forçait à devoir aller plus haut, plus bas ou en retrait, selon les côtés de l'édifice, s'est finalement transformée en atout, entre autres pour la fenestration. Plusieurs des appartements que nous proposerons pourront profiter de fenêtres sur deux côtés.»

Ménager un accès facile pour les résidants à partir de deux rues à sens unique n'était pas non plus une sinécure. Solution: une porte cochère, qui permettra d'accéder à l'édifice de l'intérieur et non de la rue. L'intimité de chacun sera respectée, l'accès aux lieux se fera en toute quiétude et en toute sécurité.

Deux obstacles physiques posaient aussi tout un défi créatif aux concepteurs: d'abord, un poste de ventilation du métro pour lequel on a négocié les droits aériens avec la STM avant de choisir de l'habiller de persiennes et de l'éclairer de l'intérieur pour l'intégrer à l'environnement. Puis, une brasserie, installée dans un édifice dont les terrains de part et d'autre ont été achetés par Bleury-Viger pour Le Riopelle. Le promoteur a finalement proposé à ses propriétaires une construction neuve, où l'établissement sera relogé.

L'ensemble, nettement contemporain, permet de préserver l'intimité de chaque groupe de résidants. Propriétaires et locataires profitent en effet d'une entrée séparée et logent dans des secteurs différents de l'édifice. Les appartements de long séjour sont regroupés aux trois premiers étages et viennent coiffer un hall d'entrée qui comprendra un restaurant et une galerie d'art.

Le centre d'affaires sera en mezzanine. Au neuvième, on aménagera un spa et un centre de conditionnement physique avec une vaste terrasse; la salle de machinerie du bâtiment, climatisation comprise, se trouvera aussi à cet étage, question de débarrasser la toiture de tout appareil bruyant et inesthétique.

Un aménagement soigné

La firme Lemay Michaud est connue entre autres pour l'aménagement des hôtels-boutiques Le Germain. Les accents contemporains, chic et sobres qui font la réputation de ces établissements sont très présents dans le décor du Riopelle. On ne peut que tomber sous le charme de l'appartement témoin, à la fois moderne et chaleureux, où chaque détail est pensé avec soin, des électroménagers allemands compacts, silencieux et à faible consommation énergétique jusqu'aux têtes de lit en cuir tressé, importées d'Indonésie.

La souplesse que permet le concept du Riopelle, ajoutée à la gamme de services offerts à ses futurs résidants, permet de choisir parmi seize plans et quatre groupes d'accessoires et d'éléments décoratifs pour l'aménagement. Les propriétaires peuvent aussi se prévaloir d'un service complet de décoration et même confier l'organisation de leur déménagement aux gens du Riopelle.

Il va sans dire que les services d'entretien ménager, de restauration et de conciergerie sont disponibles pour tous les résidants. Enfin, puisque la clientèle cible du projet est en constant déplacement, Le Riopelle offre aussi aux propriétaires qui ne passent que quelques mois par an à Montréal un service de location qui permettra de garder leur appartement occupé en leur absence.

Le Riopelle est unique à plusieurs égards et son promoteur est convaincu qu'un projet de cette ampleur trouvera ici le marché qu'il souhaite courtiser: «Je pense que nous comprenons tout à fait les besoins des semi-retraités et des gens d'affaires qui ont peu de temps mais aspirent quand même à une bonne qualité de vie. Lorsqu'on explique le projet, on sent tout de suite, dans la réaction des gens, que nous misons juste avec Le Riopelle», conclut Bertrand Blanchet.

Les appartements en condominium du projet Le Riopelle, situé au 1011 de la rue de Bleury, sont offerts en superficies de 600 à 2700 pieds carrés, pour environ 350 $ le pied carré. La construction débutera en août 2004 et les premiers résidants y emménageront à l'automne 2005.

- Renseignements: (514) 866-1011. www.leriopelle.com.